Insee
Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine · Décembre 2021 · n° 102
Insee Analyses Nouvelle-AquitaineLa Charente-Maritime, un littoral très attractifLes départements de Nouvelle-Aquitaine à grands traits

Laurence Lecointre (Insee)

Un tiers des 647 000 habitants de la Charente-Maritime vit dans l’aire d’attraction de La Rochelle. Les 470 kilomètres de littoral attirent de nouveaux résidents, dont de nombreux retraités et actifs en fin de carrière. Son attractivité touristique explique la part importante de résidences secondaires, portant le département au premier rang régional. Les emplois, qui progressent ces dix dernières années, se concentrent dans le commerce et les services. L’industrie, spécialisée dans la fabrication de matériels de transport, et l'agriculture diversifiée occupent une place significative dans l’économie. Le niveau de vie moyen est comparable à celui de la région. Un habitant sur huit vit sous le seuil de pauvreté.

Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine
No 102
Paru le : Paru le 02/12/2021

Cette étude fait partie d'une série de publications sur « Les départements de Nouvelle-Aquitaine à grands traits ».

La plus longue façade maritime de la région

Avec une superficie de 6 864 km², la Charente-Maritime occupe 8,2 % de la surface de la Nouvelle-Aquitaine. En 2018, 646 900 habitants résident dans un des 13 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) regroupant les 463 communes charentaises-maritimes. Avec 470 kilomètres, le département bénéficie de la façade maritime la plus longue de la région Nouvelle-Aquitaine : le trait de côte s’étend de l’anse de l’Aiguillon au nord, jusqu’à mi-estuaire de la Gironde et la commune de Vitrezay au sud. Quatre îles font partie de ce littoral. Les îles de Ré et d’Oléron, les plus étendues et les plus peuplées, sont connectées au réseau routier continental par des ponts. Les îles d’Aix et Madame, de taille plus modeste, sont accessibles uniquement par voie maritime. En Aunis, dans le nord du département, en limite de la Vendée et des Deux-Sèvres, 21 communes font partie du Parc naturel régional du Marais poitevin, un territoire humide protégé, à cheval sur les trois départements. À l’intérieur des terres, l’A10 Paris-Bordeaux traverse la Saintonge du nord au sud, en desservant les communes de Saintes et Saint-Jean-d’Angély. La préfecture du département, La Rochelle, port maritime en eau profonde, est reliée à cet axe de communication par un réseau autoroutier secondaire et des routes nationales, tout comme Rochefort. La ville est également reliée à Paris par une ligne à grande vitesse et dispose de l’aéroport de La Rochelle-Île de Ré, qui accueille un trafic annuel de 200 000 voyageurs par an.

Un tiers de la population vit sous l’influence de La Rochelle

Avec 94 habitants par km², la densité de population est la deuxième de la région. En 2018, 84 % des habitants de la Charente-Maritime vivent dans l’une des 14 aires d’attraction présentes dans le département, un taux comparable à celui de la région. Ainsi, plus du tiers des Charentais-Maritimes, soit 230 400 personnes, résident dans l’aire d’attraction de La Rochelle, la plus peuplée (figure 1) qui s’étend également au sud du département voisin de la Vendée. Cette aire s’organise autour d’un pôle constitué par La Rochelle, Aytré et Lagord et d’une couronne de 69 communes environnantes, dont les plus importantes sont Périgny, Puilboreau, Châtelaillon-Plage, Nieul-sur-Mer et Dompierre-sur-Mer. Au centre du département, les 79 200 habitants de l’aire de Saintes représentent 12 % de la population départementale. Plus proches du littoral, les aires de Royan et Rochefort concentrent respectivement 11 % et 10 % de la population. Les aires d’attraction les plus petites, atteignant au maximum 21 000 habitants, regroupent 15 % de la population. 16 % de la population vit hors de l’influence d’une ville, sur l’île d’Oléron et à l’intérieur des terres, surtout au sud du département. Cette part est légèrement supérieure au niveau régional.

