Insee
Insee Focus · Juin 2021 · n° 239
Insee FocusLa descendance finale reste légèrement supérieure à 2 enfants par femme pour les femmes nées dans les années 1970

Sylvain Papon (Insee)

En 2019, les femmes nées en 1969 ont 50 ans : elles ont eu en moyenne 2,00 enfants au cours de leur vie et n'en auront quasiment plus d’autres. Au cours du XXe siècle, la génération 1928 est celle qui a eu la descendance finale la plus élevée, avec une moyenne de 2,65 enfants par femme. La descendance finale des femmes a tendance à diminuer depuis, au fil des générations.

Les femmes ont des enfants de plus en plus tard. Ainsi, la descendance des femmes à 30 ans baisse depuis 1967 alors que celle à 40 ans remonte pour les dernières générations ayant atteint cet âge. La descendance finale des femmes devrait ainsi repartir à la hausse dans les prochaines années et rester supérieure à 2,00 enfants par femme pour les générations nées dans les années 1970.

Insee Focus
No 239
Paru le : Paru le 02/06/2021

Avertissement

Le 21 juin 2021, les points suivants ont été modifiés :

  • le niveau du seuil de renouvellement de la génération 1969, pour tenir compte de la mortalité féminine ;
  • la comparaison de la descendance finale au seuil de renouvellement limitée aux générations récentes.

En 2019, la descendance finale des femmes de 50 ans ne permet pas le renouvellement des générations

La descendance finale des femmes est le nombre moyen d’enfants qu’elles ont mis au monde au cours de leur vie féconde, c’est-à-dire de 15 à 50 ans. En 2019, les femmes de la génération 1969, ayant atteint l’âge de 50 ans, sont les plus jeunes pour lesquelles il est possible d’observer la descendance finale. Elles ont en moyenne donné naissance à 2,00 enfants tout au long de leur vie (figure 1a). Ce niveau est proche du seuil de renouvellement des générations, mais ne l’atteint pas. Une génération assure son remplacement « nombre pour nombre » si, dans la génération des enfants, le nombre de filles qui arrivent à l'âge d'avoir elles-mêmes des enfants est égal au nombre de femmes dans la génération des parents [Ined]. En raison du rapport de masculinité à la naissance (il naît environ 105 garçons pour 100 filles, 104,5 exactement en 2019) et de la faible mortalité infantile actuellement en France, le niveau de remplacement est atteint lorsque les femmes ont en moyenne 2,07 enfants. Toutes les générations nées entre 1900 et 1962 ont dépassé 2,07 enfants par femme, mais ce n'est pas pour autant qu’elles ont renouvelé les générations : la mortalité aux jeunes âges y était plus élevée qu’actuellement et le seuil de remplacement des générations était donc lui aussi plus élevé [Daguet, 2002 ; Sardon, 1990]. Les générations plus jeunes, de 1964 à 1969, ont de moins en moins d’enfants et, même si leur descendance finale reste supérieure à 2,00 enfants, celle-ci ne permet pas le renouvellement des générations.

Avant d’entamer une baisse, la descendance finale des femmes n’a pratiquement pas cessé d’augmenter entre 1900 et 1928, génération pour laquelle elle a été la plus élevée du XXe siècle avec 2,65 enfants par femme. La descendance des femmes nées entre 1926 et 1934 dépasse 2,60 enfants. Ces générations de femmes avaient entre 20 et 40 ans, âges où elles sont les plus fécondes, durant toute la période du baby-boom.

Dans un passé plus lointain, les générations nées dans les années 1890 n’ont eu que 2 enfants par femme en moyenne, nettement moins donc que les générations qui les ont précédées et que celles qui les ont suivies. Ces femmes avaient une vingtaine d’années durant la Première Guerre mondiale. L’éloignement des hommes a rendu impossible un certain nombre de naissances qui n’ont pas été « rattrapées » par la suite, malgré la très forte natalité de l’année 1920.

