Mariage, Pacs, concubinage : à chaque âge son statut

Lermechin Hugues, Warmoës Jérémy

En 2016 dans les Hauts-de-France, 58 % des personnes vivent en couple mais leur mode d’union varie fortement selon l’âge. Le Pacs concerne ainsi principalement les 25-34 ans et est surreprésenté chez les diplômés du supérieur et les cadres. Au-delà de 35 ans, le mariage est la forme d'union majoritaire, jusqu'à atteindre plus de 90 % pour les 60 ans ou plus. Enfin, l’Aisne et la Somme figurent parmi les départements métropolitains où l’on vit le plus en concubinage.

Insee Flash Hauts-de-France N° 41
No 41
Paru le : 16/01/2018

58 % des personnes vivent en couple

En 2016 dans les Hauts-de-France, 2,8 millions de personnes de 15 ans ou plus vivent en couple cohabitant (définitions), soit 58 % des 15 ans ou plus. Parmi ces couples, 72 % sont mariés, 21 % sont en concubinage et 7 % sont pacsés.

Une personne sur cinq de 25 à 34 ans vivant en couple est pacsée

Le Pacs atteint un pic chez les 25-34 ans où une personne sur cinq a choisi ce mode d’union. Cette part diminue ensuite rapidement : 5 % chez les 45-49 ans, moins de 1 % après 60 ans (figure 1).

figure 1 – Le Pacs est plus fréquent chez les 25-34 ansStatut conjugal par âge dans les Hauts-de-France

Le Pacs est plus fréquent chez les 25-34 ans
24 ans ou moins 25 à 29 ans 30 à 34 ans 35 à 39 ans 40 à 44 ans 45 à 49 ans 50 à 54 ans 55 à 59 ans 60 à 64 ans 65 ans ou plus Ensemble
Mariage 11 27 45 59 68 76 82 88 91 94 72
Pacs 10 20 19 13 8 5 3 2 1 1 7
Concubinage 79 53 36 28 24 19 15 10 8 5 21
  • Note de lecture : 27 % des personnes de 25 à 29 ans vivant en couple cohabitant sont mariés, 20 % sont pacsés et 53 % vivent en concubinage.
  • Champ : Hauts-de-France, personne de 15 ans ou plus vivant en couple cohabitant.
  • Source : Insee, enquête annuelle de recensement 2016.

figure 1 – Le Pacs est plus fréquent chez les 25-34 ansStatut conjugal par âge dans les Hauts-de-France

Cette très faible proportion peut s’expliquer par la relative jeunesse du Pacs, instauré en 1999. Avant cette date, le mariage était le seul moyen de contractualiser (définitions) une union.

À mesure que l’on avance en âge, le mariage s’impose pour les personnes vivant en couple, y compris celles des générations ayant pu choisir entre Pacs et mariage. Six personnes sur dix sont mariées chez les 35-39 ans ethuit personnes sur dix après 50 ans. Cependant, depuis les années 2000, le nombre de mariages diminue régulièrement : 22 000 mariages ont été célébrés en 2015 contre 32 000 en 2000.

Chez les moins de 25 ans, le concubinage est prédominant (80 % des individus vivant en couple), mais son taux s’effrite avec l’âge (moins de 20 % après 45 ans).

Le Pacs est plus répandu chez les diplômés et les cadres

Les diplômés du supérieur sont bien plus souvent pacsés que les personnes sans diplôme (13 % contre 2 %). Pour les moins de 30 ans diplômés du supérieur, le Pacs fait même jeu égal avec le mariage :24 % d’entre eux y ont souscrit, soit 17 points de plus que la moyenne régionale.

Pourtant, les personnes n’ayant pas le baccalauréat contractualisent plus souvent leur union que les bacheliers. Elles se pacsent moins (4 % contre 12 %) mais se marient beaucoup plus (76 % contre 65 %) (figure 2).

figure 2 – Les diplômés du supérieur se pacsent plus souventStatut conjugal par diplôme dans les Hauts-de-France

Les diplômés du supérieur se pacsent plus souvent
Union contractualisée Concubinage
Mariage Pacs Total
(en %)
Hauts-de-France 72 7 79 21
Non bacheliers 76 4 80 20
dont sans diplôme 76 2 78 22
dont diplôme inférieur au bac 76 4 80 20
Bacheliers 65 12 77 23
dont baccalauréat 64 9 73 27
dont diplôme supérieur au bac 66 13 79 21
France métropolitaine 73 7 80 20
  • Note de lecture : 79 % des diplômés du supérieur vivant en couple cohabitant dans les Hauts-de-France ont contractualisé leur union : 13 % sont pacsés et 66 % sont mariés. Par ailleurs, 21 % vivent en concubinage.
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus vivant en couple cohabitant.
  • Source : Insee, enquête annuelle de recensement 2016.