Figure 1Aires d’attraction des villes de la Charente-Maritime

  • Retrouvez les données de cette carte dans le fichier en téléchargement.
  • Source : Insee, zonage en aires d’attraction des villes 2020, recensement de la population 2018

Une démographie dynamique grâce à de nouveaux arrivants âgés

Au cours de la dernière décennie, la population départementale augmente annuellement de 0,6 %, soit 35 200 habitants supplémentaires entre 2008 et 2018. Cette progression est légèrement supérieure aux évolutions annuelles régionale (+ 0,5 %) et nationale (+ 0,4 %). Elle situe le département au troisième rang des plus dynamiques de la région, derrière la Gironde et les Landes. Cette dynamique démographique repose, comme au niveau régional, sur une forte attractivité migratoire (+ 0,8 % contre + 0,6 % en Nouvelle-Aquitaine), laquelle compense un solde naturel déficitaire c’est-à-dire moins de naissances que de décès (– 0,2 %).

La population de la Charente-Maritime vieillit. La moitié des habitants a plus de 48 ans en 2018, contre 46 ans en 2013 (figure 2). La part des personnes âgées de 65 ans et plus y est plus élevée que dans la majorité des départements néo-aquitains, à l’exception de la Creuse et de la Dordogne. Le vieillissement de la population est renforcé par le profil des migrations. En effet, le littoral attire particulièrement les retraités et les actifs en fin de carrière, notamment dans la Communauté d’agglomération de Royan-Atlantique, où quatre résidents sur dix sont âgés de 65 ans et plus. En dépit de la présence d’un campus universitaire à La Rochelle, certains jeunes quittent le département pour poursuivre leurs études supérieures. Les classes d’âge réunissant les jeunes actifs sont également sous-représentées au sein de la population.

Figure 2Pyramide des âges de la Charente-Maritime

en % du total
Pyramide des âges de la Charente-Maritime (en % du total)
Âge Charente-Maritime – Femmes Charente-Maritime – Hommes Nouvelle-Aquitaine – Femmes Nouvelle-Aquitaine – Hommes France métropolitaine – Femmes France métropolitaine – Hommes
0-4 2,12 2,16 2,33 2,41 2,73 2,85
5-9 2,53 2,65 2,70 2,82 3,00 3,13
10-14 2,71 2,86 2,81 2,95 3,01 3,16
15-19 2,72 2,95 2,85 3,03 3,00 3,17
20-24 2,00 2,40 2,55 2,66 2,79 2,90
25-29 2,06 2,07 2,44 2,45 2,85 2,82
30-34 2,44 2,36 2,72 2,62 3,09 2,96
35-39 2,76 2,57 2,98 2,85 3,20 3,07
40-44 2,86 2,75 3,04 2,95 3,14 3,08
45-49 3,39 3,24 3,42 3,32 3,40 3,34
50-54 3,42 3,22 3,46 3,32 3,39 3,29
55-59 3,49 3,18 3,47 3,26 3,34 3,17
60-64 3,92 3,44 3,55 3,23 3,23 2,96
65-69 4,29 3,79 3,62 3,28 3,15 2,83
70-74 3,73 3,27 3,11 2,73 2,68 2,34
75-79 2,51 2,10 2,17 1,78 1,88 1,52
80-84 2,25 1,67 2,04 1,48 1,75 1,22
85-89 1,91 1,13 1,73 1,01 1,43 0,80
90-94 1,14 0,50 1,05 0,45 0,83 0,35
95-99 0,40 0,13 0,37 0,11 0,28 0,08
100 0,02 0,00 0,02 0,00 0,01 0,00
  • Source : Insee, recensement de la population 2018

Figure 2Pyramide des âges de la Charente-Maritime

  • Source : Insee, recensement de la population 2018

Un littoral marqué par la présence de nombreuses résidences secondaires

En 2018, 71 % des 436 900 logements sont occupés à titre de résidence principale, une part bien inférieure à la moyenne régionale (– 9 points). Les ménages charentais-maritimes sont plus souvent propriétaires de leur résidence principale (65 %) qu’en moyenne dans la région (62 %) et en France métropolitaine (58 %). Avec 22 % du parc total de logements, soit deux fois plus que la moyenne régionale, la part de résidences secondaires est la plus élevée des départements de la région. Ces dernières sont très concentrées sur le littoral, et particulièrement fréquentes dans les communes insulaires : elles constituent au moins la moitié des logements dans trois communes sur quatre des îles de Ré et d’Oléron. Ce taux atteint même 83 % dans la commune des Portes-en-Ré. Avec 7 % du parc, la proportion de logements vacants est comparable à celle observée dans les autres départements littoraux (les Landes ou la Gironde). La vacance des logements est plus forte dans les intercommunalités rurales, et augmente à mesure que l’on s’éloigne du littoral.

