Bilan économique régional 2015 - Corse

En 2015, l'économie française accélère : le PIB progresse de 1,3 % en volume, après + 0,6 % en 2014. Il s'agit de la plus forte croissance depuis 2011. Dans ce contexte, l'emploi salarié se stabilise après deux années de baisse. Grâce aux créations nettes d'emplois dans le secteur non marchand ainsi que pour les non-salariés, l'emploi total continue d'augmenter. En Corse, après une année 2014 particulièrement morose, le bilan économique de l'île est plutôt encourageant. La situation s'améliore sur le plan de l'emploi salarié et la demande d'emploi enregistre une hausse plus modérée que l'année précédente, ce qui contribue au repli du taux de chômage régional. Ce dernier demeure néanmoins supérieur au taux national. La création d'entreprises hors auto-entrepreneurs repart à la hausse et la construction rebondit en Corse-du-Sud. Parallèlement, la croissance de la fréquentation touristique française bénéficie à toutes les catégories d'hébergement et le trafic global de passagers reste stable. Enfin, face à des conditions climatiques difficile, le bilan agricole est contrasté : positif pour la viticulture, moins favorable pour les autres productions végétales ; le secteur connaît toutefois une légère amélioration du contexte sanitaire.

Insee Conjoncture Corse
Paru le : 31/05/2016
Consulter

Emploi salarié - L’emploi salarié progresse davantage en Corse que sur le continent

Yannig Pons, Insee Corse

En 2015, en Corse, l’emploi salarié marchand non agricole progresse à un rythme plus soutenu que les deux années précédentes et qu'au niveau national. Cette croissance est portée par le tertiaire, en particulier le commerce et l'hébergement-restauration. En revanche, la construction continue de perdre des emplois.

Au niveau départemental, pour la deuxième année de suite, la Haute-Corse enregistre une situation légèrement plus favorable que la Corse-du-Sud, compensant ainsi en partie la dynamique moins favorable des années précédentes dans ce département.

Insee Conjoncture Corse
No 10
Paru le : 31/05/2016

En 2015, du point de vue de l’emploi salarié, la conjoncture s'améliore au niveau national comme au niveau régional. En Corse, cela se traduit par une progression plus rapide de l’emploi salarié marchand non agricole. Il augmente de 0,9 % (après + 0,1 % en 2014 et + 0,3 % en 2013). La situation est plus favorable qu’au niveau national où l’emploi est en hausse de 0,5 %.

Les évolutions départementales sont contrastées. Pour la 2e année consécutive l’emploi progresse davantage en Haute-Corse qu’en Corse-du-Sud (+ 1,2 % contre + 0,6 % en 2015) (figure 1). La situation lors des trois années antérieures était inverse : la Corse-du-Sud enregistrait une hausse de l’emploi plus importante que la Haute-Corse.

1 – Emploi salarié par département et par secteur

en %
Emploi salarié par département et par secteur
2015T4 (en milliers) Glissement annuel
Industrie Construction Tertiaire marchand dont Commerce dont Intérim Total
Corse-du-Sud 33,4 -0,3 -5,0 2,1 3,0 24,2 0,6
Haute-Corse 31,6 -0,9 -2,3 2,3 1,6 24,2 1,2
Corse 65,0 -0,6 -3,7 2,2 2,3 24,5 0,9
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

La progression de l’emploi au niveau régional permet une légère baisse du chômage dans les deux départements. Par ailleurs, elle cache des disparités sectorielles importantes, avec notamment des pertes élevées dans la construction.

La construction continue de perdre des emplois

Moteur de l’emploi insulaire pendant de nombreuses années, la construction subit un déclin continu depuis 2009 (figure 2).

