L'économie française - Comptes et dossiersÉdition 2009

Insee Références
Paru le : 01/06/2009
Consulter

L'économie mondiale en 2008 : du ralentissement à la récession - Retournement de l'activité en France

O. Redoulès, J-M. Fournier et P. Leblanc

En 2008, l’activité mondiale s’est repliée : le ralentissement amorcé à l’été 2007 s’est poursuivi en début d’année, avant de déboucher à partir du printemps, et plus particulièrement au quatrième trimestre sur un recul de la production. La dégradation des perspectives d’activité des entreprises a d’abord touché les pays victimes de crises immobilières. La contagion au reste des économies avancées et aux grands pays émergents, où la conjoncture s’est également dégradée dès l’été 2007 puis tout au long de l’année 2008, est passée par deux canaux principaux. D’une part, le ralentissement puis la baisse de la demande des pays touchés par des crises immobilières ont fortement pesé sur les exportations de leurs partenaires commerciaux. D’autre part, la crise financière amorcée en juillet 2007, et son amplification après la faillite de la banque d’investissement Lehman Brothers en septembre 2008, ont durci les conditions de financement des entreprises et des ménages. Au total, 2008 marque la fin d’une période de croissance inhabituellement soutenue de l’économie mondiale et l’entrée dans une phase de contraction de la demande. Comme les autres pays industrialisés, la France a souffert en 2008 de la crise mondiale. Le PIB n’a ainsi progressé que de 0,4 %, après + 2,3 % en 2007. Cette très faible croissance en moyenne annuelle cache une forte dégradation en cours d’année : l’activité s’est retournée à la baisse à compter du printemps et ce recul s’est accentué à l’automne. La demande intérieure, qui avait progressé de près de 3 % par an en moyenne de 2004 à 2007, a sensiblement ralenti (+ 0,7 %). Au ralentissement de la demande intérieure s’est ajouté celui de la demande extérieure. Les exportations ont en effet reculé légèrement (- 0,2 % après + 2,6 %), affectées par le ralentissement du commerce mondial. Dans le même temps, les importations n’ont progressé que faiblement (+ 0,8 % après + 5,4 %).

Insee Références
Paru le : 25/06/2009