Figure 1a – Descendance finale par génération

en nombre moyen d’enfants pour 100 personnes
Figure 1a – Descendance finale par génération (en nombre moyen d’enfants pour 100 personnes) - Lecture : 100 femmes nées en 1959 ont eu en moyenne au cours de leur vie 212,1 enfants ; 100 hommes de la même génération en ont eu 205,9.
Génération Femmes (à 50 ans) Hommes (à 60 ans)
1885 225,4 231,2
1886 222,0 228,4
1887 218,7 225,7
1888 215,3 222,1
1889 212,2 218,8
1890 209,9 216,4
1891 207,6 216,1
1892 205,1 218,0
1893 202,8 220,6
1894 201,2 223,3
1895 200,2 224,3
1896 200,7 224,8
1897 203,0 225,3
1898 206,1 225,5
1899 209,1 225,2
1900 211,9 224,6
1901 213,6 223,9
1902 214,8 223,3
1903 215,9 223,4
1904 217,3 224,3
1905 218,7 224,9
1906 220,2 224,9
1907 222,0 226,9
1908 223,2 228,9
1909 226,0 230,4
1910 228,4 232,5
1911 229,9 234,5
1912 232,0 235,5
1913 234,1 238,1
1914 234,9 240,1
1915 237,3 248,9
1916 241,4 251,3
1917 244,3 251,3
1918 245,4 251,2
1919 249,3 256,6
1920 250,7 255,1
1921 248,4 256,6
1922 252,6 257,6
1923 254,7 257,3
1924 257,2 254,6
1925 259,5 253,0
1926 261,9 252,3
1927 263,2 251,6
1928 265,3 249,0
1929 264,2 247,6
1930 264,7 245,2
1931 262,6 244,2
1932 263,0 242,4
1933 261,7 238,6
1934 260,2 234,4
1935 258,9 232,9
1936 254,7 230,0
1937 253,1 227,8
1938 248,9 225,9
1939 244,8 222,1
1940 242,3 225,9
1941 237,3 224,2
1942 231,2 222,7
1943 229,2 221,5
1944 226,8 220,4
1945 222,7 218,2
1946 217,4 213,2
1947 213,5 211,7
1948 211,9 211,7
1949 210,7 210,5
1950 211,7 211,5
1951 211,3 209,8
1952 212,3 211,5
1953 212,0 210,2
1954 212,4 209,4
1955 213,2 209,3
1956 214,1 208,4
1957 213,6 207,2
1958 213,5 207,5
1959 212,1 205,9
1960 211,8
1961 209,3
1962 208,2
1963 206,8
1964 204,6
1965 203,6
1966 202,1
1967 201,7
1968 201,3
1969 200,3
  • Note : la descendance finale correspond à la somme des taux de fécondité par âge (entre 15 et 50 ans pour les femmes et entre 18 et 60 ans pour les hommes) pour chaque génération.
  • Lecture : 100 femmes nées en 1959 ont eu en moyenne au cours de leur vie 212,1 enfants ; 100 hommes de la même génération en ont eu 205,9.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

Figure 1a – Descendance finale par génération

  • Note : la descendance finale correspond à la somme des taux de fécondité par âge (entre 15 et 50 ans pour les femmes et entre 18 et 60 ans pour les hommes) pour chaque génération.
  • Lecture : 100 femmes nées en 1959 ont eu en moyenne au cours de leur vie 212,1 enfants ; 100 hommes de la même génération en ont eu 205,9.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

La descendance finale des hommes baisse depuis près de quarante ans

Le constat est un peu différent pour les hommes, leur vie féconde étant un peu plus longue (de 18 à 60 ans ici par convention). L’âge moyen auquel ils ont des enfants est également un peu plus élevé que celui des femmes. La génération dont la descendance finale est la plus nombreuse est celle née en 1922, soit un peu plus tôt que pour les femmes. Les générations suivantes ont eu de moins en moins d’enfants. Pour une génération donnée, la descendance finale des hommes diffère de celle des femmes, notamment du fait des écarts d’âge entre conjoints [Robert-Bobée, 2015]. La génération 1959, la plus jeune dont on puisse établir la descendance finale, a eu en moyenne légèrement plus de deux enfants (2,06).

Pour les dix générations suivantes, nées dans les années soixante, la descendance finale des hommes n’est pas encore connue, contrairement à celle des femmes. Néanmoins, ils ont moins d’enfants à 50 ans que la génération 1959 et devraient également en avoir moins à 60 ans puisque les naissances de pères de 50 à 60 ans restent relativement faibles. Leur descendance finale se rapprochera néanmoins de celle des femmes de la même génération (figure 1b, figure 3b). Cela provient en partie de la hausse de l’infécondité : le nombre d’hommes qui n’ont aucun enfant durant leur vie augmente entre les générations du début des années 1940 et celles des années 1960 [Masson, 2013].

