Economie et Statistique n°352-353 - Temps sociaux et temps professionnels au travers des enquêtes Emploi du temps

Economie et Statistique
Paru le : 01/09/2002
Consulter

L'utilisation par les chômeurs du temps libéré par l'absence d'emploi

Muriel Letrait

L'enquête Emploi du temps permet de s'interroger sur l'impact du chômage sur les activités quotidiennes. La comparaison des chômeurs et des actifs occupés montre qu'il entraîne un allongement de la durée de la plupart des activités et une petite diversification de celles-ci. Par exemple, les femmes font un peu plus de bricolage et de jardinage, et les hommes s'occupent un peu plus de leurs enfants. L'influence de la situation familiale est le plus souvent analogue chez les chômeurs et chez les actifs occupés. Néanmoins, le chômage semble accentuer une répartition traditionnelle des tâches au sein des familles. Les chômeurs avec enfants effectuent moins de tâches ménagères et bricolent ou jardinent davantage que les chômeurs sans enfant alors que ceci n'est pas constaté chez les actifs occupés. Les chômeurs ont plus souvent que les actifs occupés une conjointe sans activité professionnelle : celle-ci est plus fréquemment chômeuse en l'absence d'enfant et femme au foyer s'il existe des enfants dans le ménage. L'attitude par rapport à la recherche d'emploi des chômeuses dépend d'abord de la présence d'enfants : les femmes ayant des enfants y consacrent moins de temps que les autres et ont un quotidien très centré sur le travail domestique. Les activités des chômeurs hommes qui vivent chez leurs parents sont assez proches de celles des chômeurs qui vivent seuls. Ce n'est pas le cas pour les femmes dans cette situation : le temps qu'elles consacrent à la sociabilité est notamment inférieur à celui des femmes seules, alors que chez les hommes cet écart n'est pas constaté.

Economie et Statistique
No 352-353
Paru le : 01/09/2002