Bilan touristique 2017 - Une météo favorable aux campings

Julien Marache, Béatrice Vanlangendonck Millon

Les hébergements touristiques dans les Hauts-de-France présentent un bilan positif pour la saison 2017. Grâce à une météo clémente, l’activité des campings est en forte progression (+ 10,8 %) et celle des autres hébergements collectifs repart à la hausse (+ 4,5 %). Seule l’hôtellerie affiche une fréquentation stable qui fait suite à une année 2016 très attractive.

Entre avril et septembre 2017, les hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (résidences touristiques, villages de vacances…) des Hauts-de-France ont enregistré une augmentation de 3,1 % de leur fréquentation. Le volume des nuitées s’établit à 8,8 millions de nuitées sur la saison. Cette progression fait suite à deux années de hausse (+ 1 % chaque année), mais reste néanmoins la moins forte des régions métropolitaines. En France métropolitaine, la hausse de 6,1 % correspond à un rattrapage, après une année marquée par les attentats (figure 1).

Figure 1Une augmentation importante des nuitées portée par les campingsRépartition des nuitées par département et type d'hébergement (avril à septembre 2017)

Une augmentation importante des nuitées portée par les campings
Total des hébergements Hôtels Campings AHCT*
Nuitées 2017 Évolution 2016-2017 Nuitées 2017 Évolution 2016-2017 Nuitées 2017 Évolution 2016-2017 Nuitées 2017 Évolution 2016-2017
(en milliers) (en %) (en milliers) (en %) (en milliers) (en %) (en milliers) (en %)
Hauts-de-France 8 838 3,1 5 071 -0,5 2 369 10,8 1 399 4,5
Aisne 1 162 -0,3 316 7,4 416 2,8 429 -8,0
Nord 2 534 -0,8 1 969 -2,3 264 4,1 301 5,5
Oise 780 -0,4 650 3,5 101 -25,2 30 47,1
Pas-de-Calais 2 520 4,4 1 579 -1,8 667 17,4 274 15,7
Somme 1 843 11,1 557 0,8 921 18,7 364 10,6
France métropolitaine 307 153 6,1 124 273 5,7 123 991 5,6 58 889 8,1
  • * AHCT : autres hébergements collectifs touristiques
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

L’embellie régionale concerne surtout la clientèle française (+ 4 % de nuitées) et dans une moindre mesure, la clientèle étrangère (+ 1,3 %). Cette dernière bénéficie de la hausse desnuitées belge (+ 5 %), néerlandaise (+ 7,6 %) et allemande (+ 16,8 %). En revanche, la fréquentation anglaise a diminué de 9,2 % (figure 2).

Figure 2Les campings et autres hébergements touristiques gagnent des touristes étrangersRépartition des nuitées par nationalité et par type d'hébergement dans les Hauts-de-France en 2017 et évolution 2016-2017

Les campings et autres hébergements touristiques gagnent des touristes étrangers
Total Hôtels Campings AHCT*
Nuitées Variation 2016-2017 Nuitées Variation 2016-2017 Nuitées Variation 2016-2017 Nuitées Variation 2016-2017
(en milliers) (en %) (en milliers) (en %) (en milliers) (en %) (en milliers) (en %)
Nuitées totales 8 838 3,1 5 071 -0,5 2 369 10,8 1 399 4,5
Nuitées françaises 5 974 4,0 3 596 1,7 1 375 15 1 004 -1
Nuitées étrangères 2 864 1,3 1 475 -5,6 995 5,6 395 21,8
dont Royaume-Uni 1 000 -9,2 525 -16,6 417 0,4 58 2,3
Belgique 578 5,0 297 2,7 183 13,2 98 -1,4
Pays-Bas 423 7,6 116 10 237 8,5 70 1,2
Allemagne 286 16,8 137 -2,7 87 20,1 62 96,1
  • * AHCT : autres hébergements collectifs touristiques
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Au niveau départemental, les hébergements de la Somme affichent la plus forte progression du nombre de nuitées (+ 11,1 %). Ceux du Pas-de-Calais tirent leur épingle du jeu (+ 4,4 %), tandis que ceux des autres départements connaissent une légère diminution (entre – 0,3 % et – 0,8 %).

Une fréquentation dans l’hôtellerie toujours à un haut niveau

Les hôtels de la région ont enregistré 5 millions de nuitées entre avril et septembre. Parmi les 3 types d’hébergements, c’est le seul dont l’activité présente une légère baisse : – 0,5 % contre + 5,7 % en France métropolitaine.

Le taux d’occupation régional est de 62,3 %. Il perd 1,1 point par rapport à 2016, mais demeure supérieur à 2014 et 2015. Au niveau métropolitain, ce taux est de 66,2 %, soit une hausse de 2,9 points.