La Première Guerre mondiale n’a jamais fait descendre la descendance finale des hommes aussi bas que celle des femmes, malgré une baisse marquée pour les générations qui avaient une vingtaine d’années pendant la guerre. En effet, non seulement leur période de forte fécondité est plus longue que celle des femmes, ce qui leur permettait d’avoir des enfants bien après la fin de la guerre, mais ils étaient également moins nombreux au sortir de la guerre compte tenu de l’excédent de décès masculin sur les décès féminins et donc favorisés sur le marché matrimonial. En revanche, les générations d’hommes nés entre 1925 et 1945 ont eu en moyenne sensiblement moins d’enfants que les femmes des générations proches, même en tenant compte des écarts d'âge habituels entre conjoints. Cela provient du fait que, pour ces générations, les arrivées en France comprenaient essentiellement des hommes seuls qui étaient logiquement comptabilisés dans les effectifs de population à chaque âge, mais ne donnaient pas naissance à des enfants en France, diminuant ainsi mécaniquement le taux de fécondité des hommes par âge et leur descendance constituée en France [Daguet, 2002].

La descendance des femmes de 30 ans diminue depuis 1967

En France, les maternités précoces sont rares [Papon, 2019]. La descendance des femmes de 20 ans est donc peu élevée : 100 femmes nées en 1999 ont en moyenne 4,5 enfants (figure 2). Pour presque toutes les générations nées entre 1927 et 1957, 100 femmes en avaient déjà plus de 20 au même âge, mais cette moyenne diminue depuis. En particulier, depuis 2010, moins de 2 % des nouveau-nés ont une mère de moins de 20 ans. Ce constat est encore plus radical pour les hommes : 100 hommes nés en 1999 ont donné naissance à 1,2 enfant. La génération d’hommes qui avait le plus d’enfants à l’âge de 20 ans est celle de 1952, mais ils en avaient beaucoup moins que les femmes (6,5 contre 25,3).

La descendance à 30 ans des femmes de la dernière génération ayant aujourd’hui cet âge, celles nées en 1989, est de 100 enfants pour 100 femmes. Elle n’est que de 66 enfants pour les hommes du même âge. La descendance à 30 ans diminue nettement pour les générations nées après la Seconde Guerre mondiale, qui ont eu cet âge en 1975 ou après. Le pic a été atteint pour la génération 1937 pour les femmes (197 enfants pour 100 femmes âgées de 30 ans) et pour la génération 1943 pour les hommes (148 enfants pour 100 hommes). Cependant, la baisse de la descendance à 30 ans peut être seulement le résultat d’un report des naissances et n’impliquera pas forcément une baisse de la descendance finale.

