Economie et Statistique n°378-379 - Bilan Formation-Emploi De l'école à l'emploi : parcours

Economie et Statistique
Paru le : 01/07/2005
Consulter

L'insertion professionnelle des débutants en Europe : des situations contrastées

Thomas Couppié et Michèle Mansuy

Les formes d'intégration professionnelle des débutants varient sensiblement d'un pays à l'autre, même à l'intérieur de l'Europe. En écho, le passage de l'école au monde du travail n'est pas formalisé partout de la même façon : vu comme un processus complexe mais continu en France, il enchaîne, en Allemagne, deux paliers différenciés, l'accès aux formations professionnelles par alternance en premier, l'accès aux emplois par la suite. Si les jeunes actifs ont, en Europe, une position professionnelle moins enviable que leurs aînés, l'ampleur de ce désavantage fluctue fortement selon le pays. Dans les 12 pays étudiés, la fréquence des expériences de travail précoces, avant la fin des études, semble réduire l'écart de risque de chômage entre débutants et actifs expérimentés. L'ouverture aux débutants d'un plus grand nombre de secteurs de l'économie jouerait dans le même sens. Les deux groupes, jeunes actifs et expérimentés, ont des risques de chômage, de déclassement et une mobilité d'emploi proches en Autriche, au Danemark, aux Pays-Bas comme en Allemagne. À l'opposé, les jeunes grecs et italiens, même diplômés, ont un handicap important par rapport à leurs aînés. La France est en position intermédiaire entre ces deux groupes. Le diplôme y favorise particulièrement l'accès à l'emploi. Toutefois en France, comme en Espagne et au Royaume-Uni, les jeunes actifs diplômés de l'enseignement supérieur occupent relativement moins souvent un poste de catégorie supérieure ou intermédiaire.

Economie et Statistique
No 378-379
Paru le : 01/07/2005