2 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Corse

en indice base 100 au 2005 T1
Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Corse
Industrie Construction Tertiaire principalement marchand hors intérim dont Commerce Emploi hors intérim Corse Emploi hors intérim France métropolitaine
1er trim. 2005 100 100 100 100 100 100
2e trim. 2005 100,63 100,64 99,16 99,76 99,55 100,1
3e trim. 2005 101,84 102,78 100,02 100,52 100,66 100,17
4e trim. 2005 101,28 105,56 102,22 101,61 102,67 100,33
1er trim. 2006 100,74 107,56 102,19 101,12 102,92 100,51
2e trim. 2006 100,34 107,94 102,81 101,64 103,4 100,9
3e trim. 2006 100,45 110,28 103,35 101,56 104,19 101,31
4e trim. 2006 100,43 112,21 104,91 102,35 105,65 101,5
1er trim. 2007 101,5 113,64 106,41 102,65 107,09 101,98
2e trim. 2007 101,21 114,35 107,04 103,05 107,64 102,34
3e trim. 2007 101,57 116,19 107,02 103,82 107,96 102,82
4e trim. 2007 103,03 117,25 107,37 103,65 108,54 103,09
1er trim. 2008 104,29 119,54 108,64 104,52 109,98 103,19
2e trim. 2008 104,63 122,38 107,9 103,59 109,94 103,06
3e trim. 2008 106,23 122,63 107,47 104,15 109,82 102,98
4e trim. 2008 107,1 124,02 108,73 105,09 111,07 102,76
1er trim. 2009 108,09 124,2 109,11 104,68 111,48 102,2
2e trim. 2009 108,27 125,32 109,36 104,89 111,86 101,65
3e trim. 2009 108,27 125,37 109,07 104,91 111,65 101,24
4e trim. 2009 109,93 125,48 109,54 105,52 112,19 101,15
1er trim. 2010 110,14 126,03 111,55 107,33 113,78 100,9
2e trim. 2010 110,57 124,79 113,08 107,84 114,74 100,78
3e trim. 2010 111,06 125,87 111,75 106,51 113,99 100,83
4e trim. 2010 111,13 126,97 112,54 106,47 114,76 100,89
1er trim. 2011 113,02 127,32 112,93 106,79 115,3 101,15
2e trim. 2011 114,68 128,37 114,53 107,87 116,81 101,39
3e trim. 2011 114,84 128,53 113,78 107,78 116,31 101,33
4e trim. 2011 115,46 128,61 113,45 107,79 116,13 101,44
1er trim. 2012 115,89 130 114,2 107,97 116,96 101,5
2e trim. 2012 116,43 130,12 114,35 107,92 117,14 101,46
3e trim. 2012 115,62 129,34 114,26 108,62 116,87 101,35
4e trim. 2012 115,11 129,79 114,66 109,12 117,18 101,14
1er trim. 2013 115,26 128,05 114,56 108,34 116,84 100,9
2e trim. 2013 116,05 127,61 114,87 108,28 117,08 100,62
3e trim. 2013 116,43 127,85 114,61 108,84 116,96 100,75
4e trim. 2013 116,77 126,38 115,56 109,14 117,46 100,78
1er trim. 2014 117,31 125,95 115,78 109,34 117,6 100,73
2e trim. 2014 116,9 124,97 117,07 110 118,34 100,63
3e trim. 2014 117,13 122,77 116,9 109,66 117,88 100,43
4e trim. 2014 117,71 121,96 116,47 109,55 117,49 100,37
1er trim. 2015 117,44 120,8 116,95 110,61 117,63 100,41
2e trim. 2015 117,82 119,67 118,32 111,57 118,49 100,53
3e trim. 2015 117,78 118,99 119,84 111,89 119,49 100,5
4e trim. 2015 117,06 117,44 118,85 112,06 118,44 100,58
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

2 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Corse

En 2015, les effectifs y chutent de 3,7 %. Cela représente environ 400 emplois en moins. Ce repli est encore plus marqué que celui observé au niveau national. Son impact est d'autant plus fort en Corse que la construction a un poids près de deux fois plus important que sur le continent.

Cette détérioration impacte plus brutalement la Corse-du-Sud qui regroupe deux tiers des pertes. Cela se traduit pour ce département par une décroissance de 5,0 % contre - 2,3 % pour la Haute-Corse.

Par ailleurs, on observe depuis 2010 un développement du recours aux salariés étrangers détachés dont les effectifs passent de 1 070 en 2010 à 2 470 en 2015. Malgré une hausse de 14 % sur un an, le recours à ces salariés est toutefois en baisse de 10 % par rapport à 2013. Le secteur de la construction regroupe 75 % de ces salariés étrangers détachés dans la région (source Direccte).