Figure 2 – Descendance à 20 ans et 30 ans par génération

en nombre moyen d’enfants pour 100 personnes
Figure 2 – Descendance à 20 ans et 30 ans par génération (en nombre moyen d’enfants pour 100 personnes) - Lecture : 100 femmes nées en 1989 ont eu en moyenne 100,2 enfants à l’âge de 30 ans.
Génération Femmes à 20 ans Femmes à 30 ans Hommes à 20 ans Hommes à 30 ans
1885 17,9 152,6 2,7 96,6
1886 18,1 145,8 2,7 88,1
1887 18,1 139,1 2,6 80,4
1888 18,2 132,7 2,6 73,8
1889 18,3 126,8 2,7 67,9
1890 18,4 126,9 2,7 71,8
1891 18,1 126,0 2,6 78,5
1892 18,2 124,7 2,7 86,2
1893 18,3 124,3 2,7 94,5
1894 17,6 124,7 2,6 102,5
1895 14,0 126,2 2,4 108,5
1896 10,5 128,9 2,2 112,6
1897 8,7 132,6 2,3 114,8
1898 8,3 136,8 2,6 115,6
1899 8,0 140,2 2,7 115,1
1900 11,2 143,0 3,5 114,5
1901 14,5 144,7 3,9 113,8
1902 15,7 145,7 3,8 112,7
1903 16,2 145,9 3,7 111,2
1904 16,7 146,1 3,6 109,7
1905 17,4 145,5 3,7 107,9
1906 17,9 145,0 3,7 106,1
1907 18,2 144,6 3,6 104,3
1908 18,3 144,3 3,5 103,1
1909 18,2 144,3 3,5 102,3
1910 18,5 144,2 3,4 100,7
1911 18,8 143,3 3,5 98,5
1912 19,0 142,6 3,4 95,4
1913 19,0 142,2 3,1 92,6
1914 19,3 142,1 3,1 90,5
1915 19,5 142,6 3,1 90,6
1916 20,0 149,0 3,1 102,2
1917 20,2 154,3 3,0 108,5
1918 19,7 158,4 2,9 115,1
1919 19,6 163,3 2,9 126,7
1920 17,5 168,6 3,0 132,6
1921 15,0 169,1 3,0 137,2
1922 14,3 173,5 3,4 140,6
1923 15,4 176,2 4,4 142,2
1924 16,2 180,1 4,9 141,2
1925 17,0 183,5 5,0 140,5
1926 18,1 185,7 4,4 140,4
1927 20,6 188,3 4,6 141,3
1928 22,4 190,5 4,6 140,3
1929 22,5 190,2 4,6 140,5
1930 22,5 190,7 4,5 139,9
1931 22,0 190,3 4,4 140,6
1932 21,9 192,2 4,2 141,4
1933 21,2 193,0 4,1 139,4
1934 21,0 194,6 4,0 137,7
1935 20,5 195,9 4,0 138,5
1936 20,2 195,3 4,4 139,1
1937 20,0 196,8 4,2 140,1
1938 19,6 195,3 4,2 140,2
1939 20,0 194,6 4,4 138,8
1940 21,4 194,1 4,7 141,4
1941 22,8 193,0 5,1 145,0
1942 23,2 190,1 5,0 145,3
1943 24,4 189,9 5,0 147,8
1944 26,0 187,6 5,3 145,7
1945 27,0 183,3 5,4 142,9
1946 26,3 177,4 5,3 138,8
1947 25,2 171,7 5,2 135,5
1948 24,4 168,0 5,2 132,5
1949 24,2 165,8 5,7 130,7
1950 24,1 164,6 5,9 129,7
1951 24,8 163,6 6,2 128,9
1952 25,3 162,8 6,5 128,7
1953 25,5 160,9 6,1 125,5
1954 24,8 159,3 5,8 123,4
1955 23,7 158,8 4,9 121,6
1956 22,4 158,2 4,5 118,7
1957 21,2 156,6 4,1 116,2
1958 19,8 155,3 3,6 114,0
1959 18,4 152,4 3,2 111,4
1960 17,5 150,5 3,0 107,8
1961 16,3 146,7 3,0 105,0
1962 15,4 143,2 2,8 101,3
1963 14,1 138,7 2,5 96,6
1964 12,9 133,9 2,3 93,4
1965 11,9 130,4 2,0 90,2
1966 10,9 127,2 1,8 87,9
1967 10,1 124,3 1,7 85,7
1968 9,6 122,4 1,7 84,0
1969 9,0 119,2 1,7 81,9
1970 8,5 117,3 1,6 79,9
1971 8,1 114,7 1,5 78,2
1972 7,8 112,3 1,4 75,8
1973 7,4 111,6 1,4 75,0
1974 7,1 110,9 1,4 74,4
1975 6,8 110,8 1,4 74,5
1976 6,7 109,9 1,4 74,2
1977 6,4 110,5 1,3 74,4
1978 6,3 110,4 1,5 75,6
1979 6,5 111,4 1,6 75,8
1980 6,8 110,4 1,8 74,9
1981 7,2 111,0 1,9 75,6
1982 7,2 110,6 2,0 75,1
1983 7,3 109,7 1,9 75,3
1984 7,2 109,4 2,0 75,4
1985 7,0 108,6 1,9 73,9
1986 7,0 107,5 1,9 73,6
1987 6,8 105,5 1,9 71,3
1988 6,7 103,0 1,9 68,9
1989 6,6 100,2 1,9 66,1
1990 6,5 1,8
1991 6,3 1,7
1992 6,3 1,6
1993 6,2 1,6
1994 6,0 1,6
1995 5,7 1,4
1996 5,3 1,3
1997 5,0 1,2
1998 4,5 1,2
1999 4,5 1,2
  • Lecture : 100 femmes nées en 1989 ont eu en moyenne 100,2 enfants à l’âge de 30 ans.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

