Insee
Insee Conjoncture Ile-de-France · Juin 2023 · n° 44
Insee Conjoncture Ile-de-FranceBilan économique 2022 - Ile-de-France La reprise économique se poursuit en Île-de-France, dans un contexte inflationniste

En 2022, en Île-de-France comme au niveau national, l’économie poursuit sa reprise, de façon plus modérée toutefois qu’en 2021. Certains indicateurs évoluent plus fortement qu’au niveau national, et sont plus favorables qu’avant la crise sanitaire. C’est le cas de l’emploi, qui progresse de 1,9 % (+1,3 % en France hors Mayotte) pour atteindre 6,3 millions de salariés, un niveau supérieur de 4,1 % à celui de fin 2019. Le taux de chômage se stabilise à 6,9 %, proche du dernier point le plus bas, enregistré fin 2008. Avec le retour des clientèles internationales, la fréquentation hôtelière s’approche de son niveau d’avant-crise.

Malgré une certaine résilience de l’économie francilienne, le contexte international et ses répercussions notamment en termes d’inflation ont eu des effets induits sur une partie des secteurs d’activité dans la région. En particulier, la construction et la commercialisation de logements neufs, l’industrie automobile et les immatriculations de véhicules neufs ont subi les conséquences de l’accroissement des coûts et de la hausse des taux d’intérêt. En fin d’année, la création d’emplois ralentit fortement en Île-de-France comme au niveau national, et le contexte du début 2023 reste marqué par des niveaux de prix élevés.

Insee Conjoncture Ile-de-France
No 44
Paru le :Paru le01/06/2023

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2022 publiés par l'Insee.

Retrouvez les bilans des autres régions.

Consulter

Tourisme - La fréquentation touristique francilienne dynamique en 2022 Bilan économique 2022

Mathieu Belliard (Comité régional du tourisme Paris Île-de-France)

Après une année 2021 qui marquait un premier redressement, l’activité du secteur touristique en Île-de-France progresse nettement en 2022. Le retour des clientèles internationales, à l’exception de certains pays asiatiques où les restrictions sanitaires ont été maintenues en 2022, a participé au dynamisme de l’activité. Tous les segments du secteur en ont profité : les chiffres d’affaires des hôteliers et des restaurateurs dépassent globalement ceux observés en 2019 et les musées et monuments retrouvent une grande partie de leur public. La fréquentation hôtelière progresse également et se rapproche des niveaux d’avant la crise sanitaire, en Île-de-France comme au niveau national.

Insee Conjoncture Ile-de-France

No 44

Paru le :01/06/2023

Avertissement

Couverture des saisons touristiques :

les données sont collectées d’avril à septembre dans les campings, et toute l’année dans les hôtels et les autres hébergements collectifs de tourisme (AHCT).

En 2020 et 2021, les confinements successifs et restrictions de déplacements durant la crise sanitaire ont perturbé la collecte de l’information sur la fréquentation mensuelle des hébergements :

  • Hôtel : les données détaillées (catégorie, type de clientèle, département) ne couvrent que la période mai – décembre en 2021. En 2020, la provenance des voyageurs n’est connue que pour la période mai – octobre.
  • Camping : la saison touristique 2021 couvre les mois de mai à septembre, celle 2020 couvre les mois de juillet à septembre.
  • AHCT : les données 2021 ne couvrent que la période mai - décembre. Les données ne sont pas disponibles sur 2020.

Les calculs d’évolution doivent être réalisés avec précaution.

Révision des séries :

à partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels, des campings et des AHCT non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette nouvelle méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées mais n’a pas d’impact sur les évolutions.

66,6 millions de nuitées hôtelières en 2022

Avec 66,6 millions de nuitées en 2022, la fréquentation hôtelière en Île-de-France connaît un rebond de 112 % par rapport à 2021 (en raison de la crise sanitaire, les données de 2021 sont estimées au niveau régional pour la période de janvier à avril et issues de la collecte de mai à décembre (Avertissement). En revanche, les fortes progressions enregistrées en Île-de-France ne permettent pas encore de retrouver le niveau d’avant-crise (-5,9 %), la région ayant été plus fortement affectée qu’au niveau national par la crise sanitaire et les restrictions induites. Au niveau national, le nombre de nuitées progresse de 54 % par rapport à 2021 et atteint ainsi un niveau inférieur de 3,4 % à celui de 2019 (figure 1). Les nuitées franciliennes représentent désormais 31 % des nuitées réalisées au niveau national (32 % en 2019).

