Économie et Statistique n°419-420 - Productivité, institutions et politique économique

Economie et Statistique
Paru le : 27/08/2009
Consulter

La concurrence favorise-t-elle les gains de productivité ? Analyse sectorielle dans les pays de l'OCDE

Romain Bouis et Caroline Klein

Dans quelle mesure les différences internationales de gains de productivité horaire du travail au niveau sectoriel peuvent-elles s’expliquer par des différences d’intensité concurrentielle au sein des secteurs ? Les résultats d’une étude menée au niveau sectoriel au sein d’un ensemble de pays de l’OCDE et évaluant le degré de concurrence à partir de markups estimés économétriquement, indiquent la présence d’une relation non linéaire entre concurrence et gains de productivité du travail. Une augmentation de la concurrence serait bénéfique à la croissance de la productivité dans les secteurs où la concurrence est faible, mais néfaste au-delà d’un certain seuil. Ce dernier effet négatif paraît cependant fragile : le degré de concurrence n'a aucun effet significatif sur les gains de productivité lorsque l'échantillon d'analyse comprend uniquement les secteurs les plus concurrentiels. Ainsi un accroissement de la concurrence augmenterait la productivité dans les secteurs peu concurrentiels mais serait sans effet sur les secteurs les plus concurrentiels. Par ailleurs, l'effet de la concurrence sur les gains de productivité diffère selon le type de secteur. Dans les secteurs manufacturiers, caractérisés en moyenne par une concurrence et des coûts irrécouvrables relativement élevés, une intensification de la concurrence conduirait à un ralentissement des gains de productivité. Comme le suggère la Commission européenne (Roeger et al., 2008), des marges suffisamment élevées seraient nécessaires pour stimuler l’innovation dans ces secteurs. En revanche, dans les services, où les coûts irrécouvrables sont moins présents et la concurrence relativement faible en moyenne, un accroissement de la concurrence favoriserait toujours les gains de productivité. Une étude approfondie du rôle de la recherche-développement et plus généralement des coûts irrécouvrables, devrait compléter cette analyse afin de mieux comprendre les raisons de l’opposition entre services et secteurs manufact

Economie et Statistique
No 419-420
Paru le : 27/08/2009