Le nombre de nuitées de la clientèle française progresse (+ 1,7 %) et compense la diminution des nuitées étrangères (– 5,6 %). Cette baisse était pressentie après une année 2016 particulièrement attractive pour les touristes non résidents en raison de l’Euro de football et des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Ainsi les Anglais, qui représentent plus d’un tiers de la fréquentation étrangère, ont généré 525 000 nuitées, soit une baisse de 16,6 % par rapport à la saison 2016.

Ciel bleu sur les campings

Après deux années maussades, les hébergements de plein airdes Hauts-de-France présentent un bilan de la saison estivale 2017 très satisfaisant. En progression de 10,8 % par rapport à 2016, le nombre de nuitées atteint presque 2,4 millions. Très sensible à la météo, les campings ont profité en 2017de conditions climatiques très favorablesen avril et juin, se traduisant par un fort accroissement des nuitées (figure 3). En France métropolitaine, l’activité des campings est également positive, affichant une croissance de 5,6 %.

Figure 3Une forte activité touristique en avril et juin dans les campingsNombre de nuitées dans les campings des Hauts-de-France en 2016 et 2017

(en milliers)
Une forte activité touristique en avril et juin dans les campings
2016 2017
Avril 144 222
Mai 233 252
Juin 249 317
Juillet 585 625
Août 723 749
Septembre 203 205
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 3Une forte activité touristique en avril et juin dans les campingsNombre de nuitées dans les campings des Hauts-de-France en 2016 et 2017

Dans la région, le nombre de nuitées est en hausse pour toutes les catégories de campings (entre + 8,1 % et + 15,1 %), excepté pour les « 1 étoile » (– 4,1 %). Ces bonnes performances touchent également tous les types d’emplacements : + 13,6 % pour les locatifs et + 8,3 % pour les emplacements nus. Elles sont portées par la clientèle française (+ 15 %) et étrangère (+ 5,6 %).

Le taux d’occupation dans l’hôtellerie de plein air atteint 28,4 % : 20,9 % pour les emplacements nus et 52,8 % pour les emplacements équipés. Il est en hausse de 2,4 points par rapport à la saison 2016 pour les premiers et en recul de 1,1 point pour les seconds, en raison d’une capacité d’hébergements plus importante.

Parmi les différents territoires, les zones littorales ont le plus profité de l’embellie (+ 24,8 %). L’attrait de la mer se retrouve dans les résultats départementaux. Ainsi, le nombre de nuitées progresse fortement dans les campings de la Somme et du Pas-de-Calais, respectivement +18,7 % et +17,4 %. La baisse dans l’Oise s’explique en grande partie par une offre d’emplacements réduite (figure 1).

Une fréquentation étrangère en hausse dans les autres hébergements collectifs

Après une saison estivale 2016 en retrait de 3,7 %, l’activité des autres hébergements collectifs touristiques repart à la hausse (4,5 %), pour atteindre presque 1,4 million de nuitées. Si la clientèle française (72 % de la fréquentation totale) se maintient, la clientèle étrangère offre de nouveaux débouchés avec une croissance des nuitées de 21,8 %.

Sources

L’Insee réalise mensuellement des enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques : hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT). Ces derniers comprennent notamment les résidences de tourisme (dont appart’hôtel), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n’incluent pas les hébergements proposés par des particuliers.

Pour les campings, à compter de 2017, l’interrogation démarre en avril sur tout le territoire et dure jusqu’en septembre. Les données d’avril 2010 à 2016 ont été estimées pour les régions dont la collecte démarrait en mai. Pour les Hauts de-France, l’enquête était déjà réalisée en avril 2016.

Ces enquêtes sont réalisées en partenariat avec la direction générale des entreprises (DGE) et les comités régionaux et départementaux du tourisme.

Définitions

La saison d’été couvre les mois d’avril à septembre.

Hébergements collectifs touristiques : hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT). Ces derniers comprennent notamment les résidences de tourisme (dont appartement), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n’incluent pas les hébergements proposés par des particuliers.

La clientèle peut être soit résidente en France (dont le lieu d’habitation habituel est localisé en France, désignée comme « clientèle française » par souci de simplification) soit non résidente (« clientèle étrangère »).

Les nuitées (ou fréquentation) correspondent au nombre total de nuits passées par les clients. Un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel compte pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Le taux d’occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupées et le nombre de chambres (emplacements) offertes par les établissements ouverts

Pour en savoir plus

Gidrol J-C « Saison touristique d’été 2017 - La fréquentation rebondit, après le repli de 2016 », Insee Focus n°  100, bilan d'été 2017, novembre 2017.

F. Favre, « Fort repli en Île-de-France et sur le littoral », Insee Focus n° 68, saison touristique d’été 2016, novembre 2016.

Bourdon A., Marache J. « Une saison touristique 2016 favorable à tous les hébergements », Insee Flash Hauts-de-France, n° 12, décembre 2016.