Insee
Insee Flash Bretagne · Août 2021 · n° 74
Insee Flash BretagneEn 2017, un jeune Breton sur six n’est ni scolarisé ni en emploi

Emmanuel Granier, Jean-Marc Lardoux (Insee)

En 2017, les jeunes inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) représentent en Bretagne 17 % de la population âgée de 16 à 29 ans. Cette proportion est la plus faible des régions françaises mais masque de fortes disparités entre territoires. Majoritairement âgés de 20 à 25 ans, ces JIC présentent des profils très divers, notamment en matière de niveau de diplôme. Entre 2007 et 2015, la part des JIC augmente fortement, surtout parmi les jeunes âgés de 16 à 19 ans. En 2016 et 2017, elle diminue pour les 20-29 ans mais poursuit sa hausse chez les plus jeunes.

Insee Flash Bretagne
No 74
Paru le : Paru le 31/08/2021
Avertissement

Cette étude est basée sur les données des recensements de la population de 2007 à 2017. Elle ne prend donc pas en compte les effets de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 survenue en mars 2020. Cette crise a détérioré le contexte économique, notamment pour les jeunes, et a pu notablement modifier à la fois le nombre et les caractéristiques des JIC présentés dans cette étude. Les données les plus récentes en matière d’emploi des jeunes montrent qu’au 2e trimestre 2021 la situation des jeunes sur le marché du travail s’améliore comparée au trimestre précédent, mais elle reste dégradée par rapport à son niveau d’avant-crise.

Les jeunes Bretons sont moins souvent des JIC

En 2017, parmi les 503 400 Bretons âgés de 16 à 29 ans, 85 300 sont des jeunes inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) (figure 1). Parmi ces JIC, 62 200 (73 %) sont à la recherche d’un emploi, tandis que les autres présentent des situations diverses d’inactivité (encadré).

Figure 1Répartition des 16-29 ans selon leur situation face à l’emploi en Bretagne en 2017

Répartition des 16-29 ans selon leur situation face à l’emploi en Bretagne en 2017
Nombre en Bretagne Part parmi les 16-29 ans (en %)
en Bretagne en France métropolitaine
Ensemble des jeunes de 16 à 29 ans 503 400 // //
Actifs 300 400 59,7 60,7
dont actifs en emploi 238 200 47,3 47,0
dont chômeurs 62 200 12,4 13,7
Inactifs 203 000 40,3 39,3
dont élèves, étudiants ou stagiaires 180 000 35,7 33,1
dont femmes ou hommes au foyer 4 800 1,0 1,7
dont autres inactifs 18 300 3,6 4,5
Ensemble des jeunes inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) 85 300 16,9 19,9
  • Lecture : en Bretagne, 62 200 jeunes de 16 à 29 ans se déclarent au chômage. Ils représentent 12,4 % des 16-29 ans dans la région et 13,7 % en France métropolitaine.
  • Note : en raison des arrondis à la première décimale, la somme des pourcentages des trois catégories de JIC diffère de la part globale des JIC dans la population des 16 à 29 ans en Bretagne.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

Figure 1Répartition des 16-29 ans selon leur situation face à l’emploi en Bretagne en 2017

  • Lecture : en Bretagne, 62 200 jeunes de 16 à 29 ans se déclarent au chômage. Ils représentent 12,4 % des 16-29 ans dans la région et 13,7 % en France métropolitaine.
  • Note : en raison des arrondis à la première décimale, la somme des pourcentages des trois catégories de JIC diffère de la part globale des JIC dans la population des 16 à 29 ans en Bretagne.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017.

La proportion de JIC en Bretagne (17 %) est la plus faible des régions françaises et se situe trois points en deçà de la moyenne de France métropolitaine (20 %). Mais cette moyenne régionale masque des différences entre territoires. Ainsi, la part de JIC est inférieure à 15 % dans les zones d’emploi de Vitré et de Rennes et se situe en dessous de 17 % dans celles de Brest et de Lamballe-Armor (figure 2). À l’inverse, la proportion de JIC dépasse 20 % dans les zones d’emploi de Lorient, Quimperlé, Guingamp et Redon.

Figure 2Effectif et part des jeunes de 16 à 29 ans inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) par zone d’emploi en Bretagne

Effectif et part des jeunes de 16 à 29 ans inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) par zone d’emploi en Bretagne
Zone d'emploi 2020 Nombre de JIC Part des JIC (en %)
Redon 1 644 20,0
Auray 2 080 19,8
Brest 12 012 16,7
Carhaix-Plouguer 1 667 18,7
Dinan 2 033 17,5
Fougères 1 951 17,1
Guingamp 1 624 20,2
Lamballe-Armor 1 286 15,2
Lannion 2 492 18,6
Lorient 6 838 21,4
Morlaix 2 863 18,3
Ploërmel 1 650 17,5
Pontivy-Loudéac 2 788 17,9
Quimper 6 793 18,2
Quimperlé 1 400 21,3
Rennes 20 676 14,3
Saint-Brieuc 4 667 17,7
Saint-Malo 3 717 19,3
Vannes 5 298 17,2
Vitré 1 803 13,3
Bretagne 85 283 16,9
  • Lecture : la zone d’emploi de Vitré compte moins de 2 000 JIC, qui représentent moins de 15 % des jeunes qui habitent dans ce territoire.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire.

