Insee
Insee Flash Grand Est · Août 2022 · n° 60
Insee Flash Grand EstEn 35 ans, le nombre d’emplois dans la fabrication divisé par deux

Karina Mom, Olivasoa Razafindramanana (Insee)

Le nombre d’emplois dans la fabrication diminue de moitié entre 1982 et 2018 dans le Grand Est pour s’établir à 219 400 en 2018. Cette baisse est liée à la mondialisation de l’économie et à l’automatisation des processus de production. Dans le même temps, le nombre d’emplois qualifiés progresse. En 2018, deux emplois sur trois de la fabrication sont exercés dans l’industrie manufacturière. La proportion d’emplois dans la fabrication reste la plus élevée dans l’est de la région.

Insee Flash Grand Est
No 60
Paru le : Paru le 30/08/2022

Au 1er janvier 2018, 219 400 personnes déclarent exercer un métier dans la fabrication : par exemple dans la production industrielle ou artisanale, mais ils peuvent être aussi opérateurs de saisie, techniciens des télécommunications et de l’informatique des réseaux, soit 10,6 % des emplois dans le Grand Est (figure 1). Cette part est supérieure de 2,1 points à la moyenne de France métropolitaine. La région se situe à la 5e place derrière les Pays de la Loire, la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie et le Centre-Val de Loire. Le Grand Est regroupe 10,0 % des emplois de France métropolitaine dans la fabrication, pour 7,9 % de l’emploi total et 8,5 % de la population. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France rassemblent, elles, respectivement 14,7 % et 13,7 % des emplois.

Figure 1aEmploi dans la fabrication selon les régions en France métropolitaine en 2018

Emploi dans la fabrication selon les régions en France métropolitaine en 2018 - Lecture : les emplois dans la fabrication s’élèvent à 219 403, soit 10,6 % de l’emploi total dans le Grand Est en 2018.
Code de la région Libellé de la région Part des emplois de la fabrication dans l’emploi total (en %) Nombre d’emplois dans la fabrication
11 Île-de-France 5,2 302 833
24 Centre-Val de Loire 10,8 105 370
27 Bourgogne-Franche-Comté 11,7 125 780
28 Normandie 11,1 141 383
32 Hauts-de-France 10,3 217 888
44 Grand Est 10,6 219 403
52 Pays de la Loire 11,8 182 294
53 Bretagne 9,4 124 791
75 Nouvelle-Aquitaine 8,2 192 432
76 Occitanie 7,0 155 741
84 Auvergne-Rhône-Alpes 10,0 323 194
93 Provence-Alpes-Côte d'Azur 5,6 108 187
94 Corse 3,6 4 816
France métropolitaine 8,5
  • Lecture : les emplois dans la fabrication s’élèvent à 219 403, soit 10,6 % de l’emploi total dans le Grand Est en 2018.
  • Champ : actifs occupés.
  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire au lieu de travail.

Figure 1aEmploi dans la fabrication selon les régions en France métropolitaine en 2018

  • Lecture : les emplois dans la fabrication s’élèvent à 219 403, soit 10,6 % de l’emploi total dans le Grand Est en 2018.
  • Champ : actifs occupés.
  • Source : Insee, recensement de la population 2018, exploitation complémentaire au lieu de travail.

440 600 emplois en 1982, 219 400 en 2018 dans le Grand Est

En près de 35 ans, les métiers dans la fabrication n’ont cessé de perdre des emplois, en raison de la mondialisation, de l’automatisation des lignes de production et des gains de productivité qui y sont associés.

En 1982, ils représentaient 22,4 % de l’emploi total dans la région, soit 440 630 emplois, le double d’effectifs de 2018. Dans le même temps, les emplois dans le reste de l’économie augmentaient de 21,2 %. Les Hauts-de-France, l’Île-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté sont aussi touchés par une perte importante de ces emplois. Globalement, le recul des emplois est plus modéré à l’échelle de la France métropolitaine (- 40,3 %) et la hausse des emplois dans le reste de l’économie y est plus soutenue (+ 34,7 %) (figure 2).

