Insee conjoncture

Au troisième trimestre 2018, la fréquentation touristique progresse plus modérément (+1,1 % sur un an, après +1,7 % au trimestre précédent)Fréquentation touristique dans les hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) - troisième trimestre 2018

12 Novembre 2018 : Le fichier de données complémentaires a été actualisé par rapport à la publication du 9 Novembre 2018; les commentaires portent sur les données disponibles au 9/11. Au troisième trimestre 2018 en France métropolitaine, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques, exprimée en nuitées, augmente de 1,1 % par rapport à la même période de 2017. La hausse sur un an atteignait 1,7 % le trimestre précédent. Ainsi, après le net dynamisme de 2017, la fréquentation continue de croître mais à un rythme plus modéré. Comme au trimestre précédent, la croissance est globalement tirée par la clientèle ne résidant pas en France (+4,6 %), alors que la fréquentation des résidents se tasse (−0,5 %).

La fréquentation touristique est tirée par la clientèle non résidente

Au troisième trimestre 2018 en France métropolitaine, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques, exprimée en nuitées, augmente de 1,1 % par rapport à la même période de 2017. La hausse sur un an atteignait 1,7 % le trimestre précédent. Ainsi, après le net dynamisme de 2017, la fréquentation continue de croître mais à un rythme plus modéré. Comme au trimestre précédent, la croissance est globalement tirée par la clientèle ne résidant pas en France (+4,6 %), alors que la fréquentation des résidents se tasse (−0,5 %).

Dans les hôtels, le nombre de nuitées des non-résidents est en forte progression

Au troisième trimestre 2018, les nuitées dans l'hôtellerie progressent de 2,1 % en glissement annuel (après +1,3 % au trimestre précédent).

La progression de la fréquentation est comparable dans les hôtels de chaîne et dans l'hôtellerie indépendante.

La hausse est particulièrement forte dans le haut de gamme (+6,6 % dans les 4 ou 5 étoiles).

La fréquentation des non-résidents accélère (+7,2 % après +5,9 % au deuxième trimestre) ; celle des résidents est en retrait pour le deuxième trimestre consécutif (−1,2 %, après −1,3 %). Ainsi, l'écart de dynamique entre les deux clientèles est important et concerne tous les espaces.

La fréquentation hôtelière progresse fortement en Île-de-France (+7,1 %), davantage que dans les massifs de haute montagne (+1,9 %) et sur le littoral (+1,4 %). Elle est stable dans les espaces urbains de province et diminue dans les autres espaces (zones de moyenne montagne et zones rurales).

Graphique1 – Nuitées dans les hôtels

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

La fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques marque le pas

La fréquentation des autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) fléchit légèrement par rapport au même trimestre de 2017 (−0,7 % sur un an). La croissance était encore soutenue au deuxième trimestre (+3,7 %). Contrairement aux hôtels et campings, ces hébergements voient la clientèle non résidente baisser (−1,4 % sur un an), après plus d'un an de hausse continue. Par ailleurs, la fréquentation de la clientèle résidente faiblit légèrement.

La hausse des nuitées reste très forte en Île-de-France (+20,2 %), plus marquée que dans les espaces urbains de province (+3,7 %) et les autres espaces. En revanche, la fréquentation se replie sur le littoral et surtout chute dans les massifs de montagne (−12,4 % sur un an), tant pour la clientèle résidente que non résidente.

Graphique2 – Nuitées dans les AHCT

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

La fréquentation dans les campings continue de progresser

La fréquentation dans les campings continue de progresser (+1,1 % sur un an), grâce à la clientèle non résidente (+3,5 %). Cette hausse est tirée par l'activité des hébergements haut de gamme (+3,7 % dans les campings 4 et 5 étoiles) et par l'engouement pour les emplacements équipés. La fréquentation dans les zones littorales (+2,4 %) bénéficie notamment de conditions météorologiques très favorables au troisième trimestre et profite nettement de l'apport des non-résidents (+6,9 %). À l'inverse, les nuitées baissent dans les autres espaces (essentiellement ruraux).

Graphique3 – Nuitées dans les campings

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Une fréquentation soutenue aux mois d'août et septembre

Tous types d'hébergements confondus, la fréquentation a légèrement fléchi au mois de juillet par rapport à l'année précédente, du fait de l'absence de « pont » pour le 14 juillet, de vacances scolaires tardives et peut-être d'un effet de la Coupe du monde de football, qui auraient provoqué un décalage des départs en vacances. En revanche, les conditions météorologiques particulièrement favorables ont permis d'atteindre des niveaux de fréquentation touristique très élevés en août et en septembre, dépassant ceux d'une année 2017 déjà record.

Révisions

Par rapport à la précédente publication, l'évolution du nombre total de nuitées au deuxième trimestre 2018 est revue à la baisse (+1,7 % au lieu de +2,1 %). Elle est revue à la baisse pour les campings (+0,8 % au lieu de +1,7 %) et pour les AHCT (+3,7 % au lieu de +4,4 %) et elle est inchangée pour les hôtels.

Tableau1 – Nuitées au troisième trimestre 2018 *

Nuitées au troisième trimestre 2018 *
Nuitées du trimestre Glissement annuel (T/T-4) des nuitées (en %)
Totales (en millions) % de nuitées étrangères Totales Non-résidents Résidents
Total 202,6 32,6 1,1 4,6 –0,5
Hôtels 69,1 41,7 2,1 7,2 –1,2
Non classés 8,8 32,2 21,5 35,5 15,8
1 et 2 étoiles 16,2 30,9 –10,3 –2,2 –13,4
3 étoiles 26,3 41,2 2,5 5,5 0,4
4 et 5 étoiles 17,8 57,1 6,6 7,9 4,9
Chaîne 32,3 43,2 2,0 7,2 –1,7
Indépendant 36,8 40,5 2,3 7,2 –0,8
Île-de-France 19,6 65,0 7,1 11,3 0,1
Urbain de province 24,4 33,1 0,1 4,2 –1,8
Littoral 15,2 35,3 1,4 5,6 –0,8
Massifs ski 2,3 28,4 1,9 8,0 –0,3
Autres espaces 7,6 26,4 –1,8 –0,8 –2,2
Autres hébergements collectifs touristiques 36,6 17,7 –0,7 –1,4 –0,6
Résidences tourisme 25,7 21,0 1,7 –4,9 3,6
Autres 10,8 10,0 –6,1 21,1 –8,4
Île-de-France 3,3 38,1 20,2 15,1 23,5
Urbain de province 6,0 18,4 3,7 –15,6 9,3
Littoral 15,2 15,4 –2,2 0,4 –2,7
Massifs ski 5,5 11,1 –12,4 –11,4 –12,6
Autres espaces 6,5 17,7 1,3 1,5 1,3
Campings 97,0 31,7 1,1 3,5 0,1
Non classés 4,2 30,5 –6,3 –5,9 –6,5
1 et 2 étoiles 12,0 26,5 –4,6 –0,4 –6,1
3 étoiles 30,6 31,2 0,6 1,5 0,2
4 et 5 étoiles 50,1 33,4 3,7 6,2 2,4
Emplacements nus 47,5 41,1 –1,5 1,5 –3,4
Emplacements équipés 49,5 22,8 3,8 3,8 2,8
Littoral 54,9 26,7 2,4 6,9 0,9
Hors littoral 42,0 38,4 –0,5 0,6 –1,1
  • * données provisoires
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE