Familles de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy : en pleine mutation

Maud Tantin-Machecler

Depuis toujours, la famille joue un rôle important dans la société guadeloupéenne. Mais sa structure et ses conditions de vie sont, depuis les dernières décennies, en pleine transformation. Face à des situations multiples qui ne sont qu’apparemment hétérogènes, la baisse de la fécondité et les déficits de jeunes générations participent à la compréhension des grandes tendances de l’évolution des modèles familiaux en Guadeloupe.

La démographie guadeloupéenne connaît un ralentissement ces dernières années. Les jeunes sont un peu moins nombreux et les familles quasi stables. La politique familiale consiste à accompagner les familles face aux charges de l’éducation. Elle se caractérise par des aides universelles mais aussi par des aides spécifiques. Les familles monoparentales et les ménages modestes sont les premiers concernés. Au-delà des aides financières, la politique familiale passe par l’appui à différentes structures d’action sociale.

Insee Dossier Guadeloupe
No 13
Paru le : 12/05/2017
Consulter

Familles des îles du Nord - Conditions de logement

Maud Tantin-Machecler

En 2013, le parc de logements des îles du Nord augmente régulièrement : il est trois fois et demie plus important qu’en 1982 à Saint-Barthélemy et plus de cinq fois à Saint-Barthélemy. Huit logements sur dix sont des résidences principales, dont la majorité sont des maisons individuelles ou immeubles en dur. Le nombre de logements vacants saint-martinois a triplé par rapport à 1982, ce qui s’explique par les nombreuses constructions ayant bénéficié des lois de défiscalisation, mais qui ne sont pas encore habitées. Le parc de logements est relativement jeune dans les deux îles, les deux tiers des résidences principales ayant été construits après 1982. Alors que les trois quart des résidences principales sont des maisons individuelles à Saint-Barthélemy, 63 % sont des appartements à Saint-Martin.

Insee Dossier Guadeloupe
Paru le : 12/05/2017