La crise de 2008 a intensifié ces tendances dans le Grand Est : depuis, la région a perdu 50 560 emplois dans la fabrication, soit une baisse de 2,1 % en moyenne par an, alors qu’ils diminuaient de 1,9 % entre 1982 et 2008. La fabrication est la fonction qui a le plus souffert de la crise, avec le bâtiment et les travaux publics. Dans le reste de l’économie, le recul des emplois n’est que de 0,2 % par an.

En moyenne en France métropolitaine, ainsi que pour toutes les autres régions à l’exception de la Bretagne et de la Corse, le décrochage des emplois dans la fabrication était plus important avant 2008. En Bretagne, comme dans le Grand Est, la baisse des emplois dans la fabrication s’est accélérée après 2008 ; la Corse est la seule région dont les emplois dans cette fonction ont augmenté depuis 1982.

Parallèlement à cela, et depuis 35 ans, les fonctions tertiaires se sont considérablement développées : les effectifs ont doublé pour les fonctions santé, action sociale et culture, loisirs, et triplé pour les prestations intellectuelles. Cela a eu pour conséquence une mutation du tissu économique.

Figure 2Évolution des emplois dans la fabrication et dans les autres fonctions depuis 1982

Indice base 100 en 1982
Évolution des emplois dans la fabrication et dans les autres fonctions depuis 1982 (Indice base 100 en 1982) - Lecture : le nombre d’emplois dans la fabrication diminue de 50 % entre 1982 et 2018 dans le Grand Est.
Année Fabrication dans le Grand Est Fabrication en France métropolitaine Autres fonctions dans le Grand Est Autres fonctions en France métropolitaine
1982 100 100 100 100
1990 81 81 105 108
1999 72 72 112 114
2008 61 67 124 131
2013 54 60 123 133
2018 50 60 121 135
  • Lecture : le nombre d’emplois dans la fabrication diminue de 50 % entre 1982 et 2018 dans le Grand Est.
  • Champ : actifs occupés.
  • Source : Insee, recensements de la population 1982, 1990, 1999, 2008, 2013 et 2018, exploitations complémentaires au lieu de travail.

Figure 2Évolution des emplois dans la fabrication et dans les autres fonctions depuis 1982

  • Lecture : le nombre d’emplois dans la fabrication diminue de 50 % entre 1982 et 2018 dans le Grand Est.
  • Champ : actifs occupés.
  • Source : Insee, recensements de la population 1982, 1990, 1999, 2008, 2013 et 2018, exploitations complémentaires au lieu de travail.

La fabrication résiste à Chaumont et Sarreguemines, chute à Forbach, Remiremont et Saint-Dié-des-Vosges

Les zones d’emploi de Strasbourg, de Nancy, de Metz et de Reims concentrent 31 % des effectifs régionaux dans la fabrication en 2018. Pour chacune d’elle, le poids de ces métiers est inférieur à 9 % de l’emploi total.

Les plus fortes parts d’emplois dans les métiers de la fabrication (plus de 14 % de l’emploi total en 2018) se trouvent dans les zones d’emploi de Saint-Avold, de Sarreguemines, de Saint-Dié-des-Vosges, de Haguenau, de Sélestat, de Remiremont, de Sedan et de Chaumont. Ces huit zones d’emploi se partagent 25 % des emplois régionaux dans la fabrication, pour 17 % des emplois totaux. Les zones de Chaumont et de Sarreguemines sont les moins touchées par les pertes d’emplois, leur part n’a reculé que de 6 points en 35 ans. À l’inverse, cette diminution est importante dans les zones d’emploi de Remiremont et de Saint-Dié-des-Vosges (respectivement - 23 points et - 19 points). Elle est également très forte dans la zone d’emploi de Forbach (- 26 points). Cette dernière est passée du 2e rang des zones d’emploi du Grand Est en 1982 au 18ᵉ rang en 2018, en terme de poids de la fabrication dans l’emploi total. Dans les territoires où ce poids est moins important, la baisse s‘échelonne entre - 9 et - 14 points (Sedan, Haguenau...).

