Les revenus d'activité des indépendantsÉdition 2009

Insee Références
Paru le : 18/09/2009
Consulter

Panorama des indépendants : emplois et revenus

M. Amar, K. Attal-Toubert, M. Desriers, F. Favre, M. Flachère, H. Fréchou, F. Guillaumat-Tailliet, É. Le Rey

Les 2,3 millions de non-salariés qui travaillent en France sont présents dans toutes les activités économiques, mais plus particulièrement dans l’agriculture, le bâtiment et les travaux publics, le commerce de détail et le paramédical. Si l’on exclut les non-salariés qui déclarent des revenus nuls ou négatifs, le revenu moyen d’un non-salarié est, en 2005, de 36 400 euros dans les activités non agricoles. Entre professions, les écarts de revenus moyens sont dans une fourchette de un à sept. Plus l’expérience est importante, plus la rémunération est élevée. L’ancienneté joue à plein pour les professions juridiques, les professions libérales d’expertise et les pharmaciens. Elle joue moins pour les autres professions non salariées. Parmi les 100 000 médecins libéraux, les spécialistes gagnent, en moyenne, deux tiers de plus que les omnipraticiens, l’écart de revenus se creusant au cours des années récentes. Parmi les spécialistes, ceux qui pratiquent des actes techniques sont les mieux rémunérés. Dans l’ensemble des exploitations agricoles, le résultat courant avant impôts par unité de travail non salarié est de 17 100 euros en moyenne en 2006. Les revenus individuels sont plus élevés dans les exploitations végétales que dans les élevages : 27 100 euros dans les exploitations spécialisées en viticulture d’appellation, 13 000 euros pour les élevages de vaches laitières. Le montant moyen par exploitation en primes et subventions d’exploitation se monte à 29 500 euros. Un cinquième des exploitations se partagent la moitié des subventions.

Insee Références
Paru le : 23/09/2009