Comme dans l’ensemble de la région, la taille des ménages diminue progressivement sous les effets de la décohabitation liés aux changements de mode de vie et au vieillissement de la population. Si en 1968, un ménage comptait trois personnes en moyenne par résidence principale, il est actuellement de deux occupants.

Le secteur tertiaire représente trois emplois sur quatre

En raison de la forte présence d’une population âgée, la moitié des Charentais-Maritimes sont inactifs. Parmi les actifs de plus de 15 ans, les employés sont les plus nombreux (31 %). Ils sont surreprésentés par rapport aux niveaux régional et national, comme les artisans, commerçants et chefs d’entreprise. Les cadres et professions intellectuelles supérieures constituent 11 % des actifs, contre 14 % à l’échelle de la région.

Au 31 décembre 2019, la Charente-Maritime compte 242 400 emplois, soit un dixième de l’emploi total de la Nouvelle-Aquitaine (figure 3). Entre 2009 et 2019, la croissance de l’emploi départemental suit le rythme régional (+ 0,7 %). Le département est l’un des plus dynamiques de la région avec les Pyrénées-Atlantiques et les Landes et derrière la Gironde.

Figure 3Emploi selon le secteur d’activité en Charente-Maritime

Emploi selon le secteur d’activité en Charente-Maritime
Emploi salarié au 31/12/2019 Emploi total au 31/12/2019
Charente-Maritime Nouvelle-Aquitaine Part du département en Nouvelle-Aquitaine (en %)
Effectifs (en milliers) 204 242 2 452 9,9
dont (en %)
Agriculture 4,4 5,9 4,4 13,0
Industrie 10,3 9,7 11,7 8,2
Construction 6,2 7,4 6,7 10,8
Tertiaire marchand 43,2 44,2 44,8 9,7
Tertiaire non marchand 35,9 32,9 32,3 10,1
  • Source : Estimations d’emploi localisées 2019

Le tertiaire rassemble les trois quarts des emplois du département. Les activités de service à la population, comme le commerce ou les activités bancaires – le siège social du Crédit Agricole de Charente-Maritime Deux-Sèvres est installé à Lagord, à côté de La Rochelle – figurent parmi les principaux employeurs, ainsi que certaines activités de services aux entreprises, comme Sitel, plateforme d’appels téléphoniques en périphérie de La Rochelle. Malgré la présence d’un port en eau profonde orienté vers la logistique, les activités de transport ne sont pas particulièrement surreprésentées dans le tissu économique du département. En revanche, certaines activités telles l’hébergement et la restauration s’appuient sur la forte attractivité touristique du département pour générer 8 000 emplois, auxquels s’ajoutent des emplois saisonniers lors du pic d’activité en été. En effet, avec 297 terrains de camping sur son territoire, la Charente-Maritime dispose d’un des plus grands parcs de l’hôtellerie de plein air en France, pour un total de 9,7 millions de nuitées en 2019 tous types d’hébergements confondus. Les communes littorales des Mathes et Saint-Georges-d’Oléron concentrent à elles seules plus de 12 000 emplacements de camping, soit le quart de la capacité d’accueil du département.

Les services non marchands sont parmi les plus gros employeurs du département. L’administration publique a un poids conséquent, avec la municipalité de La Rochelle et le Conseil départemental. Les activités liées à la santé humaine sont également bien implantées, avec l’hôpital Saint-Louis à La Rochelle, et les centres hospitaliers de Saintes et de Rochefort (figure 4).

Figure 4Les principaux établissements publics et privés employeurs de la Charente-Maritime

Les principaux établissements publics et privés employeurs de la Charente-Maritime
Raison sociale Tranche d’effectifs salariés Activité Commune
Public
Hôpital Saint-Louis 4 000 à 4 999 Activités hospitalières La Rochelle
Mairie de La Rochelle 1 500 à 1 999 Administration publique générale La Rochelle
Centre hospitalier de Saintonge 1 500 à 1 999 Activités hospitalières Saintes
Centre hospitalier de Rochefort 1 000 à 1 499 Activités hospitalières Rochefort
Département de la Charente-Maritime 1 000 à 1 499 Administration publique générale La Rochelle
Privé
Alstom Transport 1 000 à 1 499 Construction de locomotives et d'autre matériel ferroviaire roulant Aytré
Stelia Aerospace 750 à 999 Construction aéronautique et spatiale Rochefort
Sitel 500 à 749 Activités de centres d'appels Périgny
Atalian propreté Sud-Ouest 500 à 749 Autres activités de nettoyage des bâtiments et nettoyage industriel Saint-Georges-des-Coteaux
Caisse régionale du Crédit Agricole 500 à 749 Autres intermédiations monétaires Lagord
  • Source : Insee, Flores 2018

