France, portrait socialÉdition 2015

France, portrait social s'adresse à tous ceux qui souhaitent mieux connaître la société française. Cet ouvrage transversal de la collection « Insee Références » offre un large panorama de la situation sociale de la France.

Insee Références
Paru le : 04/11/2015
Consulter

Le risque de pauvreté des travailleurs à bas revenus d'activité dans les pays de l'Union européenne en 2008 et en 2012

Hélène Guedj et Sophie Ponthieux

En 2012 dans l'Union européenne à 15 pays (UE15), 29 millions de travailleurs (18 %) sont « économiquement précaires ». Cela signifie que s'ils vivaient seuls et sans autres ressources que leurs revenus d'activité, ils seraient en situation de pauvreté monétaire. C'est au Royaume-Uni, en Allemagne et en Autriche que le phénomène est le plus fréquent. Dans ces pays il est aussi en légère progression par rapport à 2008, alors qu'au niveau de l'UE15, la part de travailleurs économiquement précaires reste stable entre 2008 et 2012. En 2012, dans l'UE15, 30 % des travailleurs économiquement précaires sont pauvres. Pour les autres, l'ensemble des revenus du ménage dans lequel ils vivent, associés aux transferts sociaux, sont suffisants pour qu'ils échappent à la pauvreté malgré la faiblesse de leurs revenus d'activité. Aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et en Autriche, les taux de pauvreté des travailleurs économiquement précaires sont modérés car il s'agit fréquemment de femmes travaillant à temps partiel et vivant en couple avec un conjoint dont les revenus assurent que le ménage échappe au risque de pauvreté. Dans les pays scandinaves, la pauvreté des travailleurs économiquement précaires est plus répandue qu'en moyenne dans l'UE15, car ce sont plus souvent qu'ailleurs des jeunes et des personnes isolées. Dans les pays du Sud, le taux de pauvreté de ces travailleurs est élevé car ce sont plus souvent qu'ailleurs des personnes en couple avec des conjoints chômeurs, inactifs ou eux-mêmes économiquement précaires. En France, en Irlande et au Royaume-Uni, les transferts sociaux amortissent plus qu'ailleurs les effets de configurations familiales peu favorables (monoparentalité plus fréquente, conjoints eux-mêmes potentiellement précaires), limitant ainsi le taux de pauvreté des travailleurs précaires à 30 % en France et moins au Royaume-Uni et en Irlande.

Insee Références
Paru le : 04/11/2015