Quelle que soit la catégorie sociale, le mariage concerne a minima sept individus sur dix. Les agriculteurs constituent la catégorie sociale la plus attachée au mariage : 90 % d’entre eux vivant en couple sont mariés. À l’inverse, les ouvriers contractualisent peu leur union, un quart vivant en concubinage. Enfin, 11 % des cadres sont pacsés, soit deux fois plus que les employés et les ouvriers et 4 points de plus que la moyenne régionale.

Plus de concubinage dans l’Aisne et dans la Somme

Dans l’Aisne et la Somme, 24 % des personnes en couple vivent en concubinage, soit 4 points au-dessus de la moyenne nationale. Ces départements figurent parmi les cinq départements de France métropolitaine où l’on observe le plus de concubinages (figure 3).

figure 3 – Les couples de l'Aisne et de la Somme plus souvent en concubinageStatut conjugal par département dans les Hauts-de-France

Les couples de l'Aisne et de la Somme plus souvent en concubinage
Union contractualisée Concubinage
Mariage Pacs Total
(en %)
Hauts-de-France 72 7 79 21
Aisne 70 6 76 24
Nord 72 7 79 21
Oise 71 7 78 22
Pas-de-Calais 72 7 79 21
Somme 69 7 76 24
Ensemble des communes de plus de 100 000 habitants de France métropolitaine 66 8 74 26
Amiens 61 9 70 30
Lille 58 11 69 31
France métropolitaine 73 7 80 20
  • Note de lecture : 72 % des personnes vivant en couple cohabitant dans le Nord sont mariés, 7 % sont pacsés et 21 % vivent en concubinage.
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus vivant en couple cohabitant.
  • Source : Insee, enquête annuelle de recensement 2016.

Dans tous les départements des Hauts-de-France, on se marie moins qu’en France, mais un contraste existe entre les deux anciennes régions. Tandis que le Nord et le Pas-de-Calais ont un taux de mariage légèrement inférieur au niveau national (72 % contre 73 %), la Somme et l’Aisne font partie des départements où l’on se marie le moins (respectivement 69 % et 70 %). L’Oise se situe dans une position intermédiaire avec 71 % de mariage.

Le Pacs est plus courant dans les grandes villes : 11 % des Lillois et 9 % des Amiénois sont pacsés, contre 7 % à l’échelle de la région. Lille se classe d’ailleurs parmi les communes de plus de 100 000 habitants ayant un fort taux de Pacs, à l’instar d’autres grandes villes estudiantines. Du fait de la jeunesse de cette population,la part de couples en concubinage est plus forte à Lille ou à Amiens que dans le reste de la région (respectivement 31 % et 30 % contre 21 %). Lille et Amiens se distinguent d’ailleurs à nouveau au sein des communes de plus de 100 000 habitants, se classant respectivement 3e et 7e ville de France sur ce critère. Seuls Rouen (35 %) et Caen (33 %) ont un taux de concubinage plus élevé que Lille.

Sources

Les résultats sont issus de l’enquête annuelle de recensement (EAR) de la population de 2016 qui inclut une question sur la vie de couple « Vivez-vous en couple ? » avec deux réponses possibles (oui, non) et une question sur la situation conjugale. Depuis 2015, cette question propose six réponses possibles : marié, pacsé, en concubinage ou union libre, veuf, divorcé, célibataire. Ces informations permettent ainsi de mieux connaître les liens qui unissent les conjoints vivant dans un même logement en prenant en compte d’autres formes d’unions que le mariage.

Les données de l’enquête de 2016 permettent de réaliser de premières analyses sur le statut conjugal. Fondées sur une seule année d’enquête ces nouvelles informations ne peuvent être exploitées qu’à des niveaux géographiques relativement agrégés. Les études pourront être approfondies à partir de 2020, lorsque les résultats complets de cinq enquêtes de recensement seront disponibles.

Le champ est constitué des personnes âgées de 15 ans ou plus vivant en couple cohabitant, en France métropolitaine.

Définitions

Un couple cohabitant est constitué de deux personnes déclarant vivre en couple et qui partagent la même résidence principale.

Un couple ayant contractualisé son union est soit un couple marié soit un couple pacsé.

Pour en savoir plus

Robert-Bobée I., Vallès V., « Les Pacs à l’ouest, les mariages à l’est : une répartition des types d’unions différente selon les territoires », Insee Première n ° 1682, janvier 2018.

Buisson G., « Le recensement de la population évolue : de l’état matrimonial légal à la situation conjugale de fait », Insee Analyses n ° 35, octobre 2017.

Fievet A., « Mariages 2015 : Le recul des mariages se poursuit », Insee Flash Hauts-de-France n°29, juillet 2017.