Une industrie spécialisée dans la construction de matériels de transport

L’industrie représente 23 600 emplois en 2019, soit 10 % des emplois de la Charente-Maritime, après une très légère baisse lors de la dernière décennie, comme en Nouvelle-Aquitaine (– 0,2 %). Elle est spécialisée dans la construction de matériels de transport, activité qui emploie près de 4 700 salariés, soit un emploi industriel sur cinq. Premiers employeurs privés du département, l’usine Alstom Transport, située à Aytré, conçoit et assemble des trains, dont le TGV, ainsi que des tramways, et Stelia Aerospace, filiale d’Airbus Group dont le siège social est situé à Rochefort, assemble des éléments de fuselage d’avions et produit des sièges pour les plus importants constructeurs aéronautiques mondiaux. La construction et la réparation navale bénéficient de la proximité des ports de La Rochelle, notamment son port de plaisance, parmi les plus vastes au monde, et contribuent aussi à la spécialisation de l’industrie dans le matériel de transport. Plus généralement, le poids de l’économie maritime représente un emploi sur cinq dans les zones d’emploi de Royan et Rochefort.

Représentant un emploi industriel sur cinq également, les industries agroalimentaires sont l’autre pilier de la transformation au sein du département. Naturenvie, établissement de fabrication de produits alimentaires bio, est l’un des plus gros employeurs privés du département. Outre la production de cognac, les activités de transformation de produits laitiers et de fabrication sont également bien représentées.

Une agriculture entre céréales, vignobles et mer

Les activités agricoles assurent 14 000 emplois à la fin de l’année 2019, situant la Charente-Maritime au deuxième rang régional après la Gironde. Ce volume d’emplois reste stable ces dix dernières années, une tendance plutôt rare parmi les autres départements de la région.

Peu orientée vers les activités d’élevage malgré la présence de production laitière, l’agriculture est diversifiée, que ce soit dans la production végétale, ou l’aquaculture. Ainsi, près de 275 000 hectares concernent la culture de céréales (blé, orges), d’oléagineux (colza), ou de protéagineux, la deuxième plus importante surface de la Nouvelle-Aquitaine derrière la Vienne.

Également spécialisée dans la viti-viniculture, la Charente-Maritime produit la moitié du vin apte à la production d’eau-de-vie, fort de sa proximité avec le Cognaçais. La vigne est également présente sur l’île d’Oléron et le long de l’estuaire de la Gironde. La conchyliculture, emblème du département, profite d’un emplacement de choix sur le bassin d’Oléron avec des villes productrices comme Marennes-Hiers-Brouage, La Tremblade ou Le Château-d’Oléron. Le département a également conservé un savoir-faire ancestral dans la production de sel sur les îles d’Oléron et de Ré.

Un niveau de vie dans la moyenne, et un peu moins de pauvreté

En 2018, la moitié de la population dispose d’un niveau de vie supérieur à 21 280 euros, soit un revenu mensuel de 1 773 euros par unité de consommation. Il s’agit du quatrième revenu médian le plus élevé de la région, derrière la Gironde, les Pyrénées-Atlantiques et les Landes. Il est comparable aux revenus médians régional et national.

Le revenu disponible est composé, à 39 %, de pensions, retraites et rentes. Cette proportion est une des plus élevées de la région, et traduit la présence importante de personnes âgées dans certains territoires du département. Dans la Communauté d’agglomération de Royan-Atlantique notamment, les retraites constituent la moitié du revenu disponible, un des plus forts taux parmi les intercommunalités de France métropolitaine. À l’inverse, les revenus des actifs (salaires et traitements, indemnités chômage, et revenus des activités non salariées) forment une des plus faibles parts de la région, après celles de la Dordogne et la Creuse.

