Economie et Statistique / Economics and Statistics n° 503-504 - 2018Mélanges

Economie et Statistique / Economics and Statistics
Paru le : Paru le 10/01/2019
Antoine Ferey
Economie et Statistique / Economics and Statistics - Janvier 2019
Consulter

Allocations logement et incitations financières au travail : simulations pour la France

Antoine Ferey

Economie et Statistique / Economics and Statistics

Paru le : 10/01/2019

Résumé

Cet article caractérise l'impact des allocations logement sur les incitations financières au travail en France. Le taux marginal effectif de prélèvements et le taux effectif de prélèvements à l'emploi sont estimés, pour les célibataires sans enfants et en emploi, à partir de l'enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS, Insee) à l'aide modèle de microsimulation TAXIPP. Ils sont décomposés par instruments fiscaux et prestations sociales. La modulation des allocations logement en fonction des ressources du foyer a un effet désincitatif important sur le travail. À la marge intensive, une augmentation de 1 euro du salaire brut réduit les allocations logement de 27 centimes en moyenne. Combinée avec la baisse des autres prestations sociales sous condition de ressources (30 centimes) et le paiement des cotisations sociales (21 centimes), le taux marginal effectif de prélèvements est proche de 80 %. À la marge extensive, la réduction de l'allocation logement lors de l'accès à un emploi agit comme une taxe sur la participation à l'emploi. Du fait de la substituabilité des allocations chômage et des prestations sous conditions de ressources, l'importance de cette taxe varie selon que les individus reçoivent ou non des allocations chômage en l'absence d'emploi.

Article (pdf, 1 Mo)

Citer cet article

Ferey, A. (2018). Housing Benefits and Monetary Incentives to Work: Simulations for France. Economie et Statistique / Economics and Statistics, 503-504, 37–59.
https://doi.org/10.24187/ecostat.2018.503d.1956