Economie et Statistique n°373

L'entraide familiale - Le travail bénévole - Une évaluation économique du paysage - Les concours financiers de l'État aux communes

Economie et Statistique
Paru le : 01/04/2005
Consulter

Le travail bénévole : un essai de quantification et de valorisation

Lionel Prouteau et François-Charles Wolff

La mesure de la ressource économique que constitue le travail bénévole réalisé dans le cadre d'un organisme, le plus souvent une association, est un exercice qui devrait être stimulé par la perspective de la construction d'un compte satellite des institutions sans but lucratif. Il s'agit toutefois d'une opération délicate qui, du fait des incertitudes qui lui sont inhérentes, gagne à être menée à partir d'enquêtes réalisées aussi bien en direction des organismes d'accueil des bénévoles qu'auprès des individus eux-mêmes. Sa première étape consiste à quantifier le bénévolat à l'aune d'une unité de temps. L'exploitation de l'enquête Vie associative, réalisée auprès des ménages par l'Insee en octobre 2002, conduit ainsi à estimer cette ressource à 820 000 emplois « équivalents temps plein » pour la France métropolitaine. Les domaines du sport, des loisirs et de la culture bénéficient, à eux seuls, de près de la moitié de cet apport. La valorisation monétaire de ce temps donné est un exercice qui rencontre les réticences de nombreux économistes, mais aussi celles des acteurs associatifs eux-mêmes. Cette valorisation est confrontée également à plusieurs difficultés, d'ordre aussi bien théorique qu'empirique. Les estimations obtenues ici à partir de l'enquête Vie associative, sur la base de la méthode des coûts de remplacement, doivent donc être appréhendées avec prudence. Elles suggèrent, cependant, qu'une valeur monétaire imputée de cette façon au bénévolat pourrait se situer dans une fourchette de 12 à 17 milliards d'euros, soit de 0,75 % à un peu plus de 1 % du PIB, selon les variantes de la méthode retenue.

Economie et Statistique
No 373
Paru le : 01/04/2005