La reprise de la fréquentation hôtelière profite à l’ensemble des départements, en particulier à ceux de la petite couronne et à Paris (respectivement +84 % et +83 % de nuitées sur la période de mai à décembre 2022 par rapport à la même période en 2021) mais aussi à ceux de la grande couronne (+71 % de nuitées). Sur l’ensemble de l’année 2022, l’Essonne et Paris retrouvent des niveaux quasi similaires à ceux observés en 2019. Malgré une très forte progression en 2022, la fréquentation hôtelière en Seine-et-Marne reste en repli de 6,6 % par rapport à 2019, et pour les autres départements, le nombre de nuitées est encore inférieur de plus de 10 % à celui observé trois ans plus tôt (figure 2).

Figure 1Nombre de nuitées totales dans les hôtels franciliens en 2019 et 2022 selon les mois

(en milliers)
Nombre de nuitées totales dans les hôtels franciliens en 2019 et 2022 selon les mois ((en milliers))
Nombre de nuitées - 2019 Nombre de nuitées - 2022
janv. 4 840 2 793
févr. 4 620 3 462
mars 5 512 4 828
avr. 6 315 5 784
mai 6 016 6 014
juin 6 823 6 449
juil. 6 775 6 920
août 6 184 6 172
sept. 6 239 6 124
oct. 6 342 6 695
nov. 5 570 5 405
déc. 5 500 5 941
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1Nombre de nuitées totales dans les hôtels franciliens en 2019 et 2022 selon les mois

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2Nuitées dans les hôtels par département

Nuitées dans les hôtels par département
Zonage Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2022 par une clientèle non résidente
En 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%) En 2022 (%) Évolution entre 2019 et 2022 (points)
Paris 37 663 -0,9 65,9 -0,4
Seine-et-Marne 9 012 -6,6 58,3 1,2
Yvelines 2 084 -17,2 22,7 -4,3
Essonne 2 046 -0,1 18,0 -4,0
Hauts-de-Seine 5 294 -12,1 37,9 -5,7
Seine-Saint-Denis 4 239 -15,8 36,9 -3,3
Val-de-Marne 2 906 -13,6 31,2 -4,7
Val-d'Oise 3 343 -18,1 26,7 -6,2
Île-de-France 66 587 -5,9 54,5 -0,7
France entière 211 765 -3,4 32,7 -2,5
  • Notes : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Des clientèles internationales de retour

En 2022, 54 % des nuitées en Île-de-France ont été effectuées par les clientèles internationales et notamment européennes, contre 33 % au niveau national. À Paris, les deux tiers des nuitées hôtelières sont réalisées par des clients étrangers. La proportion est également forte en Seine-et-Marne (58 %), dans les Hauts-de-Seine (38 %) ou encore en Seine-Saint-Denis (37 %). Seul le département de l’Essonne a une part de clientèle non résidente inférieure à 20 %. Les nuitées internationales réalisées en Île-de-France représentent désormais 52 % du total national.

Après deux années atypiques, ce sont de nouveau les hôtels classés 4 et 5 étoiles qui ont accueilli le plus de nuitées (39 %), suivis des hôtels 3 étoiles (37 %), dont la fréquentation a presque retrouvé son niveau d’avant-crise. En revanche, les hôtels classés 1 et 2 étoiles ou non classés n’ont pas retrouvé le niveau de clientèle d’avant-crise. Au niveau national, le nombre de nuitées des hôtels classés 3 étoiles est identique à celui de 2019, et celui des 4 et 5 étoiles dépasse celui d’avant-crise (figure 3).