Le tertiaire marchand poursuit sa hausse

En 2015, l’emploi dans le tertiaire marchand continue de progresser dans la région (+ 2,2 % contre + 1,4 % au niveau national), et ce plus rapidement qu’en 2014 (+ 0,9 %). Cette hausse concerne autant les deux départements.

Cette dynamique d’ensemble reflète cependant des résultats sectoriels contrastés.

Dans le commerce, l’emploi progresse de 2,3 % (figure 3) après des hausses très faibles les deux années précédentes ; au niveau national, il repart à la hausse (+ 0,8 %) après un recul en 2014. A l’inverse de 2014, ce secteur se porte mieux en Corse-du-Sud, où le nombre d’emplois augmente de 3,0 % contre seulement 1,6 % en Haute-Corse.

3 – Emploi salarié des secteurs principalement marchands

en %
Emploi salarié des secteurs principalement marchands
Secteur d'activité - NAF rév. 2, 2008 2015 T4 (en milliers) Glissement annuel Glissement annuel moyen 2014/2009 (1)
Corse Corse France métropolitaine Corse France métropolitaine
Industrie 6,5 -0,6 -1,2 1,4 -1,2
Industrie agro-alimentaire 2,4 1,6 0,3 0,3 -0,2
Energie, eau, déchets, cokéfaction et raffinage 2,0 -1,2 -0,2 3,9 0,3
Biens d'équipement 0,2 9,9 -1,9 -5,9 -1,6
Matériels de transport 0,2 1,7 -1,6 2,0 -1,3
Autres branches industrielles 1,7 -3,7 -1,7 0,9 -1,8
Construction 10,5 -3,7 -2,6 -0,6 -1,6
Tertiaire marchand 48,0 2,2 1,4 1,3 0,4
Commerce 16,5 2,3 0,8 0,8 -0,0
Transports 6,5 1,3 0,2 0,1 -0,0
Hébergement - restauration 8,8 3,3 2,0 2,2 1,1
Information - communication 1,2 -4,1 0,7 -0,3 0,6
Services financiers 2,4 3,6 1,1 1,7 0,6
Services immobiliers 1,0 -0,1 0,9 1,9 -0,1
Services aux entreprises 7,4 1,2 3,0 2,3 1,3
Services aux ménages 4,0 2,6 0,3 1,3 -0,6
Intérim 0,4 24,5 9,4 8,6 1,5
Total 65,0 0,9 0,5 1,0 -0,1
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • (1) : glissement annuel qu'aurait connu l'emploi salarié du secteur, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

L’emploi dans l’hébergement-restauration croît fortement au regard de l’évolution nationale (+ 3,3 % contre + 2,0 %) et de l’année précédente (+ 0,3 %).

Les services aux ménages sont également très dynamiques (+ 2,6 %). La hausse est beaucoup plus marquée qu'au niveau national (+ 0,3 %), contrairement à 2014 où les évolutions étaient proches.

Les services financiers sont les activités où l’emploi progresse le plus avec une hausse de 3,6 % sur un an. Dans ce secteur, l’emploi augmente de surcroît plus vite en Corse que sur le continent.

En revanche, les activités immobilières marquent le pas (- 0,1 %) alors qu'il s'agissait d'un des secteurs les plus dynamiques au cours des dernières années.

Un retournement défavorable pour l’emploi industriel

En 2015, l'emploi dans l’industrie diminue de 0,6 %. Cette baisse fait suite à plusieurs années de hausse dans ce secteur. Dans le même temps, l’emploi industriel recule de 1,2 % au niveau national.

La baisse de l’emploi industriel se retrouve dans les deux départements. A l'inverse de 2014, la situation est plus défavorable en Haute-Corse (- 0,9 %) qu'en Corse-du-Sud (- 0,3 %).

Le nombre d’emplois progresse de 1,6 % dans l’agro-alimentaire, qui est la principale branche de l'industrie locale. En revanche, il diminue de 1,2 % dans l’énergie et de 3,7 % dans les autres branches industrielles (fabrication de meubles, bijoux, articles médicaux …).

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour en savoir plus

Notes de conjoncture trimestrielles, Insee Conjoncture Corse, n° 1 à 4, 1er au 4e trimestre 2014