Economie et Statistique n°398-399 - Femmes, hommes : différences et inégalités

Economie et Statistique
Paru le : 01/03/2007
Consulter

L'activité féminine en France : quelles évolutions récentes, quelles tendances pour l'avenir ?

Cédric Afsa et Sophie Buffeteau

Au début des années 1970, la moitié des femmes âgées de 25 à 59 ans étaient actives. Aujourd'hui, les trois quarts le sont. Mais dans le même temps leur lien à l'emploi s'est distendu : en trente-cinq ans, le taux de chômage de ces femmes est passé de 3 % à 12 %, et la part des emplois occupés à temps partiel de 13 % à 30 %. Pour prendre la mesure de ces phénomènes et de leurs évolutions prévisibles, nous nous sommes appuyés sur la série des enquêtes Emploi annuelles de l'Insee couvrant la période 1982-2002. Nous avons estimé le nombre d'années en activité et en emploi qu'une femme aura passées au cours de sa vie (plus exactement entre ses 25e et 59e anniversaires). Nous avons calculé ces indicateurs pour toutes les générations comprises entre 1935 et 1970. Si les tendances récentes se prolongent, l'activité féminine devrait continuer à croître de manière régulière. Les femmes nées en 1970 devraient, au cours de leur vie, être plus présentes sur le marché du travail que celles des générations précédentes. Elles devraient aussi être plus souvent en emploi, bien que de ce point de vue la tendance s'essouffle à compter des générations nées au début des années 1960. En revanche, si on tient compte du temps partiel, c'est-à-dire si on convertit les périodes passées dans des emplois à temps partiel en périodes d'emploi en équivalent temps plein, alors les femmes de la génération 1970 devraient sur ce plan connaître en moyenne le même déroulement de carrière que les femmes nées au milieu des années 1950. Cette stagnation concerne tous les niveaux de qualification, même si elle est plus récente chez les plus diplômées.

Economie et Statistique
No 398-399
Paru le : 01/03/2007