L'égalité professionnelle : Où en est-on ?

Les jeunes générations de femmes sont désormais plus diplômées et effectuent des études plus longues que les hommes. Elles semblent donc mieux armées que leurs homologues masculins pour aborder le marché de l'emploi et lutter contre un chômage plus important dans notre région qu'ailleurs. Pourtant, le taux d'activité des femmes nordistes reste l'un des plus faibles de France métropolitaine, celui des hommes s'écartant peu de la moyenne. Dans le Nord-Pas-de-Calais, le taux de chômage des femmes est plus important que celui des hommes (2 points). Au cours des quarante dernières années, les écarts d'activité et de chômage avec les hommes se sont fortement réduits. Un mouvement qui ne semble pas s'interrompre aujourd'hui : la part des femmes dans l'emploi régional est passé de 42,8 % en 1999 à 46,8 % en 2010. Les postes à responsabilité se féminisent également. Mais, l'emploi féminin reste très concentré sur un faible nombre de secteurs et de professions tels que l'enseignement, l'administration publique, la santé et l'action sociale. Pour leur part, les hommes s'orientent vers une palette plus large de métiers. D'ailleurs, la ségrégation professionnelle (mesurant la répartition des femmes et des hommes selon les métiers) a plutôt augmenté dans la région au cours de la dernière décennie contrairement à la France de métropole. De surcroît, le développement de la mixité dans les métiers les plus qualifiés n'entraîne pas forcément les mêmes opportunités de carrière.

Insee Dossier Nord-Pas-de-Calais
Paru le : 12/02/2015
Consulter

Des orientations différenciées : ébauche d'inégalités à venir ?

Vincent Bonjour, Frédéric Lejeune et Annie Firlej

Sur le plan scolaire, les filles réussissent mieux que les garçons, redoublent moins et obtiennent plus souvent, et avec de meilleurs résultats, le baccalauréat. Pourtant, les choix d'orientation montrent des différences très nettes dès l'entrée en seconde lors de la sélection des enseignements d'exploration. Les filières littéraires et médico-sociales pour les filles, les sciences de l'ingénieur pour les garçons sont les orientations scolaires premières, orientations miroirs des choix scolaires et professionnels à venir. En effet, en Terminale, le choix des filières et des séries suivent ces premières orientations, tout comme pour les parcours universitaires où les filles sont majoritaires dans les filières littéraires et médico-sociale. Ainsi, les filles ont rattrapé les garçons dans les dernières décennies, sortant désormais plus diplômées de leur parcours éducatif que les garçons. Malgré cela, à niveau de diplôme équivalent, elles occupent moins souvent des postes à responsabilité que les garçons.

Insee Dossier Nord-Pas-de-Calais
Paru le : 12/02/2015