Figure 2 – Descendance à 20 ans et 30 ans par génération

  • Lecture : 100 femmes nées en 1989 ont eu en moyenne 100,2 enfants à l’âge de 30 ans.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

La descendance finale des femmes devrait repartir à la hausse

La descendance finale devrait repartir à la hausse pour les générations nées dans les années 1970. En effet, la descendance à 40 ans augmente à partir de la génération 1973 (figure 3a), après un point bas pour la génération 1972 à 1,94 enfant par femme à l’âge de 40 ans. Si l’ensemble des générations nées entre 1965 et 1978 avaient en moyenne moins de 2,00 enfants par femme à l’âge de 40 ans, la génération 1979 est la première à repasser au-dessus de ce seuil. Ce phénomène est lié à la hausse de la fécondité observée en France au début des années 2000 [Papon, Beaumel, 2021] et qui a concerné en grande partie ces générations de femmes. En supposant que pour le reste de leurs années fécondes, aux âges qu’elles n’ont donc pas encore atteint en 2019, elles aient une fécondité identique à celle observée chez les femmes de ces âges en 2019, la descendance finale serait supérieure à deux enfants par femme pour toutes les générations nées entre 1973 et 1985 (figure 3b).

Bien que plus éloignés de la fin de leur vie féconde, les hommes de 40 ans suivent le même chemin. Leur descendance à 40 ans a aussi atteint un point bas pour la génération 1972, avec 174 enfants pour 100 hommes, mais remonte depuis et atteint 180 enfants pour la génération 1979. En supposant qu’aux âges qu’ils n’ont pas encore atteints, ils aient une fécondité identique à celle observée chez les hommes de ces âges en 2019, la descendance des hommes à 60 ans resterait supérieure à deux enfants par homme jusqu’à la génération 1985 (à l’exception des générations 1971 et 1972).

Figure 3a – Descendance à 40 ans par génération

en nombre moyen d’enfants pour 100 personnes
Figure 3a – Descendance à 40 ans par génération (en nombre moyen d’enfants pour 100 personnes) - Lecture : 100 femmes nées en 1969 avaient en moyenne 194,9 enfants à l’âge de 40 ans.
Génération Femmes (à 40 ans) Hommes (à 40 ans)
1885 216,4 195,3
1886 213,3 193,4
1887 210,2 191,6
1888 207,1 189,8
1889 204,2 187,6
1890 202,0 186,2
1891 199,9 187,4
1892 197,7 190,7
1893 195,6 194,2
1894 194,2 197,7
1895 193,4 199,1
1896 194,0 199,6
1897 196,3 199,7
1898 199,2 199,0
1899 201,9 197,6
1900 204,1 196,3
1901 205,3 194,6
1902 206,1 192,9
1903 206,9 191,9
1904 207,9 192,0
1905 209,0 192,1
1906 210,6 192,6
1907 212,8 195,0
1908 214,5 197,4
1909 217,4 199,3
1910 220,2 201,8
1911 222,1 203,7
1912 224,4 204,7
1913 226,6 207,1
1914 227,7 209,3
1915 230,1 218,1
1916 234,2 221,0
1917 237,0 222,2
1918 238,3 224,2
1919 242,4 231,5
1920 244,1 233,1
1921 242,2 235,7
1922 246,3 237,0
1923 248,6 237,5
1924 251,4 235,7
1925 253,9 234,8
1926 256,5 234,8
1927 258,1 235,0
1928 260,4 233,0
1929 259,5 232,2
1930 260,1 230,1
1931 258,6 230,3
1932 259,5 229,3
1933 258,7 225,9
1934 257,7 221,8
1935 256,7 220,1
1936 252,7 216,8
1937 251,2 214,7
1938 247,0 211,9
1939 243,0 207,8
1940 240,1 209,0
1941 235,3 208,4
1942 229,3 206,6
1943 227,3 206,2
1944 224,8 204,8
1945 220,6 202,6
1946 215,4 198,6
1947 211,3 196,9
1948 209,5 196,6
1949 208,4 195,5
1950 209,1 196,2
1951 208,8 194,9
1952 209,6 196,2
1953 209,3 194,7
1954 209,6 193,6
1955 210,2 193,0
1956 211,0 191,3
1957 210,2 189,6
1958 210,0 189,0
1959 208,4 187,0
1960 207,9 184,9
1961 205,4 184,1
1962 204,1 182,3
1963 202,5 180,3
1964 200,1 179,5
1965 198,8 178,2
1966 197,2 177,4
1967 196,7 177,1
1968 196,2 176,8
1969 194,9 176,4
1970 194,9 175,9
1971 193,8 175,2
1972 193,5 174,1
1973 194,4 175,2
1974 195,7 176,2
1975 196,9 178,4
1976 197,3 179,2
1977 199,2 179,9
1978 199,5 180,9
1979 200,7 179,7
  • Lecture : 100 femmes nées en 1969 avaient en moyenne 194,9 enfants à l’âge de 40 ans.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

