539 000 habitants dans l’Aisne au 1er janvier 2015

Pascale Hennebert, Olivier Pucher, Insee

Avec 538 659 habitants au 1er janvier 2015, la population de l’Aisne a perdu 1 799 habitants depuis 2010, soit un rythme annuel de croissance légèrement négatif (– 0,1 %), contrairement à ceux de la région (+ 0,2 %) et de la France (+ 0,5 %). Ce recul s’explique par un déficit migratoire qui n’est pas compensé par l’accroissement naturel. La périurbanisation se poursuit : les communes de moins de 2 000 habitants gagnent de la population, tandis que les autres en perdent.

Insee Flash Hauts-de-France N° 36
No 36
Paru le : 27/12/2017

Les 804 communes de l’Aisne (figure 1) rassemblent 538 659 habitants au 1er janvier 2015, soit 9,0 % de la population des Hauts-de-France. Le département se situe au 49e rang au plan national. Entre 2010 et 2015, la population a baissé de 1 799 personnes, soit une évolution annuelle moyenne de – 0,1 %. Dans le même temps, la population progresse au rythme annuel de + 0,2 % dans les Hauts-de-France, et davantage au niveau national (+ 0,5 %).

Figure 1 – Évolution de la population des communes de l'Aisne de 2010 à 2015

  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015.

Figure 2 – Évolution de la population des départements des Hauts-de-France de 2010 et 2015

Évolution de la population des départements des Hauts-de-France de 2010 et 2015
Population 2015 Taux de variation annuel de la population entre 2010 et 2015 (en %)
total dû au solde naturel dû au solde apparent des entrées-sorties
Aisne 538 659 -0,1 0,2 -0,3
Nord 2 605 238 0,2 0,6 -0,3
Oise 821 552 0,4 0,6 -0,1
Pas-de-Calais 1 472 648 0,2 0,3 -0,2
Somme 571 879 0 0,2 -0,2
Hauts-de-France 6 009 976 0,2 0,4 -0,3
France 66 190 280 0,5 0,4 0,1
  • Note : la somme des variations ne correspond pas toujours au total en raison des arrondis.
  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015.

Entre 2010 et 2015, le solde naturel du département contribue à un gain de population de 0,2 % par an (soit 0,2 point de moins qu’au plan régional). Il ne suffit pas cependant à compenser le solde migratoire qui entraîne une diminution de 0,3 % de la population par an (inférieur de 0,2 point à celui de la région).

La périurbanisation profite aux petites communes

Sous l’effet de la poursuite du mouvement de périurbanisation, la population des communes de moins de 2 000 habitants croît légèrement avec un gain de 177 habitants par an entre 2010 et 2015, soit une évolution annuelle moyenne de + 0,1 %. Elles regroupent au total 55 % des habitants du département. Sur la même période, les communes comptant plus de 2 000 habitants enregistrent un recul de leur population (– 0,2 %) (figure 3).

Figure 3 – Évolution de la population entre 2010 et 2015 par tranches de population des communes de l'Aisne

Évolution de la population entre 2010 et 2015 par tranches de population des communes de l'Aisne
Tranche de population Nombre de communes Population 2015 Population 2010 Évolution annuelle moyenne Taux d'évolution annuel moyen
total ...dû au solde naturel ...dû au solde migratoire
0 - 499 habitants 589 126 566 126 468 18 0 0,4 -0,4
500 - 999 habitants 117 80 188 79 968 50 0,1 0,3 -0,3
1000 - 1999 habitants 64 87 185 86 617 113 0,1 0,1 0
2000 - 4999 habitants 24 64 022 65 074 -210 -0,3 -0,2 -0,1
5000 - 9999 habitants 3 20 163 20 802 -128 -0,6 0 -0,6
10000 habitants ou plus 7 160 535 161 529 -199 -0,1 0,3 -0,5

Le département de l’Aisne compte 7 communes de plus de 10 000 habitants. Villers-Cotterêts et Château-Thierry ont gagné de la population entre 2010 et 2015 (respectivement + 1,2 % et + 0,2 % en moyenne chaque année). Sur la même période, les autres grandes communes ont continué de perdre des habitants (entre – 0,6 % et – 0,1 % en moyenne annuelle) (figure 4).

