Niveau de qualification élevé, manque d’attractivité ou pénibilité caractérisent les métiers en tension

Lanwenn LE CORRE

En Guyane, la population active augmente rapidement malgré de nombreux flux hors de la région. Si les tendances démographiques observées récemment se poursuivent, la région compterait en 2022 une fois et demi plus d’actifs qu’en 2006. Les entrées sur le marché du travail seraient annuellement plus de deux fois supérieures aux sorties. Toutefois, à l’horizon 2022, en lien avec le recul de l’âge de départs à la retraite, la part des 55 ans et plus augmenterait de cinq points et ils seraient plus nombreux que les moins de 25 ans sur le marché du travail. Dans ce contexte, malgré une forte progression de l’emploi, se pose la problématique de l’insertion des plus jeunes qui peinent à trouver un travail. Ils restent fortement affectés par un taux de chômage élevé. De plus, l’allongement de la durée en emploi des plus âgés implique aussi une hausse du nombre de seniors au chômage. Dans une économie en développement, l’emploi progresse dans une variété de métiers pour lesquels des tensions existent en raison du niveau de qualification exigé ou de la pénibilité des fonctions.

Insee Dossier Guyane N° 8
No 8
Paru le : 22/12/2017
Consulter

Forte croissance des effectifs scolaires et population active faiblement diplômée

Lanwenn LE CORRE

En 2013, 10 % de l’emploi des actifs guyanais relève de l’enseignement, formation. Ces emplois ont augmenté de 1,9 % annuellement depuis 2008, parallèlement à la hausse des effectifs scolaires. En effet, l’essor démographique de la Guyane est impulsé par une forte natalité. Ainsi, 43 % de la population guyanaise est âgée de moins de 20 ans en 2013. Près de 80 000 élèves suivent un enseignement du premier ou du second degré en 2016. En particulier, les élèves du second degré (45 % des effectifs) augmentent de 2,6 % sur un an. L’augmentation du nombre d’élèves scolarisés se poursuivant, l’État s’est engagé dans le cadre du plan d’urgence pour la Guyane signé début 2017 à verser 250 millions d’euros sur cinq ans pour la construction de dix collèges et de cinq lycées.

Insee Dossier Guyane
No 8
Paru le : 22/12/2017