Figure 3a – Descendance à 40 ans par génération

  • Lecture : 100 femmes nées en 1969 avaient en moyenne 194,9 enfants à l’âge de 40 ans.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

Depuis la génération 1972, la moyenne de 100 enfants pour 100 femmes n’est atteinte qu’à 30 ans

Toutes les générations n’ont pas eu le même nombre d’enfants. Elles ne les ont pas eus non plus aux mêmes âges (figure 4a). Au tournant du XXe siècle, 100 femmes avaient déjà donné naissance à 100 enfants à 27 ans, voire à 28 ou 29 ans pour les générations les plus marquées par la Première Guerre mondiale. Le retard pris par la génération 1889 entre 1914 et 1918 n’a d’ailleurs jamais été entièrement rattrapé après la guerre. A contrario, pour les générations nées entre 1924 et 1951, à l’origine du baby-boom, cette moyenne avait déjà été atteinte plus tôt, à 25 ans. Ces femmes ont eu leurs enfants jeunes et à une période où la fécondité était élevée. Depuis la génération 1972, il faut attendre l’âge de 30 ans pour que 100 femmes aient déjà donné naissance à 100 enfants.

Pour les hommes, ce seuil est atteint bien plus tard, en particulier pour les générations meurtries par la Première Guerre mondiale : 32 ans pour la génération 1889 (figure 4b), contre 29 ans pour celle de 1899. Il est atteint à 28 ans pour les générations nées entre 1921 et 1952, à l’exception des générations nées pendant la Seconde Guerre mondiale (27 ans). Ensuite, l’âge auquel 100 hommes ont eu au moins 100 enfants recule de plus en plus et il faut attendre 33 ans pour la génération 1985. Cela s’explique, pour les hommes comme pour les femmes, par une entrée bien plus tardive dans la paternité et la maternité.

Figure 4a – Descendance pour 100 femmes selon l’âge et la génération

en nombre moyen d’enfants pour 100 femmes
Figure 4a – Descendance pour 100 femmes selon l’âge et la génération (en nombre moyen d’enfants pour 100 femmes) - Lecture : 100 femmes nées en 1989 ont eu en moyenne 100,2 enfants à l’âge de 30 ans ; celles de la génération 1949 en avaient 165,8 au même âge.
Âge Génération
1889 1909 1929 1949 1969 1979 1989
15 ans 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,0
16 ans 0,6 0,5 0,5 0,7 0,3 0,2 0,2
17 ans 1,9 1,8 1,8 2,4 1,0 0,7 0,7
18 ans 4,7 4,6 5,1 6,1 2,4 1,7 1,7
19 ans 9,9 9,9 11,8 13,1 4,9 3,6 3,6
20 ans 18,3 18,2 22,5 24,2 9,0 6,5 6,6
21 ans 29,6 29,7 36,8 38,8 14,4 10,8 10,7
22 ans 42,9 42,8 53,9 56,0 21,4 16,4 15,7
23 ans 57,7 56,9 72,4 74,0 29,7 23,1 22,0
24 ans 72,6 70,8 91,4 91,3 39,3 31,2 29,6
25 ans 87,0 85,0 110,3 107,2 50,4 41,4 38,8
26 ans 95,6 98,2 128,5 121,3 63,2 53,2 49,2
27 ans 102,4 110,8 145,5 134,0 77,0 66,8 60,8
28 ans 109,8 122,6 161,9 145,8 91,2 81,3 73,4
29 ans 118,2 133,7 176,6 156,3 105,5 96,4 86,7
30 ans 126,8 144,3 190,2 165,8 119,2 111,4 100,2
31 ans 140,3 153,8 202,1 174,5 132,4 126,1
32 ans 151,6 162,0 213,0 181,9 144,2 139,6
33 ans 161,2 170,3 222,4 188,1 154,3 151,7
34 ans 170,0 178,3 231,0 192,8 163,4 162,6
35 ans 177,8 185,9 238,4 196,8 171,2 172,3
36 ans 184,9 193,0 244,5 200,3 178,0 180,5
37 ans 191,1 201,0 249,6 203,0 183,8 187,3
38 ans 196,2 207,8 253,8 205,2 188,4 192,8
39 ans 200,6 213,2 257,0 207,0 192,1 197,3
40 ans 204,2 217,4 259,5 208,4 194,9 200,7
41 ans 207,0 220,6 261,3 209,3 196,9
42 ans 208,9 222,8 262,6 209,9 198,3
43 ans 210,4 224,3 263,4 210,3 199,2
44 ans 211,3 225,2 263,8 210,5 199,7
45 ans 211,8 225,6 264,0 210,6 200,0
46 ans 212,0 225,9 264,1 210,6 200,2
47 ans 212,2 226,0 264,2 210,7 200,2
48 ans 212,2 226,0 264,2 210,7 200,3
49 ans 212,2 226,0 264,2 210,7 200,3
50 ans 212,2 226,0 264,2 210,7 200,3
  • Lecture : 100 femmes nées en 1989 ont eu en moyenne 100,2 enfants à l’âge de 30 ans ; celles de la génération 1949 en avaient 165,8 au même âge.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.

