Bilan économique 2015 - Pays de la Loire

En 2015, le PIB de la France se redresse avec une hausse modérée de + 1,3 % contre seulement + 0,6 % en 2014. La reprise économique intervient dans un environnement international où l'activité accélère dans les économies avancées, avec un taux de change favorable pour l'euro et un bas prix pour le pétrole. En France, la consommation des ménages et l'investissement des entreprises sont les principaux moteurs de la croissance. Comme en France, l'activité progresse dans l'industrie et les services marchands dans les Pays de la Loire. Reflétant cette amélioration, l'emploi salarié augmente aux niveaux national (+ 0,5 %) et régional (+ 0,8 %). Après trois années de baisse, la région crée 7 000 emplois dans les secteurs principalement marchands, toutefois cette progression ne concerne que le tertiaire. Le taux de chômage se replie très légèrement : - 0,1 % sur un an pour atteindre 8,9 % au au 4e trimestre.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
Paru le : 31/05/2016
Consulter

Tourisme - Une fréquentation encore en hausse dans les hôtels et les campings

David Amonou, Insee

En 2015, les hôtels et campings des Pays de la Loire ont enregistré 17,7 millions de nuitées. Cela représente une hausse de 4,6 % par rapport à 2014, contre 2,2 % en France métropolitaine. La fréquentation progresse de 4,2 % dans les campings et de 5,2 % dans l’hôtellerie. Elle repose sur la clientèle française comme étrangère. Cette dernière est venue particulièrement nombreuse dans les hôtels de la région (+ 13,3 %).

Insee Conjoncture Pays de la Loire
No 10
Paru le : 31/05/2016

Dans les hôtels et les campings des Pays de la Loire, la hausse de la fréquentation se poursuit (figure 1). En 2015, 17,7 millions de nuitées ont été enregistrées.

Une progression des nuitées dans les campings…

Dans les Pays de la Loire, les trois quarts des nuitées ont lieu dans les campings durant la saison de mai à septembre, contre 60 % en France de province. La hausse de fréquentation entamée en 2012 se poursuit : en 2015, le nombre de nuitées atteint 11,1 millions (+ 4,2 %). Elle est plus soutenue qu’au niveau national (+ 2,9 %). La croissance est particulièrement dynamique dans le Maine-et-Loire, en Loire-Atlantique et dans la Sarthe. Elle est plus modérée en Vendée (+ 1,9 %) et en Mayenne (+ 1,8 %) (figure 2). Les emplacements équipés (+ 4,6 %) et les emplacements nus (+ 3,6 %) ont une fréquentation en hausse. Les nuitées dans les campings de une et deux étoiles progressent de 5,5 %, alors qu'elles sont stables au niveau métropolitain (figure 3).

…due à une hausse de la fréquentation française et étrangère

Les touristes français (+ 4,4 % de nuitées) et étrangers (+ 3,4 %) ont été plus présents dans les campings, alors que la fréquentation des étrangers est en baisse au niveau national (– 1,6 %). Cette hausse permet de retrouver le niveau de nuitées étrangères de 2010. Dans la région, les touristes étrangers consomment 19 % des nuitées.

La saison est surtout marquée par une forte progression de la fréquentation des Allemands (+ 12 % des nuitées) et des Belges (+ 6,6 %). L’affluence des Britanniques et des Néerlandais a également augmenté (respectivement + 2,1 % et + 1,4 %), ce sont toujours les deux nationalités étrangères les plus présentes dans les campings de la région.

Résultat de la hausse globale de fréquentation, le taux d’occupation des emplacements a augmenté de 4,2 points pour atteindre 38,9 %. Dans la région, les touristes restent en moyenne 5,8 jours. Cette durée des séjours diminue légèrement.

Une fréquentation hôtelière en nette hausse

Avec 6,6 millions de nuitées enregistrées, la fréquentation hôtelière est en hausse de 5,2 % par rapport à l’année précédente. Cette évolution est nettement plus marquée qu’en France métropolitaine (+ 1,8 %). Cette hausse de la fréquentation figure parmi les plus élevées avec celle des régions Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Corse.

