Bilan économique régional 2015 - Corse

En 2015, l'économie française accélère : le PIB progresse de 1,3 % en volume, après + 0,6 % en 2014. Il s'agit de la plus forte croissance depuis 2011. Dans ce contexte, l'emploi salarié se stabilise après deux années de baisse. Grâce aux créations nettes d'emplois dans le secteur non marchand ainsi que pour les non-salariés, l'emploi total continue d'augmenter. En Corse, après une année 2014 particulièrement morose, le bilan économique de l'île est plutôt encourageant. La situation s'améliore sur le plan de l'emploi salarié et la demande d'emploi enregistre une hausse plus modérée que l'année précédente, ce qui contribue au repli du taux de chômage régional. Ce dernier demeure néanmoins supérieur au taux national. La création d'entreprises hors auto-entrepreneurs repart à la hausse et la construction rebondit en Corse-du-Sud. Parallèlement, la croissance de la fréquentation touristique française bénéficie à toutes les catégories d'hébergement et le trafic global de passagers reste stable. Enfin, face à des conditions climatiques difficile, le bilan agricole est contrasté : positif pour la viticulture, moins favorable pour les autres productions végétales ; le secteur connaît toutefois une légère amélioration du contexte sanitaire.

Insee Conjoncture Corse
Paru le : 31/05/2016
Consulter

Chômage - Hausse modérée de la demande d’emploi

Céline Maïsani-Inzaïna, Direccte de Corse

Au dernier trimestre 2015, le taux de chômage régional demeure supérieur à la moyenne nationale : 10,7 % de la population active contre 10,0 % au niveau France métropolitaine. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi continue de progresser en 2015. Bien que la hausse soit plus modérée que les années précédentes, la situation reste préoccupante notamment au regard du nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis un an ou plus. Parallèlement, les offres d’emploi collectées progressent mais cette évolution encourageante est contrebalancée par un recours plus important à l’activité partielle.

Insee Conjoncture Corse
No 10
Paru le : 31/05/2016

Fin 2015, le taux de chômage régional s’établit à 10,7% de la population active. Il se replie par rapport à l’année précédente (- 0,4 point) de façon plus marquée qu’au niveau national. Malgré cette légère amélioration, il demeure au-dessus de la moyenne française (0,7 point de plus). La Corse se positionne ainsi au 4e rang des régions où le chômage est le plus élevé de métropole (figure 1).

1 – Évolution trimestrielle du taux de chômage

en % de la population active
Évolution trimestrielle du taux de chômage
Corse France métropolitaine
1er trim. 2005 8,9 8,3
2e trim. 2005 9,4 8,4
3e trim. 2005 9,3 8,6
4e trim. 2005 9,3 8,7
1er trim. 2006 9,2 8,7
2e trim. 2006 9,2 8,6
3e trim. 2006 9,2 8,5
4e trim. 2006 8,9 8,0
1er trim. 2007 8,8 8,1
2e trim. 2007 8,5 7,8
3e trim. 2007 8,3 7,6
4e trim. 2007 7,9 7,2
1er trim. 2008 7,5 6,8
2e trim. 2008 7,6 6,9
3e trim. 2008 7,7 7,1
4e trim. 2008 7,7 7,4
1er trim. 2009 7,9 8,2
2e trim. 2009 8,2 8,8
3e trim. 2009 8,4 8,8
4e trim. 2009 8,9 9,2
1er trim. 2010 8,8 9,0
2e trim. 2010 8,8 8,9
3e trim. 2010 8,9 8,8
4e trim. 2010 9,1 8,8
1er trim. 2011 9,1 8,7
2e trim. 2011 9,0 8,7
3e trim. 2011 9,2 8,8
4e trim. 2011 9,3 9,0
1er trim. 2012 9,3 9,1
2e trim. 2012 9,4 9,3
3e trim. 2012 9,4 9,4
4e trim. 2012 9,9 9,7
1er trim. 2013 10,1 9,9
2e trim. 2013 10,2 10,0
3e trim. 2013 10,2 9,9
4e trim. 2013 10,2 9,7
1er trim. 2014 10,2 9,8
2e trim. 2014 10,3 9,7
3e trim. 2014 10,7 10,0
4e trim. 2014 11,1 10,1
1er trim. 2015 11,1 10,0
2e trim. 2015 11,0 10,0
3e trim. 2015 10,8 10,1
4e trim. 2015 10,7 10,0
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé.

1 – Évolution trimestrielle du taux de chômage

Bien qu’il recule dans les deux départements de l’île, cette année encore, le taux de chômage de la Haute-Corse (11,7 %) reste supérieur à celui de la Corse-du-Sud (9,8 %) (figure 2).