Avec 12,8 % des habitants vivant sous le seuil de pauvreté, le département est relativement épargné par rapport à la Nouvelle-Aquitaine (13,6 %). En revanche, les disparités au sein du territoire sont importantes. La pauvreté est moins présente dans le nord du département, les Communautés de communes d’Aunis Atlantique et de l’île de Ré, avec des taux de pauvreté monétaire respectifs de 8,7 % et 9,7 %. Les intercommunalités rurales et agricoles de la Haute-Saintonge et des Vals de Saintonge, situées à l’intérieur des terres sont davantage marquées par la pauvreté, avec des taux supérieurs à 16 % (figure 5). La situation est intermédiaire sur le reste du littoral, avec une pauvreté qui touche davantage les âges actifs, tout particulièrement entre 30 ans et 50 ans. La forte dépendance du tissu économique aux activités touristiques estivales va de pair avec des emplois moins souvent pérennes et peu rémunérés. C’est dans la zone d’emploi de Royan que le taux de chômage est le plus élevé, avec 9,6 % en moyenne en 2020 (8,3 % dans le département, qui est lui-même le plus fort taux de la région).

Figure 5Taux de pauvreté par EPCI en Charente-Maritime

Taux de pauvreté par EPCI en Charente-Maritime
Département Code de l’EPCI EPCI Taux de pauvreté en 2018 (en %)
Charente-Maritime 200041523 CC de la Haute-Saintonge 16,3
Charente-Maritime 200041614 CC Aunis Sud 11,0
Charente-Maritime 200041762 CA Rochefort Océan 13,9
Charente-Maritime 200041499 CC Aunis Atlantique 8,7
Charente-Maritime 241700434 CA de la Rochelle 11,7
Charente-Maritime 200041689 CC des Vals de Saintonge Communauté 16,2
Charente-Maritime 241700640 CA Royan Atlantique 12,1
Charente-Maritime 241700459 CC de l'Île de Ré 9,7
Charente-Maritime 241700517 CC Cœur de Saintonge 12,2
Charente-Maritime 241700632 CC de Gémozac et de la Saintonge Viticole 12,0
Charente-Maritime 241700699 CC du Bassin de Marennes 13,4
Charente-Maritime 200036473 CA de Saintes 13,0
Charente-Maritime 241700624 CC de l'Île d'Oléron 13,1
Charente 200029734 CC des 4B Sud Charente 15,2
Charente 200043016 CC Val de Charente 19,5
Charente 200068914 CC La Rochefoucauld - Porte du Périgord 13,4
Charente 200070282 CC Lavalette Tude Dronne 18,9
Charente 200070514 CA du Grand Cognac 11,9
Charente 200071827 CA du Grand Angoulême 15,0
Charente 200072023 CC Cœur de Charente 14,5
Charente 200072049 CC de Charente Limousine 19,1
Charente 241600303 CC du Rouillacais 13,4
Dordogne 200027217 CC Sarlat-Périgord Noir 14,9
Dordogne 200034197 CC de Montaigne Montravel et Gurson 17,9
Dordogne 200034833 CC des Bastides Dordogne-Périgord 16,0
Dordogne 200040095 CC Isle Vern Salembre en Périgord 14,5
Dordogne 200040384 CC Isle Double Landais 17,0
Dordogne 200040392 CA Le Grand Périgueux 13,8
Dordogne 200040400 CC du Périgord Ribéracois 18,2
Dordogne 200040830 CC du Pays de Fénelon 14,4
Dordogne 200040889 CC de Portes Sud Périgord 18,2
Dordogne 200041051 CC Vallée de la Dordogne et Forêt Bessède 19,3
Dordogne 200041150 CC du Terrassonnais en Périgord Noir Thenon Hautefort 17,0
Dordogne 200041168 CC de la Vallée de l'Homme 18,5
Dordogne 200041440 CC de Domme-Villefranche du Périgord 19,4
Dordogne 200041572 CC Dronne et Belle 15,3
Dordogne 200069094 CC Isle et Crempse-en-Périgord 17,0
Dordogne 200070647 CA Bergeracoise 17,2
Dordogne 200071819 CC du Périgord Nontronnais 19,1
Dordogne 242400752 CC Périgord-Limousin 17,8
Dordogne 242400935 CC du Pays de Saint-Aulaye 21,3
Dordogne 242401024 CC Isle-Loue-Auvézère en Périgord 16,6
Gironde 200023794 CC de Blaye 15,3
Gironde 200035533 CC du Grand Saint-Émilionnais 11,9
Gironde 200043974 CC du Sud Gironde 13,9
