Economie et Statistique n°391-392 - Sans-domicile

Economie et Statistique
Paru le : 01/10/2006
Consulter

Une forme discrète de pauvreté : les personnes logées utilisant les distributions de repas chauds

Maryse Marpsat (ERRATUM page 85)

Si l'enquête sur les personnes fréquentant les centres d'hébergement et les lieux de distribution de repas chauds a pour apport principal une meilleure connaissance des personnes sans domicile utilisatrices de ces services d'aide, elle permet aussi de voir que des personnes disposant de logements ont recours à ces mêmes services de restauration. On met là en évidence une forme de pauvreté sans doute moins visible dans l'espace public, mais qui n'en est pas moins profonde. Pour une partie des personnes concernées, il s'agit d'ailleurs d'anciens sans-domicile qui ont pu retrouver un logement sans pour autant sortir de la pauvreté. Le handicap physique ou mental qui touche une partie de ces personnes logées a pu être la cause de leur pauvreté, en les écartant du marché de l'emploi ou en leur rendant son accès plus difficile. Cette situation se retrouve régulièrement dans les entretiens, par exemple dans le cas d'ouvriers du bâtiment qui ont eu un accident du travail, parfois sans être déclarés. Par ailleurs, une fois reconnu, ce handicap leur assure une relative protection et un revenu régulier, quoique faible, qui leur évite de se retrouver sans logement. Malgré des revenus plus élevés provenant généralement de la perception d'allocations, ces personnes, souvent âgées, souffrent de la solitude et leurs ressources les limitent souvent à des logements de mauvaise qualité. L'aide de différents organismes et des particuliers est nécessaire à beaucoup pour compenser en partie leurs mauvaises conditions de logement et leurs faibles revenus. La fréquentation des accueils de jour et des distributions de repas a aussi une fonction sociale, en leur permettant d'avoir quelques échanges.

Economie et Statistique
No 391-392
Paru le : 01/10/2006