Figure 4a – Descendance pour 100 femmes selon l’âge et la génération

  • Lecture : 100 femmes nées en 1989 ont eu en moyenne 100,2 enfants à l’âge de 30 ans ; celles de la génération 1949 en avaient 165,8 au même âge.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil, estimations de population.
Publication rédigée par : Sylvain Papon (Insee)

Sources

Les données sur la descendance sont calculées par l’Insee à partir des données d’état civil et des estimations de population.
Il s’agit de la somme des taux de fécondité par âge d’une génération calculés grâce aux statistiques de l’état civil, elles ne concernent donc que les naissances en France.

Définitions


La descendance finale est le nombre moyen d'enfants mis au monde par une génération de femmes donnée tout au long de leur vie féconde, en ne tenant pas compte de leur mortalité. Il s’agit de la somme des taux de fécondité par âge d'une génération.


Le taux de fécondité à un âge donné (ou pour une tranche d'âges) est le nombre d'enfants nés vivants des femmes de cet âge au cours de l'année, rapporté à la population moyenne de l'année des femmes de même âge.
Par extension, le taux de fécondité est le rapport du nombre de naissances vivantes de l'année à l'ensemble de la population féminine en âge de procréer (nombre moyen des femmes de 15 à 50 ans sur l'année). À la différence de l'indicateur conjoncturel de fécondité, son évolution dépend en partie de l'évolution de la structure par âge des femmes âgées de 15 à 50 ans.
Il peut être calculé de la même façon pour les hommes.


Une génération se renouvelle si une femme donne naissance à une fille qui survit au moins jusqu’à l’âge d’avoir des enfants.

Pour en savoir plus

« La situation démographique en 2019 », Insee Résultats, juin 2021.

Papon S. et Beaumel C., « Bilan démographique 2020 actualisé ‒ Avec la pandémie de Covid-19, nette baisse de l’espérance de vie et chute du nombre de mariages », Insee Première n° 1846, mars 2021.

Papon S., « 759 000 nouveau-nés en France en 2018 : seulement 12 000 ont une mère de moins de 20 ans  », Insee Première n° 1773, septembre 2019.

« La situation démographique en 2018 », Insee Résultats, juin 2020.

Robert-Bobée I., « 2,1 enfants par femme pour les générations nées entre 1947 et 1963 », Insee Focus n° 25, avril 2015.

Masson L., « Avez-vous eu des enfants ? Si oui, combien ? », in France, portrait social, coll. « Insee Références », édition 2013.

Daguet F., « Un siècle de fécondité française. Caractéristiques et évolution de la fécondité de 1901 à 1999 », Insee Résultats, n° 8, octobre 2002.

Sardon J.-P., « Le remplacement des générations en Europe depuis le début du siècle », Ined, Population, 45e année, n° 6, 1990.