Figure 3Nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Catégorie Nombre de nuitées en 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%)
Île-de-France France entière Île-de-France France entière
1-2 étoiles 9 210 42 335 -17,6 -11,5
3 étoiles 24 477 82 800 -0,7 -0,0
4-5 étoiles 26 096 61 586 -2,4 2,6
Non classés 6 804 25 044 -16,7 -12,4
Total 66 587 211 765 -5,9 -3,4
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Des taux d’occupation à la hausse

Le taux d’occupation moyen des hôtels franciliens est de 69 %, en hausse de près de 28 points par rapport à 2021, mais il reste inférieur à celui de 2019 d’environ 6 points. Les taux d’occupation mensuels sont tous supérieurs à ceux de 2021, ils sont aussi au-dessus de ceux de 2019 pour les mois d’octobre et décembre. En Île-de-France, les taux d’occupation sont redevenus supérieurs à ceux enregistrés au niveau national (à l’exception du mois d’août), conformément à la situation observée avant la crise sanitaire (figure 4).

Figure 4Taux d'occupation dans les hôtels

(en % du nombre de lits disponibles)
Taux d'occupation dans les hôtels ((en % du nombre de lits disponibles))
Île-de-France France entière
janv. 2022 37,7 37,4
févr. 2022 48,7 47,4
mars 2022 64,1 54,0
avr. 2022 71,3 57,2
mai 2022 75,0 63,4
juin 2022 83,1 70,8
juil. 2022 78,0 70,3
août 2022 67,8 70,4
sept. 2022 80,9 70,4
oct. 2022 82,4 64,3
nov. 2022 72,2 57,5
déc. 2022 69,9 54,4
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4Taux d'occupation dans les hôtels

  • Note : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Des chiffres d’affaires supérieurs à 2019

En 2022, le retour des touristes ainsi que la hausse des prix moyens ont eu des effets positifs sur les chiffres d’affaires. Le chiffre d’affaires dans le secteur de l’hôtellerie en Île-de-France dépasse celui de 2019 à partir du mois d’avril, avec un niveau supérieur de plus de 30 % en octobre et décembre. Le chiffre d’affaires dans le secteur de la restauration progresse dans une moindre mesure. Il dépasse le niveau de 2019 à partir de mai, variant entre +3 % et +11 % (hormis pour le mois d’août : -1,4 %) (figure 5).

Figure 5Évolution du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration

(en %)
Évolution du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration ((en %))
Hôtellerie - Île-de-France Restauration - Île-de-France Hôtellerie - France entière Restauration - France entière
janv. 2021 -79,8 -67,4 -67,3 -55,9
févr. 2021 -79,9 -68,8 -66,3 -57,8
mars 2021 -81,3 -68,9 -68,9 -59,0
avr. 2021 -85,5 -69,2 -75,0 -60,4
mai 2021 -80,3 -53,4 -62,8 -40,4
juin 2021 -73,7 -22,5 -47,0 -6,7
juil. 2021 -54,9 -10,2 -22,1 8,4
août 2021 -46,4 -18,3 -8,1 3,7
sept. 2021 -41,9 -9,5 -16,0 3,4
oct. 2021 -22,7 -5,1 -10,1 6,1
nov. 2021 -16,9 -6,8 -9,1 3,3
déc. 2021 -15,2 -3,9 -8,4 2,6
janv. 2022 -40,3 -17,3 -21,8 1,5
févr. 2022 -22,9 -9,7 -5,0 8,2
mars 2022 -2,9 -2,3 2,3 9,1
avr. 2022 7,7 -2,1 14,4 16,8
mai 2022 25,2 8,1 17,8 25,0
juin 2022 10,7 4,8 9,1 19,2
juil. 2022 26,4 8,0 13,7 21,0
août 2022 27,3 -1,4 22,6 22,9
sept. 2022 18,1 4,4 17,0 23,1
oct. 2022 32,7 4,8 18,9 22,5
nov. 2022 15,0 3,2 13,6 20,5
déc. 2022 30,6 11,0 20,8 23,2
  • Note : l’évolution est calculée par rapport au même mois de 2019.
  • Champ : unités légales monorégionales pérennes de 2017 à 2022, dont l'activité principale n'a pas changé durant cette période.
  • Source : DGFiP, Insee.