Gironde 200043982 CC du Bazadais 14,7
Gironde 200044394 CC du Réolais en Sud Gironde 18,8
Gironde 200069581 CC Convergence Garonne 11,2
Gironde 200069599 CC Rurales de l'Entre-deux-Mers 15,0
Gironde 200069995 CC Médoc Cœur de Presqu'île 15,7
Gironde 200070092 CA du Libournais 15,4
Gironde 200070720 CC Médoc Atlantique 14,2
Gironde 243300316 Bordeaux Métropole 14,0
Gironde 243300563 CA Bassin d'Arcachon Sud-Pôle Atlantique (COBAS) 10,4
Gironde 243300811 CC de l'Estuaire 18,7
Gironde 243301165 CC Jalle-Eau-Bourde 5,1
Gironde 243301181 CC Latitude Nord Gironde 12,8
Gironde 243301215 CC du Créonnais 8,3
Gironde 243301223 CC du Grand Cubzaguais 11,1
Gironde 243301249 CC du Secteur de Saint-Loubès 8,1
Gironde 243301264 CC de Montesquieu 5,6
Gironde 243301355 CC des Coteaux Bordelais 6,8
Gironde 243301371 CC du Pays Foyen 21,7
Gironde 243301389 CC Médullienne 7,9
Gironde 243301397 CC du Fronsadais 9,1
Gironde 243301405 CC du Val de l'Eyre 7,6
Gironde 243301439 CC des Portes de l'Entre-deux-Mers 7,2
Gironde 243301447 CC Médoc Estuaire 7,2
Gironde 243301454 CC Castillon/Pujols 17,9
Gironde 243301504 CA du Bassin d'Arcachon Nord 7,9
Deux-Sèvres 200040244 CA du Bocage Bressuirais 12,4
Deux-Sèvres 200041317 CA du Niortais 11,0
Deux-Sèvres 200041333 CC de Parthenay-Gâtine 14,8
Deux-Sèvres 200041416 CC Airvaudais-Val du Thouet 13,5
Deux-Sèvres 200041994 CC Haut Val de Sèvre 10,2
Deux-Sèvres 200069748 CC Val de Gâtine 11,4
Deux-Sèvres 200069755 CC Mellois-en-Poitou 13,9
Deux-Sèvres 247900798 CC du Thouarsais 14,0
Vendée 200023778 CC du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie 8,3
Vendée 200070233 CC Terres-de-Montaigu, communauté de communes Montaigu-Rocheservière 6,0
Vendée 200071165 CA Les Sables d'Olonne Agglomération 8,9
Vendée 200071629 CC Challans-Gois Communauté 9,9
Vendée 200071900 CC Vendée Grand Littoral 9,2
Vendée 200071918 CC du Pays de Saint-Fulgent - Les Essarts 6,5
Vendée 200071934 CC Pays de Fontenay-Vendée 13,4
Vendée 200072882 CC de Vie et Boulogne 7,4
Vendée 200073260 CC Sud Vendée Littoral 11,3
Vendée 248500191 CC de l'Île de Noirmoutier 11,1
Vendée 248500258 CC Océan Marais de Monts 10,4
Vendée 248500340 CC Pays de Chantonnay 9,6
Vendée 248500415 CC du Pays de la Châtaigneraie 13,0
Vendée 248500464 CC du Pays de Pouzauges 8,2
Vendée 248500530 CC du Pays des Achards 8,5
Vendée 248500563 CC Vendée, Sèvre, Autise 11,2
Vendée 248500589 CA La Roche-sur-Yon Agglomération 10,6
Vendée 248500621 CC du Pays des Herbiers 7,7
Vendée 248500662 CC du Pays de Mortagne 6,1
  • Source : Insee, Filosofi 2018

Figure 5Taux de pauvreté par EPCI en Charente-Maritime

  • Source : Insee, Filosofi 2018

En Charente-Maritime, la quasi-totalité de la population (95 %) accède en moins de 7 minutes aux principaux services de la vie courante, comme les commerces, les bureaux de poste, les banques, les écoles, ou les médecins, ce qui en fait le deuxième département où les temps d’accès sont les plus bas derrière la Gironde. Cependant, quelques disparités existent d’une intercommunalité à l’autre au sein du département. Ainsi dans celles de La Rochelle ou de Royan, les plus peuplées, qui sont également urbanisées et bien dotées en équipements, la totalité de la population accède très rapidement aux services de proximité. À l’intérieur des terres, dans les intercommunalités plus rurales de La Haute-Saintonge et Vals de Saintonge, les temps de trajets sont supérieurs à 7 minutes pour 13 % des habitants. Dans ces espaces hors de l’influence des villes, l’éloignement aux services de la vie courante va de pair avec une pauvreté monétaire plus fréquente.