2 – Taux de chômage

en % de la population active
Taux de chômage
2014 T1 2015 T1 2015 T2 2015 T3 2015 T4 (p) Evolution 2015T4/2014T4 (en points de %)
Corse-du-Sud 10,1 10,1 10,1 10,0 9,8 -0,3
Haute-Corse 12,1 12,0 11,8 11,7 11,7 -0,4
Corse 11,1 11,1 11,0 10,8 10,7 -0,4
France métropolitaine 10,1 10,0 10,0 10,1 10,0 -0,1
  • Note : données CVS.
  • Source : Insee, taux de chômage au sens du BIT et taux de chômage localisé

Progression moins soutenue de la demande d’emploi

Fin décembre 2015, en données brutes, 25 650 demandeurs d’emploi sans emploi ou en activité réduite sont inscrits à Pôle emploi en Corse, soit 1 080 personnes de plus que l’année précédente. Bien que le nombre d’inscrits n’ait jamais été aussi important, il progresse à un rythme annuel nettement moins soutenu que les années précédentes : + 4,4 % sur un an contre + 13,2 % entre 2013 et 2014. Il augmente également moins vite qu’au niveau national, ce qui n’était plus le cas depuis 2012 (figure 3).

3 – Demandeurs d'emploi en fin de mois

Demandeurs d'emploi en fin de mois
Demandeurs d’emploi au 31/12/2015 (en milliers) Evolution 2015/2014 (en %) (1)
Catégories A, B, C Catégories A Catégories A, B, C Catégories A
Hommes 12 10 420 4,4 2,2
Femmes 13,7 11 087 4,4 2,1
Moins de 25 ans 3,8 3 261 -0,3 -3,5
25 à 49 ans 15,9 13 153 3,9 1,4
50 ans ou plus 6 5,1 9,2 8,2
Inscrits depuis un an ou plus 7,6 nd 16 nd
Corse 25,7 21,5 4,4 2,2
France métropolitaine 5 551,5 3 638,5 4,9 2,4
  • nd : données non disponibles
  • (1) évolution de l’indicateur entre le 31/12/2014 et le 31/12/215
  • Source : Pôle emploi ; Dares

Au niveau départemental, alors que depuis deux années consécutives la Haute-Corse était plus impactée que la Corse-du-Sud, la tendance s’inverse fin 2015. Mais le différentiel entre les deux départements est très faible: + 4,6 % dans le Sud de l’île contre + 4,3 % sur un an dans le Nord.

Davantage de demandeurs d’emploi de longue durée

Les difficultés pour accéder ou retrouver un emploi en région semblent toutefois s’accentuer comme l’atteste la hausse du nombre de demandeurs d’emploi de longue durée. En effet, bien que ce public progresse de façon moins marquée qu’un an auparavant (+ 16,0 % sur un an contre + 32,9 % entre 2013 et 2014), la part des demandeurs d’emploi inscrits depuis un an ou plus à Pôle emploi continue d’augmenter. Fin 2015, elle s’établit à 30 % soit 3 points de plus qu’un an auparavant.

En 2015, la situation se dégrade autant pour les femmes que pour les hommes (+ 4,4 % sur un an) alors que ceux-ci ont été davantage impactés ces trois dernières années.

Parallèlement, le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans se stabilise sur un an. En revanche, ceux âgés entre 25 et 49 ans et les seniors continuent de progresser.

Toutefois, pour ces deux tranches d’âges, la hausse est beaucoup moins vive que les années précédentes. Cette tendance est particulièrement marquée pour les 50 ans ou plus dont le rythme de progression annuelle est divisé par deux (+ 20,5 % en 2014 contre + 9,2 % en 2015). D’ailleurs, alors que pour ce public la Corse enregistrait la hausse la plus marquée toutes régions françaises confondues, en 2014, la région se situe en 11e position en 2015.

Évolution favorable des offres d’emploi collectées par Pôle emploi

Sur l’ensemble de l’année 2015, plus de 13 800 offres ont été collectées par Pôle emploi. Bien que très en deçà du volume enregistré en 2009, ce nombre progresse de 10,5 % sur un an. La tendance est bien orientée pour tous les types d’offre mais plus particulièrement pour celles proposant un emploi durable (CDD de plus de 6 mois ou CDI) (figure 4).

4 – Offres d'emploi

Offres d'emploi
Offres d'emploi sur l'ensemble de l'année 2015 (en milliers) Evolution sur un an (en%)
Offres totales dont offres durables Offres totales Offre durables
Corse-du-Sud 6,9 2,8 12,4 28,0
Haute-Corse 6,9 2,2 8,6 16,6
Corse 13,8 5,0 10,5 22,6
France métropolitaine 2 665,5 1 391,4 6,1 11,9
  • Note : données brutes
  • Source : Pôle emploi ; Dares

En revanche, l’évolution du recours à l’activité partielle est moins encourageante. Sur l’ensemble de l’année, 186 400 heures d’activité partielle ont été consommées par les entreprises de la région, en progression de 50 % par rapport à 2014 (+62 000 heures sur un an).

Ce mouvement à la hausse est particulièrement marqué pour les entreprises de la construction (+ 86 % sur un an) à l’origine de la consommation de la moitié des heures d’activité partielle.

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour en savoir plus

Notes de conjoncture trimestrielles, Insee Conjoncture Corse, n° 6 à 9, 1er au 4e trimestre 2015

· Chiffres marché du travail - Site de la Direccte

Dares