Economie et Statistique n° 357-358

Une évaluation de la loi « Robien » ; le RMI et la sortie du chômage - Transferts sociaux locaux - La cessation d'activité au sein des couples - Intérim et productivité dans l'industrie - Une évaluation de biens environnementaux

Economie et Statistique
Paru le : 01/02/2003
Consulter

Présentation du dossier Environnement

Economie et Statistique

L'évaluation économique des actifs environnementaux, qu'il s'agisse du calcul des dommages subis lors de catastrophes d'origine naturelle ou consécutives à des activités humaines ou encore des bénéfices et dommages induits par la mise en oeuvre de projets d'aménagements, tient maintenant une place importante dans les processus de décision publique. Les lois sur l'eau de janvier 1992, sur l'air de décembre 1996, ainsi que le rapport Boiteux de 1994 portant sur les choix d'investissements dans les transports et son actualisation en 2001, en témoignent. Les coûts élevés de politiques environnementales exigeantes et les besoins vitaux d'autres domaines de l'action publique, comme l'emploi, la santé ou l'éducation, rappellent toutefois que les préoccupations en matière d'environnement s'intègrent dans un contexte où pèsent des contraintes budgétaires et où la rentabilité économique des projets ou des réparations doit être assurée. L'analyse économique des projets d'aménagement et des conséquences des accidents écologiques distingue usuellement deux types de valeurs : les valeurs dites « marchandes » et les valeurs dites « non marchandes ». Les premières sont constituées, par exemple, des coûts marchands directement liés à la dégradation de biens environnementaux (dépenses de santé induites par la pollution de l'air, pertes de recettes touristiques inhérentes à des inondations ou une marée noire, réduction des activités économiques pour lesquelles l'environnement est un facteur de production comme l'impossibilité de pratiquer l'ostréiculture lors d'une pollution marine, etc.). Les secondes sont associées à des impacts ou des usages non marchands comme, par exemple, l'usage récréatif de sites naturels ou les impacts de pollutions sur la biodiversité.

Economie et Statistique
No 357-358
Paru le : 01/02/2003