À l’exception de février, tous les mois de l’année 2015 connaissent une hausse de la fréquentation. Elle est particulièrement forte en juillet (+ 9,4 %) et en mai (+ 9,3 %). La croissance est principalement due à une augmentation du nombre de nuitées françaises (+ 4,3 % soit 243 500 nuitées de plus qu’en 2015). Les nuitées étrangères progressent également (+ 13,3 % soit 85 700 nuitées supplémentaires) : la clientèle étrangère réalise 11 % des nuitées. La durée moyenne des séjours est stable à 1,6 jour pour la clientèle française, et à 1,9 jour pour la clientèle étrangère.

La progression de la fréquentation est particulièrement forte en Loire-Atlantique (+ 7,9 %), en Mayenne (+ 6,6 %) et dans le Maine-et-Loire (+ 5,8 %). En revanche, elle recule dans la Sarthe de 3,4 %, malgré une hausse des nuitées étrangères (figure 4).

Les hôtels de chaîne ont enregistré une hausse supérieure aux hôtels indépendants (respectivement + 7,2 % et + 3,4 %). Les quatre et cinq étoiles tirent leur épingle du jeu (+ 17,5 % de fréquentation comparé à 2014), tandis que les hôtels une et deux étoiles progressent de + 8,5 % (figure 5).

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Pays de la Loire Nombre d'arrivées - Pays de la Loire Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 103,12 103,12 103,07 103,2
2012 99,74 102,91 102,96 103,62
2013 100,61 102,04 103,6 104,39
2014 102,89 103,7 102,73 103,66
2015 107,58 110,06 104,97 106,33
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2015
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Loire-Atlantique 2 432 9,8 1,4 14,9 52,8
Maine-et-Loire 573 11,6 -0,2 43,1 38,9
Mayenne 79 1,8 0,3 18,5 38,6
Sarthe 285 8,5 -1,4 34,3 24,7
Vendée 7 711 1,9 0,4 18,0 64,2
Pays de la Loire 11 080 4,2 0,5 19,0 59,2
France métropolitaine 112 876 2,9 1,3 31,9 48,5
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2015 (milliers) Évolution 2015/2014 (%)
Pays de la Loire France métropolitaine Pays de la Loire France métropolitaine
1-2 étoiles 1 084 16 120 5,5 0,2
3-4-5 étoiles 9 685 90 199 3,7 4,1
Non classés 311 6 556 14,1 -6,6
Total 11 080 112 876 4,2 2,9
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2015 par une clientèle étrangère
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1)
Loire-Atlantique 3 049 7,9 1,2 10,8
Maine-et-Loire 1 211 5,8 0,1 13,3
Mayenne 304 6,6 0,0 8,7
Sarthe 802 -3,4 0,8 15,4
Vendée 1 264 3,9 2,1 7,2
Pays de la Loire 6 629 5,2 1,0 11,0
France métropolitaine 202 087 1,8 0,4 36,5
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2015 (milliers) Évolution 2015/2014 (%)
Pays de la Loire France métropolitaine Pays de la Loire France métropolitaine
1-2 étoiles 2 304 58 002 8,5 7,7
3 étoiles 2 591 75 770 3,0 5,3
4-5 étoiles 1 065 48 224 17,5 8,9
Non classés 669 20 091 -11,2 -29,3
Total 6 629 202 087 5,2 1,8
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Sources

méthodologie 

Les résultats s’appuient sur deux enquêtes mensuelles réalisées par l’Insee dans le cadre d’un partenariat avec la direction générale des entreprises (DGE) et les organismes régionaux chargés du tourisme. Elles permettent d’observer la fréquentation et la structure de la clientèle, notamment son origine géographique.

L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie couvre un échantillon de 14 000 hôtels homologués (1 à 5 étoiles dans le nouveau classement hôtelier) et non homologués de chaînes de la France métropolitaine et des départements d'Outre-mer.

L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie de plein air couvre un échantillon d’environ 8 000 terrains de camping, offrant au moins un emplacement de passage, classés de 1 à 4 étoiles et situés en France métropolitaine.

Suite au changement de classification début 2014, les données de 2010 à 2013 ont été rétropolées pour les deux types d’hébergement.

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.