Figure 5Évolution du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration

  • Note : l’évolution est calculée par rapport au même mois de 2019.
  • Champ : unités légales monorégionales pérennes de 2017 à 2022, dont l'activité principale n'a pas changé durant cette période.
  • Source : DGFiP, Insee.

Des sites touristiques plébiscités

En 2022, la fréquentation les musées et monuments est en forte progression par rapport à 2021, où elle était restée à un niveau encore mesuré, compte tenu de la moindre présence de la clientèle internationale. À Paris, par exemple, la fréquentation de la tour Montparnasse est en hausse de 249 %, celle de l’Arc de triomphe de 244 % ou encore celle du musée d’Orsay de 213 %. Dans le reste de l’Île-de-France, le nombre de visiteurs du domaine de Versailles augmente de 173 %, celui de la basilique cathédrale de Saint-Denis de 107 % ou encore celui du château de Vincennes de 98 %. Néanmoins, la fréquentation reste en deçà de celle de 2019, en raison d’une présence des clientèles internationales (en particulier en provenance d’Asie) qui demeure plus faible qu’il y a trois ans. Ainsi, les entrées au musée du Louvre restent en retrait de 19 %, celles du château de Fontainebleau de 18 %, et celles du domaine de Versailles de 16 %.

Publication rédigée par :Mathieu Belliard (Comité régional du tourisme Paris Île-de-France)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions

Les campings sont destinés à l’accueil de tentes, de caravanes, de résidences mobiles de loisirs et d’habitations légères de loisirs. Ils sont constitués d’emplacements nus ou équipés de l’une de ces installations, ainsi que d’équipements communs.

Le nombre de nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.

Les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelle que soit la durée du séjour.

Les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.

Rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.

Le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements) offerts par les hôtels et campings ouverts.

Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année.

Résident (au sens du tourisme) :

personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) :

personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.

Taux d'ouverture :

rapport entre le nombre d'hôtels ouverts au moins un jour le mois de l'enquête et le nombre d'hôtels du parc.

Chiffre d’affaires dans l’hôtellerie ou la restauration :

Le chiffre d'affaires représente le montant des affaires (hors taxes) réalisées par une unité statistique (entreprise, unité légale) avec les tiers dans l'exercice de son activité professionnelle normale et courante. Il correspond à la somme des ventes de marchandises, de produits fabriqués, des prestations de services et des produits des activités annexes. Chaque mois, les unités légales des entreprises remplissent des formulaires pour le paiement de la TVA. Seules sont retenues les unités légales mono-régionales pérennes de 2017 à 2021, dont l'activité principale n'a pas bougé durant cette période et correspond à l’hôtellerie ou la restauration.

Définitions

Les campings sont destinés à l’accueil de tentes, de caravanes, de résidences mobiles de loisirs et d’habitations légères de loisirs. Ils sont constitués d’emplacements nus ou équipés de l’une de ces installations, ainsi que d’équipements communs.

Le nombre de nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.

Les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelle que soit la durée du séjour.

Les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.

Rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.

Le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements) offerts par les hôtels et campings ouverts.

Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année.

Résident (au sens du tourisme) :

personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) :

personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.

Taux d'ouverture :

rapport entre le nombre d'hôtels ouverts au moins un jour le mois de l'enquête et le nombre d'hôtels du parc.

Chiffre d’affaires dans l’hôtellerie ou la restauration :

Le chiffre d'affaires représente le montant des affaires (hors taxes) réalisées par une unité statistique (entreprise, unité légale) avec les tiers dans l'exercice de son activité professionnelle normale et courante. Il correspond à la somme des ventes de marchandises, de produits fabriqués, des prestations de services et des produits des activités annexes. Chaque mois, les unités légales des entreprises remplissent des formulaires pour le paiement de la TVA. Seules sont retenues les unités légales mono-régionales pérennes de 2017 à 2021, dont l'activité principale n'a pas bougé durant cette période et correspond à l’hôtellerie ou la restauration.