Mayenne : la population se stabilise

David Capelle, Amandine Rodrigues, Insee

Au 1er janvier 2014, la Mayenne compte 307 350 habitants. C'est le département le moins peuplé des Pays de la Loire. La population est relativement stable : elle augmente à un rythme très faible, de l’ordre de 440 habitants supplémentaires chaque année en moyenne entre 2009 et 2014. Les communes les plus dynamiques se concentrent dans la 2e couronne de Laval et le long des axes routiers Laval-Angers et Laval-Le Mans. Néanmoins, une petite moitié des communes perdent des habitants au cours des cinq dernières années, dont Laval.

Avec 307 350 habitants au 1er janvier 2014, la Mayenne est le département le moins peuplé des Pays de la Loire. Elle gagne 2 200 habitants entre 2009 et 2014, l'équivalent d'une commune comme Entrammes. Cela représente 440 habitants supplémentaires en moyenne chaque année. Ceci situe le département au 68e rang au niveau national, entre la Charente et la Manche. Dans le département, seul l’excédent des naissances sur les décès (solde naturel) contribue à l’augmentation de la population. Le déficit des arrivées sur les départs (solde migratoire) a un impact légèrement négatif : c’est le seul département de la région dans cette situation.

Figure 1 – Mayenne : 3 communes de plus de 10 000 habitants Nombre d’habitants des communes de Mayenne en 2014

  • Source : Insee, Recensement de la population (RP) 2014.

La Mayenne rassemble 8 % de la population des Pays de la Loire et contribue seulement à hauteur de 1,4 % à l’augmentation de la population régionale. En effet, son rythme de croissance est très faible : 0,1 % en moyenne par an, inférieur à la moyenne régionale (+ 0,8 %) et nationale (+ 0,5 %). Ce taux de croissance place le département au 66e rang au niveau national, derrière le Pas-de-Calais et devant la Charente.

Figure 2 – Des croissances plus fortes à la périphérie de LavalÉvolution annuelle moyenne de la population des communes de Mayenne entre 2009 et 2014 (en %)

  • Source : Insee, RP 2009 et 2014.

En Mayenne, 45 % des communes perdent de la population. Parmi les trois communes de plus de 10 000 habitants du département, seule Château-Gontier a une population stable. Laval et Mayenne perdent respectivement 1 100 et 210 habitants en cinq ans ; en revanche, parmi les intercommunalités du département, c’est la communauté d’agglomération de Laval qui gagne le plus d’habitants (+ 680 habitants). En effet, le dynamisme démographique est plus marqué dans les communes périurbaines de la couronne de Laval ainsi que le long des axes routiers Laval-Angers et Laval-Le Mans. Quatre communes gagnent au moins 200 habitants entre 2009 et 2014 : La Baconnière (+ 310), Saint-Berthevin (+ 260), Loiron-Ruillé (+ 230) et L’Huisserie (+ 210). Parmi ces communes, La Baconnière connaît une croissance supérieure à 3 % en moyenne par an.

Trois autres communes mayennaises de moins de 1 000 habitants connaissent une croissance démographique supérieure à 3 % en moyenne par an entre 2009 et 2014 : La Bazouge-des-Alleux, Saint-Germain-d’Anxure et La Bigottière.

En revanche, une évolution très modérée, voire négative, s'observe aux frontières de la Mayenne : dans le nord du département, à l’est ainsi qu'au sud-ouest. Ce sont ainsi 115 des 258 communes mayennaises qui voient leur population diminuer entre 2009 et 2014. Outre Laval et Mayenne, six communes perdent au moins 100 habitants en cinq ans : Villaines-la-Juhel (– 170), Gorron (– 150), Pré-en-Pail-Saint-Samson (– 130), Rénazé (– 110), Fougerolles-du-Plessis (– 100) et Port-Brillet (– 100). Par ailleurs, deux intercommunalités perdent des habitants : les communautés de communes du Mont des Avaloirs (– 530) et du Bocage Mayennais (– 410).

Figure 3 – Des croissances inégales selon les intercommunalitésPopulation municipale et évolution annuelle moyenne des intercommunalités de Mayenne entre 2009 et 2014

Des croissances inégales selon les intercommunalités
Libellé Intercommunalités Population municipale 2014 Population municipale 2009 Évolution annuelle moyenne entre 2009 et 2014
CC des Coëvrons 27 567 27 299 0,2
CC du Mont des Avaloirs 16 568 17 102 -0,6
CC du Pays de Craon 28 567 28 361 0,1
CC Mayenne Communaute 37 119 36 812 0,2
CC du Pays de Meslay-Grez 13 941 13 586 0,5
CC du Pays de Loiron 16 807 16 388 0,5
CA de Laval 95 673 94 997 0,1
CC de l'Ernée 21 027 20 567 0,4
CC du Bocage Mayennais 19 400 19 808 -0,4
CC du Pays de Château-Gontier 29 918 29 460 0,3
CC de Sablé-sur-Sarthe * 760 767 -0,2
  • * Les données des EPCI qui n'appartiennent pas strictement au contour du département correspondent aux communes situées à l'intérieur du département.
  • Note : les données proposées sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie en vigueur au 01/01/2016.
  • Source : Insee, RP 2009 et 2014.

Sources

Pourquoi l’Insee publie en 2017 les chiffres de 2014 ?

Les populations publiées début 2017 sont millésimées 2014 car elles sont calculées à partir des informations collectées lors des enquêtes de recensement de 2012 à 2016 et ramenées à une même date : celle du milieu de la période. L'égalité de traitement entre les communes est ainsi assurée.

Dans quelle géographie administrative les chiffres sont-ils publiés ?

Les chiffres de population sont authentifiés par décret pour entrer en vigueur au 1er janvier 2017. Ils sont publiés dans les périmètres géographiques existant au 1er janvier 2016.

Pour en savoir plus

Capelle D. et Rodrigues A., Loire-Atlantique : une croissance démographique forte, Insee Flash Pays de la Loire, n° 56, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Maine-et-Loire : une croissance démographique assez marquée, Insee Flash Pays de la Loire, n° 57, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Sarthe : une croissance démographique faible, Insee Flash Pays de la Loire, n° 59, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Vendée : une croissance démographique soutenue, Insee Flash Pays de la Loire, n° 60, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Pays de la Loire : un fort dynamisme démographique, Insee Flash Pays de la Loire, n° 61, janvier 2017.