Publication rédigée par : Laurence Lecointre (Insee)

Définitions

Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre désignent les formes de coopération existant entre communes caractérisées par une fiscalité directe locale et par l’existence de compétences obligatoires. Ces intercommunalités sont composées en 2019 des communautés de communes, des communautés d’agglomération, des communautés urbaines et des métropoles.

L’aire d’attraction d’une ville définit l’étendue de l’influence d’une ville sur les communes environnantes. Elle désigne l’ensemble des communes, d’un seul tenant et sans enclave, constitué d’un pôle de population et d’emploi, et d’une couronne qui regroupe les communes dont au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle. Ce zonage succède au zonage en aires urbaines de 2010. Les pôles sont déterminés principalement à partir de critères de densité et de population totale, suivant une méthodologie cohérente avec celle de la grille communale de densité. Un seuil d’emplois est ajouté de façon à éviter que des communes essentiellement résidentielles, comportant peu d’emplois, soient considérées comme des pôles. La commune la plus peuplée du pôle est appelée commune-centre. Les communes qui envoient au moins 15 % de leurs actifs travailler dans le pôle constituent la couronne de l’aire d’attraction du pôle. Les communes qui n’appartiennent ni à un pôle ni à une couronne sont les communes hors attraction des villes.

Le niveau de vie représente le revenu disponible du ménage rapporté au nombre d’unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour toutes les personnes d’un même ménage. Les unités de consommation sont généralement calculées de la façon suivante : 1 UC pour le premier adulte du ménage ; 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus ; 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans. Par exemple un ménage composé d’un couple avec un enfant de moins de 14 ans et un de plus de 14 ans équivaut à 2,3 UC. Le revenu disponible de l’ensemble du ménage est alors divisé par 2,3.

Le revenu disponible est le revenu à la disposition du ménage pour consommer et épargner. Il comprend les revenus d’activité nets des cotisations sociales, les indemnités de chômage, les retraites et pensions, les revenus du patrimoine (fonciers et financiers) et les autres prestations sociales perçues, nets des impôts directs. Ces derniers incluent l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la contribution sociale généralisée – CSG –, contribution à la réduction de la dette sociale – CRDS – et les prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine. Il comprend une partie du solde des transferts inter ménages.

Une personne est considérée comme pauvre au sens de la pauvreté monétaire lorsque son niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Le seuil est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l’ensemble de la population. L’Insee, comme Eurostat, privilégie le seuil à 60 % de la médiane, soit 1 063 euros par mois en 2018. Le taux de pauvreté mesure la part de la population dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté.

L’accessibilité est calculée pour des trajets en minutes en heures de pointe en voiture, grâce au distancier Metric. Elle prend en compte l’équipement le plus proche du domicile et est pondérée par la population de chaque commune. La possibilité de recourir à ces services près du lieu de travail ou sur le trajet entre domicile et travail n’est pas prise en compte. Pour un panier d’équipements, on calcule la moyenne des temps d’accès à chacun des équipements. La gamme de proximité regroupe les équipements les plus fréquents en matière de services aux particuliers (banque, poste, garage automobile, métiers du bâtiment, coiffeur, restaurant et agence immobilière), de commerces (épicerie-supérette, boulangerie, boucherie-charcuterie, fleuriste), d’enseignement (école maternelle et élémentaire), de santé (médecin, dentiste, infirmier, kiné, pharmacie), de transport (taxi) et de sports-loisirs et culture (boulodrome, tennis, terrain et salle de sport).

Pour en savoir plus

L’essentiel sur … la Nouvelle-Aquitaine.

Garçon N., « La Charente-Maritime à grands traits », Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n° 13, mars 2016.

Lampin D., Régnier V., Bonotaux J., « Bordeaux-Aquitaine et Cognac-Charentes, piliers de la filière viti-vinicole », Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n° 55, avril 2018.

Genebes L., « Le Grand Port Maritime de La Rochelle : des activités orientées vers la logistique », Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n° 51, janvier 2018.

Dumartin S., « La façade Sud-Atlantique : un vivier de 50 000 emplois maritimes entre terre et mer », Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n° 59, juin 2018.