Figure 2Effectif et part des jeunes de 16 à 29 ans inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) par zone d’emploi en Bretagne

  • Lecture : la zone d’emploi de Vitré compte moins de 2 000 JIC, qui représentent moins de 15 % des jeunes qui habitent dans ce territoire.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire.

Plus de la moitié des JIC sont âgés de 20 à 25 ans

En Bretagne en 2017, 17 % des JIC sont âgés de 16 à 19 ans, 51 % de 20 à 25 ans et 32 % de 26 à 29 ans. Les 20-25 ans apparaissent largement surreprésentés parmi les JIC puisque leur poids dans l’ensemble de la population des 16-29 ans en Bretagne est inférieur de 10 points (41 %). Il en est de même en France métropolitaine, les 20-25 ans représentant 49 % des JIC et 41 % de l’ensemble des jeunes âgés de 16 à 29 ans.

L’instruction étant obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans révolus, la part de JIC parmi les jeunes Bretons de 16 ou 17 ans reste relativement faible, de l’ordre de 5 %. Cette proportion de jeunes inactifs non scolarisés ou au chômage est supérieure pour les plus âgés et ceci jusqu’à 24 ans (23 %). Ensuite, la part de JIC dans une génération diminue légèrement. Elle est encore de 19 % à 29 ans.

Ce constat global vaut aussi spécifiquement pour les JIC chômeurs. En tout début de carrière, les jeunes alternent bien souvent contrats courts et périodes de chômage. Puis, grâce à l’expérience acquise, ils obtiennent plus fréquemment des emplois durables. En revanche, l’inactivité des jeunes non scolarisés est croissante en fonction de l’âge : la part d’inactifs non scolarisés est de 3 % chez les jeunes de 16 ans et de 6 % chez ceux de 29 ans. Les raisons sont multiples mais peuvent notamment être en lien avec l’arrivée d’enfant(s) au sein du foyer ou être le signe d’un abandon progressif de la recherche d’emploi.

Une majorité de femmes parmi les JIC les plus âgés

En Bretagne, 18 % des jeunes femmes âgées de 16 à 29 ans entrent dans le champ des JIC, comparé à 16 % des jeunes hommes. Comme dans l’ensemble du pays, les jeunes femmes représentent 51 % des JIC en Bretagne. Leur part augmente avec l’âge : 45 % de jeunes femmes parmi les 16 à 19 ans, 49 % chez les 20 à 25 ans et près de 57 % pour les 26 à 29 ans. En particulier, la quasi-totalité des personnes de 16 à 29 ans qui se déclarent femmes ou hommes au foyer, c’est-à-dire ne travaillant pas par ailleurs et n’étant pas à la recherche d’un emploi, sont des jeunes femmes (97 %).

Les JIC présentent des niveaux de diplôme très divers. Ils sont un quart à ne détenir aucun diplôme ou à être titulaires du brevet des collèges, un autre quart à posséder un CAP ou un BEP et encore un quart à être détenteurs du baccalauréat. Enfin, le quart restant correspond aux diplômés de l’enseignement supérieur, 5 % des JIC possédant un diplôme supérieur ou égal au niveau Bac+5.

En dix ans, une hausse du nombre de JIC plus importante dans la région

En Bretagne, entre 2007 et 2017, le nombre de jeunes âgés de 16 à 29 ans a diminué de 13 400 alors que celui des JIC a augmenté de 16 700. Cette hausse de 24 % de l’effectif des JIC est supérieure à celle observée sur l’ensemble de la France métropolitaine (+ 17 %) (figure 3a).

Figure 3aÉvolution du nombre de jeunes de 16 à 29 ans inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) entre 2007 et 2017

base 100 en 2007
Évolution du nombre de jeunes de 16 à 29 ans inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) entre 2007 et 2017 (base 100 en 2007)
Nombre de JIC en Bretagne Nombre de JIC en France métropolitaine Nombre de jeunes en Bretagne Nombre de jeunes en France métropolitaine
2007 100,0 100,0 100,0 100,0
2008 103,5 103,0 99,9 99,9
2009 106,8 105,7 99,5 99,7
2010 111,7 109,4 99,3 99,3
2011 119,2 115,1 99,1 98,8
2012 121,6 117,1 98,7 98,3
2013 124,0 119,4 98,5 97,9
2014 127,7 121,2 98,5 97,7
2015 127,9 121,6 97,9 97,4
2016 125,8 119,4 97,4 96,9
2017 124,3 117,2 97,4 96,6
  • Lecture : en Bretagne, le nombre de JIC a progressé de 24 % entre 2007 et 2017.
  • Source : Insee, recensements de la population 2007 à 2017.

