Economie et Statistique n°398-399 - Femmes, hommes : différences et inégalités

Economie et Statistique
Paru le : 01/03/2007
Consulter

Disparités de retraite entre hommes et femmes : quelles évolutions au fil des générations ?

Carole Bonnet, Sophie Buffeteau et Pascal Godefroy

Au fil des générations, la participation des femmes au marché du travail s'est accrue et les interruptions de carrière sont moins fréquentes, conduisant à une hausse des durées validées au titre de la retraite, celle des hommes étant orientées à la baisse. Par ailleurs, les écarts de salaire se sont réduits en particulier sous l'effet de la hausse de la qualification des femmes. Sur la même période, l'allongement des études retarde l'entrée dans la vie active pour les deux sexes. Au final, ces effets socioéconomiques expliquent une part importante de la réduction pour les générations futures des écarts de niveaux de pension et d'âges de départ en retraite entre hommes et femmes observés sur les générations actuelles. Dans les simulations réalisées à l'aide du modèle Destinie, les écarts de pension demeureraient néanmoins importants. Les hommes retraités du secteur privé des générations 1965-1974 percevraient une pension supérieure de plus de moitié à celle des femmes. En effet, si ces dernières participent davantage au marché du travail, leur taux d'activité est encore inférieur à celui des hommes, le temps partiel est fréquent et les disparités salariales perdurent. De plus, les modifications des barèmes des systèmes de retraite auraient aussi joué un rôle dans l'évolution des disparités de pension entre les sexes. En effet, la réduction des écarts aurait été sensiblement plus importante si les réformes de 1993 et de 2003 n'avaient pas été mises en œuvre. Les âges de liquidation convergeraient entre hommes et femmes. Un âge de fin d'études plus tardif et le durcissement des conditions de liquidation conduiraient à la hausse de l'âge de départ en retraite, mais cette évolution serait quasiment compensée pour les femmes par l'allongement de leur durée d'activité. De plus, la moindre pénalité associée à un départ précoce introduite par la réforme de 2003 pourrait inciter certaines femmes inactives à avancer leur âge de départ.

Economie et Statistique
No 398-399
Paru le : 01/03/2007