Figure 4 – Les dix communes les plus peuplées de l'Aisne

Les dix communes les plus peuplées de l'Aisne
Commune Population 2015 Population 2010 Taux de variation annuel moyen de la population entre 2010 et 2015 (en %) Taux de variation annuel moyen de la population entre 1990 et 2010 (en %)
Saint-Quentin 55 649 55 978 -0,1 -0,4
Soissons 28 410 28 646 -0,2 -0,2
Laon 25 358 25 986 -0,5 -0,1
Château-Thierry 14 602 14 480 0,2 -0,3
Tergnier 13 734 14 139 -0,6 -0,3
Chauny 11 831 11 983 -0,3 -0,4
Villers-Cotterêts 10 951 10 317 1,2 0,8
Hirson 9 158 9 383 -0,5 -0,4
Bohain-en-Vermandois 5 670 5 976 -1 -0,8
Gauchy 5 335 5 443 -0,4 -0,3
  • Source : Insee, recensements de la population 1990, 2010 et 2015.

La population augmente dans le sud du département, mais diminue ailleurs

Le profil départemental, avec plus de naissances que de décès et plus de départs que d’arrivées, se retrouve dans chacun des cinq arrondissements. Les arrondissements de Château-Thierry et de Soissons gagnent de la population, grâce à un excédent naturel (+ 0,3 % en rythme annuel) supérieur au déficit migratoire (– 0,1 %). Toutefois, l’installation de ménages travaillant dans l’aire urbaine de Paris qui avait contribué au solde migratoire positif observé à Château-Thierry entre 1990 et 2010, ne suffit plus à compenser les départs entre 2010 et 2015.

En revanche, les arrondissements de Laon et Saint-Quentin sont moins peuplés en 2015 qu’en 2010, en raison d’un fort déficit migratoire (– 0,4 %). Le rythme de perte de population s’atténue à Saint-Quentin par rapport aux périodes précédentes, mais le phénomène est nouveau à Laon qui gagnait encore des habitants entre 1990 et 2010. Enfin, l’arrondissement de Vervins perd 1 % de sa population tous les deux ans sous l’effet d’un fort déficit migratoire (– 0,5 %) alors que les naissances et décès se compensent. Ce phénomène s’accentue par rapport à la période 1990-2010 pendant laquelle l'arrondissement perdait 1 % de population tous les trois ans (figure 5).

Figure 5 – Évolution des composantes naturelle et migratoire dans les arrondissements de l'Aisne entre 2010 et 2015

Évolution des composantes naturelle et migratoire dans les arrondissements de l'Aisne entre 2010 et 2015
Arrondissement Population 2015 Population 2010 Évolution annuelle moyenne Taux d'évolution annuel moyen ...dû au solde naturel ...dû au solde migratoire Taux d'évolution annuel moyen 1990-2010 ...dû au solde naturel 1990-2010 ...dû au solde migratoire 1990-2010
Château-Thierry 69558 68761 159 0,2 0,3 -0,1 0,5 0,3 0,2
Laon 157719 158419 -140 -0,1 0,3 -0,4 0,1 0,3 -0,2
Saint-Quentin 130505 131526 -204 -0,2 0,2 -0,4 -0,2 0,3 -0,6
Soissons 108093 107213 176 0,2 0,3 -0,1 0,2 0,4 -0,2
Vervins 72784 74539 -351 -0,5 0 -0,5 -0,3 0,1 -0,4
  • Source : Insee, recensements de la population 2010 et 2015.

Figure 5 – Évolution des composantes naturelle et migratoire dans les arrondissements de l'Aisne entre 2010 et 2015

Encadré

Les Hauts-de-France, troisième région de France

Au 1er janvier 2015, la France compte 66 190 280 habitants (figure 2). Avec 6 009 976 habitants, les Hauts-de-France sont la troisième région de France, derrière l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Sa population croît moins rapidement qu’en France entre 2010 et 2015, au rythme annuel moyen de + 0,2 % contre + 0,5 %. Les Hauts-de-France se distinguent avec le plus fort excédent naturel de la France de province (+ 0,4 %, à égalité avec Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes) mais aussi le plus fort déficit migratoire (– 0,3 %).

Pour en savoir plus

Pucher O., « La région Hauts-de-France reste la troisième région la plus peuplée de France », Insee Flash Hauts-de-France, n° 35, décembre 2017.

Hennebert P., Pucher O., «  Le Nord, département le plus peuplé de France avec 2 600 000 habitants », Insee Flash Hauts-de-France, n° 37, décembre 2017.

Hennebert P., Pucher O., « L'Oise, troisième département le plus peuplé de la région avec 822 000 habitants », Insee Flash Hauts-de-France, n° 38, décembre 2017.

Hennebert P., Pucher O., « 1 473 000 habitants dans le Pas-de-Calais au 1er janvier 2015 », Insee Flash Hauts-de-France, n° 39, décembre 2017.

Hennebert P., Pucher O., « 572 000 habitants dans la Somme au 1er janvier 2015 », Insee Flash Hauts-de-France, n° 40, décembre 2017.