Bilan économique de Bourgogne

En 2014, l'emploi salarié régional diminue de 0,9 % et le nombre de demandeurs d'emploi progresse encore. Le ralentissement de l'activité affecte tous les secteurs. Plus de la moitié des emplois détruits dans la région se concentrent dans l'industrie, mais les effectifs se replient aussi dans la construction et le tertiaire marchand hors intérim. L'année est aussi difficile dans le transport, avec un nouveau repli du fret routier de marchandises et dans l'agriculture où les variations météorologiques perturbent le développement des cultures. Seule la fréquentation dans les hôtels bourguignons s'inscrit à la hausse. Pourtant, plus de 9 800 entreprises ont été créées en Bourgogne, soit une progression de 2,7 % sur un an alors que les défaillances d'entreprises reculent pour la deuxième année consécutive.

Insee Conjoncture Bourgogne
Paru le : 21/05/2015
Consulter

Construction - Nouvelle baisse de l’activité

Alain Ribault (Insee)

Après une baisse de 31 % de l’activité en 2013, le secteur subit un nouveau recul de 13 % en 2014. Cette dégradation est plus importante qu’au niveau national où elle atteint 10,6 %.

Insee Conjoncture Bourgogne
No 5
Paru le : 21/05/2015

Les permis de construire orientés à la baisse

En 2014, 5 100 permis de construire ont été délivrés en Bourgogne, soit un recul de 13 % sur un an. Cette baisse fait suite à une année 2013 déjà très mal orientée, avec 31 % de logements autorisés en moins. Sur cinq ans, entre 2008 et 2013, les permis de construire diminuent en moyenne de 7,4 % par an, une baisse bien supérieure à celle observée au plan national.

Deux départements contribuent au repli du nombre de logements autorisés : l’Yonne, où la baisse de 32 % est sévère et la Saône-et-Loire (- 25,7 %). Dans la Nièvre, le nombre de logements autorisés progresse de 13,3 % ; il reste stable en Côte-d’Or (+ 0,6 %).

Le nombre de logements commencés diminue aussi, de 22,3 % en Bourgogne, contre une baisse de 11 % au plan national.

Les surfaces autorisées pour les locaux non résidentiels reculent également de 9,5 % en Bourgogne en 2014. Le secteur de l’hébergement hôtelier se distingue avec une progression de 135 % qui fait suite au repli de 37 % en 2013.

Le marché immobilier dans l’expectative

Les ventes d’appartements neufs se redressent à nouveau en 2014 avec 763 unités (+ 17,4 %) confirmant la progression de 2013 (+15,1 %). Le niveau des transactions cependant reste faible. Le prix moyen au mètre carré s’établit à 2 949 €. Il progresse de 3,1 % en Bourgogne alors qu’il diminue de 0,4 % au niveau national. Il reste néanmoins un des plus faibles de France métropolitaine. Les prix les plus bas sont pratiqués en Auvergne, Lorraine et dans le Limousin.

Le marché des maisons neuves faiblit à nouveau en 2014. Il atteint 38 unités chutant de 36 % par rapport à 2013. Le prix moyen par lot progresse de 3,7 % pour atteindre 197 670 €. Il reste cependant très faible.

Figure 1 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Côte-d'Or 2 600 0,6 -0,7
Nièvre 400 13,3 -13,9
Saône-et-Loire 1 400 -25,7 -8,5
Yonne 800 -32,0 -13,7
Bourgogne 5 100 -13,0 -7,4
France métropolitaine 356 800 -10,6 -2,5
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

Figure 2 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
Bourgogne France métropolitaine
Surfaces autorisées en 2014 (en milliers de m² ) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (1)
Artisanat 53 43,1 70,4 5,2 42,1
Bureaux 67 -21,3 -0,6 -22,3 -1,5
Commerce 77 -30,5 -10,7 -14,1 0,6
Entrepôt 163 27,9 -16,7 8,3 -6,6
Exploitation agricole ou forestière 256 -25,7 -14,4 -13,5 -2,0
Hébergement hôtelier 17 135,5 3,4 -16,1 3,5
Industrie 86 15,7 -14,4 -2,0 -14,9
Service public ou d'intérêt collectif 105 -15,8 3,0 -19,7 -0,9
Ensemble 824 -9,5 -11,0 -11,5 -3,1
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

Figure 3 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Bourgogne Logements commencés - Bourgogne Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 107,96 124,14 109,31 105,82
2007 96,46 112,64 103,75 105
2008 76,11 85,06 85,58 85,5
2009 61,95 75,86 68,27 74,55
2010 69,03 82,76 85,54 89
2011 82,3 85,06 93,89 90,52
2012 75,22 83,91 86,5 85,39
2013 52,21 77,01 75,64 85,77
2014 45,13 59,77 67,27 76,38
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels et collectifs.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

Figure 3 – Évolution de la construction de logements

Figure 4 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de locaux non résidentiels
Locaux autorisés - Bourgogne Locaux commencés - Bourgogne Locaux autorisés - France métropolitaine Locaux commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 88,59 102,08 109,96 108,65
2007 100,38 91,22 109,61 114,19
2008 103,92 102,11 106,44 103,37
2009 92,82 86,07 94,07 86,68
2010 92,7 68,76 96,06 78,44
2011 96,21 80,97 101,45 81,26
2012 89,57 66,46 97,97 74,29
2013 58,14 46,82 91,16 71,24
2014 52,59 80,7
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

Figure 4 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bourgogne

en indice base 100 en 2005
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bourgogne
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 100 100 100
2006 230,33 192,95 141,86
2007 315,48 253,89 239,28
2008 298,33 67,58 74,19
2009 230,13 142,95 151,85
2010 151,88 91,26 114,59
2011 207,53 148,63 122,56
2012 308,58 129,89 71,6
2013 313,81 91,05 79,69
2014 310,04 102,32 89,9
  • Note : données brutes.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bourgogne

Encadré

Méthodologie

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d’ouverture de chantier, déclarations d’achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques. Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d’estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d’autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l’ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l’information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d’ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d’enregistrement de la donnée dans l’application Sit@del2.

Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L’information est restituée selon la date effective de l’autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d’estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

D’autres données, produites à partir des informations collectées sur les formulaires (permis autorisés, déclaration de mise en chantier…) sont disponibles sur le site du SOeS.

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.