Economie et Statistique n°376-377 - La réduction du temps de travail

Economie et Statistique
Paru le : 01/06/2005
Consulter

Le ralentissement de la productivité du travail au cours des années 1990 : l 'impact des politiques d 'emploi

Pierre-Olivier Beffy et Nathalie Fourcade

Au début des années 1990, la productivité du travail s'est infléchie en France. Le taux de croissance annuel de la productivité par salarié dans le secteur marchand non agricole a décru de 2 % par an sur la période 1982-1992 à 0,7 % sur la période 1993-2002. Ce ralentissement s'est traduit par un enrichissement apparent de la croissance en emploi de 1 600 000 personnes entre 1993 et 2002, localisé essentiellement dans les secteurs des services. De nombreux travaux ont été menés sur ce sujet, sur données micro ou macroéconomiques, sans qu'aucun d'eux ne puisse prétendre rendre compte du phénomène de manière entièrement satisfaisante. La baisse des gains de productivité du travail en France est analysée ici à partir de données macroéconomiques trimestrielles portant sur le secteur marchand non agricole. Une équation d'emploi est estimée en s'attachant aux déterminants de long terme. Plusieurs variables permettent de rendre compte de la baisse des gains de productivité : évolution de la durée du travail, coût du travail et coût relatif des facteurs de production ­ capital, travail qualifié et peu qualifié ­, part dans l'emploi des travailleurs à temps partiel. Les équations sont estimées pour l'ensemble du secteur marchand non agricole, puis, de manière séparée, pour les branches manufacturière et non manufacturière, afin de prendre en compte la forte croissance de l'emploi dans les services. La réduction de la durée travaillée et celle du coût relatif du travail peu qualifié par rapport au travail qualifié ont contribué à la baisse des gains de productivité du travail. Ils se sont vraisemblablement accompagnés d'un ralentissement de la productivité tendancielle.

Economie et Statistique
No 376-377
Paru le : 01/06/2005