Figure 3aÉvolution du nombre de jeunes de 16 à 29 ans inactifs non scolarisés ou au chômage (JIC) entre 2007 et 2017

  • Lecture : en Bretagne, le nombre de JIC a progressé de 24 % entre 2007 et 2017.
  • Source : Insee, recensements de la population 2007 à 2017.

Dans la région, en dix ans, l’augmentation est particulièrement forte parmi les 16-19 ans (+ 56 %), alors que pour les tranches d’âge plus élevées elle est inférieure à 20 % (figure 3b).

En définitive, même si en 2017 la proportion de JIC dans la région est la plus faible en France, le lien des jeunes avec l’emploi ou l’enseignement sur les dix années d’observation semble ainsi s’être plus dégradé en Bretagne. Le nombre de JIC a particulièrement augmenté chez les 16-19 ans. Toutefois, le nombre total de JIC, aussi bien en Bretagne qu’en France métropolitaine, est en léger recul depuis 2015.

À une échelle territoriale plus fine, sur cette période 2007-2017, la zone d’emploi de Rennes est la seule où se conjuguent une croissance du nombre de JIC et une augmentation du nombre total de jeunes âgés de 16 à 29 ans. À l’inverse, ces deux populations diminuent dans les zones d’emploi de Redon, Lannion, Morlaix et Saint-Malo. Les autres zones d’emploi bretonnes ne se distinguent pas de la tendance régionale, avec une baisse de la population des jeunes et un accroissement du nombre de JIC.

Encadré – Le profil des « autres inactifs »

En 2017 en Bretagne, les 85 300 JIC se répartissent en 62 200 chômeurs et 23 100 inactifs.

Parmi ces inactifs, 4 800 sont des femmes ou hommes au foyer et 18 300 sont classés dans la catégorie des « autres inactifs ». Ces autres inactifs vivent très majoritairement dans un ménage (84 %). Ils vivent alors au sein d’une famille en tant que parent ou enfant, ou bien seuls ou en colocation. Parmi les 16 % restant, 6 % résident dans un service de moyen ou long séjour, 5 % sont des détenus et 5 % vivent dans une habitation mobile ou sont sans abri.

Par rapport à l’ensemble des JIC, ces autres inactifs sont plus fréquemment des hommes (55 % contre 49 % des JIC) . Ils sont aussi plus jeunes, avec 26 % âgés de 16 à 19 ans, à comparer à 17 % parmi tous les JIC.

Enfin, ces autres inactifs sont peu diplômés. En effet, ils sont près de la moitié (44 %) à ne posséder aucun diplôme ou à être uniquement titulaires du brevet des collèges, 16 % sont titulaires d’un CAP ou d’un BEP et un quart d’entre eux (24 %) sont diplômés du baccalauréat. Seuls 16 % ont un diplôme de l’enseignement supérieur.

Publication rédigée par : Emmanuel Granier, Jean-Marc Lardoux (Insee)

Définitions

Dans cette étude, les jeunes inactifs ou au chômage, « JIC », désignent les jeunes de 16 à 29 ans qui ne sont ni « actifs ayant un emploi », ni « élèves, étudiants, stagiaires » selon leur déclaration au recensement de la population. Le périmètre du champ ne correspond pas exactement à celui des « NEET » (de l’anglais neither in employment nor in education or training) désignant les personnes qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation, défini au niveau national grâce à l’enquête Emploi. En effet, le recensement de la population ne permet ni de repérer certaines personnes en formation (parfois déclarées inactives ou au chômage), ni de définir le chômage au sens du Bureau international du travail (BIT). Cependant, il permet des études à des niveaux géographiques fins, contrairement à l’enquête Emploi.

Une zone d’emploi est un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent. Les zones d’emploi ont été redéfinies en 2020.

Un NEET (neither in employment nor in education or training) est une personne qui n’est ni en emploi, ni en études, ni en formation (formelle ou non formelle).

Pour en savoir plus

J. Bernard (Insee), « Les jeunes ni en emploi, ni en études, ni en formation : jusqu’à 21 ans, moins nombreux parmi les femmes que parmi les hommes », Insee Focus,n° 229 (2021, mars)

E. Granier, V. Mariette (Insee), « Un taux de chômage moins élevé qu’en France qui masque de fortes disparités entre les zones d’emploi », Insee Flash Bretagne, n° 65 (2020, déc.)

M. Flachère, L. Frénois (Insee), E. Kesseler, D. Terré (DRJSCS) « Inactivité et chômage des jeunes : un éloignement de l’emploi à plusieurs facettes », Insee Analyses Occitanie, n° 99 (2020, déc.)

E. Bianco, M. Martin (Insee), « L’inactivité et le chômage des jeunes sont un peu moins fréquents dans la région », Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes, n° 92 (2020, janv.)