En France métropolitaine, l’emploi dans la fabrication n’augmente que dans très peu de zones d’emploi, principalement situées dans le nord-ouest et le sud du pays.

Les emplois qualifiés progressent dans la fabrication

En plus de 35 ans, la mutation du tissu économique s’est accompagnée d’une transformation de la structure de l’emploi. Ainsi, le progrès technique et l’automatisation font naître de nouveaux métiers. En conséquence, le nombre d’emplois qualifiés augmente dans l’ensemble de l’économie comme dans les métiers de la fabrication. Ainsi, en 2018, 7,8 % des emplois dans la fabrication sont des emplois de cadre, contre 1,6 % en 1982. Au niveau de la France métropolitaine, la part des cadres gagne 10 points pour atteindre 12,8 % des emplois dans la fabrication en 2018.

Encadré - Deux emplois sur trois dans la fabrication sont exercés dans le secteur de l’industrie manufacturière

Les métiers dans la fabrication appartiennent majoritairement à la sphère productive, activités qui produisent des biens, ainsi que les activités de services aux entreprises, plutôt qu’à la sphère présentielle, au service de la population locale. En 2018, 82,7 % des emplois dans la fabrication relève de la sphère production, contre 93,7 % trente-cinq ans plus tôt. Plus précisément, 64,5 % des emplois dans la fabrication sont exercés dans l’industrie manufacturière en 2018 contre 69,6 % en 2008. En France métropolitaine, la part des emplois dans la fabrication inclus dans l’industrie est de 56,8 %.

Publication rédigée par : Karina Mom, Olivasoa Razafindramanana (Insee)

Sources

Toutes les données sont issues des recensements de la population 1982, 1990, 1999, 2008, 2013 et 2018 (exploitations complémentaires au lieu de travail).

Définitions

L’analyse fonctionnelle des emplois est une approche transversale aux secteurs d'activité traditionnellement utilisés. Les actifs sont ainsi répartis en quinze fonctions définies à partir de la profession exercée. L’analyse fonctionnelle peut compléter l’analyse sectorielle de la répartition de l’emploi sur le territoire. Les quinze fonctions sont : conception-recherche, prestations intellectuelles, agriculture et pêche, bâtiment et travaux publics, fabrication, commerce interentreprises, gestion, transports-logistique, entretien-réparation, distribution, service de proximité, éducation-formation, santé et action sociale, culture-loisirs, administration publique.

La fonction Fabrication est un ensemble des professions consistant à mettre en œuvre des matériels ou des processus techniques, hors agriculture et pêche et hors BTP. Pour l’essentiel, il s’agit des métiers concourant directement aux différentes étapes de la production de biens matériels et d'énergie (agents de maîtrise, techniciens en production et distribution d’énergie, eau, chauffage...).

Pour en savoir plus

Horodenciuc L., Monchâtre V., « Les territoires en déprise démographique du Grand Est ont perdu un cinquième de leurs emplois en un demi-siècle », Insee Analyses Grand Est n° 139, décembre 2021.

Manné I., Vuillier-Devillers F.,« Une orientation industrielle encore marquée dans les zones d'emploi du Grand Est », Insee Analyses Grand Est, n° 120, septembre 2020.

Levy D. (Insee), Dubois M., Lefebvre M. (Dares) « L’orientation économique des zones d’emploi : entre spécialisation et diversification des économies », Insee Première, n° 1814, septembre 2020.

Ducharne T., Eichwald A., Gascard N., « À la fois plus de cadres et d’employés non qualifiés dans tous les territoires depuis trente ans », Insee Analyses Grand Est n° 57, novembre 2017.

Reynard R. et Vialette P., « Trente ans de mutations fonctionnelles de l'emploi dans les territoires », Insee Première, n° 1538, février 2015.