France, portrait socialÉdition 2012

Insee Références
Paru le : 28/11/2012
Consulter
Sommaire

Démographie et famille : les différences sociales se réduisent-elles ?

Valérie Albouy, Pascale Breuil-Genier

Depuis un quart de siècle, les inégalités sociales face à la mort restent stables. À 35 ans, un homme cadre peut espérer vivre six ans et demi de plus qu'un ouvrier, une femme cadre trois ans de plus qu'une ouvrière. Les différences de mortalité sont surtout marquées avant 60 ans. Pour les hommes, le recul de la vie en couple s'observe dans toutes les catégories sociales et quel que soit le niveau de diplôme. Les hommes cadres de 30 à 59 ans vivent aujourd'hui plus souvent en couple que les ouvriers ; c'était déjà le cas en 1990. Les évolutions ont été plus différenciées pour les femmes. Les femmes cadres ou diplômées du supérieur ont longtemps moins vécu en couple que les autres femmes. Leur situation conjugale a en moyenne peu évolué depuis 1990, alors que les autres femmes ont connu un recul important de la vie en couple. La part de femmes en couple entre 30 et 59 ans dépend désormais peu du niveau social. En lien avec ce recul différencié de la vie en couple pour les femmes, la monoparentalité se développe surtout dans les catégories sociales les moins favorisées. Les écarts se sont creusés pour les mères de jeunes enfants : en 2009, parmi les mères ayant un enfant de moins de trois ans, la proportion de mères de famille monoparentale est de 19 % parmi celles ayant au plus le brevet, contre 5 %pour les mères diplômées du supérieur. Lorsque le plus jeune enfant a entre 15 et 17 ans, une mère sur quatre est en famille monoparentale en 2009, et ce, quel que soit son diplôme. Le constat était différent en 1990 où, quand les enfants étaient grands, la monoparentalité était plus fréquente pour les femmes diplômées du supérieur que pour les autres.

Insee Références
Paru le : 28/11/2012