Les salaires dans le secteur privé et les entreprises publiques en 2014Déclaration annuelle de données sociales (DADS) - Insee Résultats

Chiffres détaillés
Insee Résultats
Paru le : 07/09/2017

Les salaires dans le secteur privé et les entreprises publiques en 2014

En 2014, en France, le salaire brut horaire moyen d’un salarié du secteur privé (y compris les entreprises publiques) s’élève à 19,2 euros, contre 19,0 euros en 2013. Il augmente ainsi de 1,3 % en euros courants et de 0,8 % en euros constants.

En équivalent temps plein (EQTP), les salariés du secteur privé perçoivent en moyenne 35 481 euros en 2014, soit un salaire brut mensuel moyen de 2 957 euros.

Les disparités de salaires s’expliquent non seulement par les caractéristiques des salariés (qualification, sexe et âge), mais aussi par celles des entreprises qui les emploient (activité économique, taille de l’établissement et région d’implantation).

Insee Résultats
Paru le : 07/09/2017

Une rémunération très dépendante de la qualification, de l’âge et du sexe du salarié

En 2014, dans le secteur privé (y compris les entreprises publiques), le salaire brut en équivalent temps plein (EQTP) des femmes est inférieur de 18 % à celui des hommes (31 436 euros contre 38 324 euros, par an en moyenne). Cet écart de salaire est stable entre 2013 et 2014. Il s’explique en partie par des différences de catégorie socioprofessionnelle (figure 1) : par exemple, plus de 18 % des postes occupés par des hommes sont des postes de cadres ou de chefs d’entreprises alors que cette proportion est de 13 % pour les femmes. De plus, seuls 18 % des postes occupés par des hommes sont des postes d'employés contre près de 54 % des postes occupés par des femmes.

Le salaire varie également en fonction de l’âge du salarié : tous secteurs d’activité confondus, en 2014, un salarié de plus de 50 ans du secteur privé perçoit un salaire brut annuel moyen en EQTP de 42 073 euros, contre 22 827 euros pour un salarié de 25 ans ou moins.

– Figure 1 : salaire brut annuel moyen par sexe et catégorie socioprofessionnelle simplifiée en 2014

en euros
Figure 1 : salaire brut annuel moyen par sexe et catégorie socioprofessionnelle simplifiée en 2014
Ensemble Hommes Femmes
Cadres et professions intellectuelles supérieures* 66 009 70 628 57 176
Professions intermédiaires 36 318 38 530 33 439
Employés 25 910 27 476 25 221
Ouvriers non qualifiés 23 192 24 094 21 366
Ouvriers qualifiés 28 414 28 739 25 509
  • * Y compris chefs d'entreprises salariés.
  • Champ : France hors Mayotte, salariés du secteur privé ou d'une entreprise publique, hors agriculture, y compris bénéficiaires de contrats aidés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs.
  • Source : DADS 2014.

– Figure 1 : salaire brut annuel moyen par sexe et catégorie socioprofessionnelle simplifiée en 2014

Les salaires horaires varient selon les secteurs d’activité et la taille de l’établissement

Les secteurs qui offrent les salaires les plus élevés sont la recherche et développement, les activités financières et d’assurance, la production et la distribution d’énergie et l’industrie pharmaceutique (figure 2).

Dans ces secteurs d’activité, les emplois sont plus qualifiés : 60 % à 80 % des postes sont occupés par des cadres, professions intellectuelles supérieures ou professions intermédiaires. Ces catégories ne représentent que 34 % des emplois salariés du secteur privé. Aussi, dans ces secteurs le salaire horaire moyen brut dépasse 28,5 euros, soit près d’une fois et demie le salaire horaire moyen tous secteurs confondus.

À l’opposé, dans certains secteurs employant une main-d’œuvre moins qualifiée, le salaire horaire brut moyen est inférieur ou égal à 15,0 euros. C’est le cas dans l’hébergement médico-social et l’action sociale, l’hébergement et la restauration et les services administratifs et de soutien. Dans ces secteurs sur l’ensemble des postes, la proportion de cadres et de chefs d’entreprises est inférieure à 6 % et celle des employés et ouvriers dépasse 70 % (plus de 87 % dans les secteurs des activités de services administratifs et de soutien et de l’hébergement et de la restauration), alors que les cadres représentent 16 % de l'ensemble des salariés du secteur privé et les employés et ouvriers moins de 66 %.

Outre ces disparités sectorielles, des écarts importants de salaires existent selon la taille de l’établissement. Ainsi, la rémunération brute horaire augmente avec la taille de l’établissement : en moyenne, de 16,0 euros dans les entreprises de 1 à 9 salariés, elle atteint 18,0 euros dans celles de 10 à 49 salariés et 26,3 euros dans les entreprises de 500 salariés ou plus.

– Figure 2 : Salaire brut horaire moyen par secteur d’activité en 2014

en euros
Figure 2 : Salaire brut horaire moyen par secteur d’activité en 2014
Salaire horaire brut moyen
Cokéfaction et raffinage 34,8
Activités financières et d’assurance 29,7
Information et communication 26,8
Fabrication de matériels de transport 24,8
Industries extractives 23,8
Fabrication d’équipements électriques, électroniques, informatiques 23,6
Fabrication d’autres produits industriels 20,2
Activités scientifiques et techniques ; activités de services administratifs et de soutien 19,7
Activités immobilières 19,6
Transports et entreposage 17,8
Commerce ; réparation d’automobiles et de motocycles 17,3
Fabrication de denrées alimentaires, de boissons, et de produits à base de tabac 17,1
Autres activités de services 16,7
Hébergement et restauration 13,6
  • Champ : France hors Mayotte, salariés du secteur privé ou d'une entreprise publique, hors agriculture, y compris bénéficiaires de contrats aidés et chefs d'entreprises salariés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs.
  • Source : DADS 2014.

– Figure 2 : Salaire brut horaire moyen par secteur d’activité en 2014

Le salaire brut moyen diffère selon la région d’implantation de l'établissement

Les différences de rémunération entre l'Île-de-France et la province sont également très marquées (figure 3) en raison d'effets de structure : l’Île-de-France concentre davantage de sièges sociaux, de grandes entreprises et d'activités de services que les autres régions.

En 2014, en Île-de-France, le salaire brut horaire moyen d’un salarié du secteur privé s’élève à 24,5 euros contre 17,4 euros en province.

Derrière l’Île-de-France, les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes offrent en métropole les rémunérations les plus élevées. Dans ces régions, où les niveaux de qualification sont supérieurs, les salaires horaires bruts moyens varient entre 18,0 euros et 18,4 euros.

À l’opposé, en Corse et en Bretagne, les rémunérations brutes horaires sont en moyenne les plus faibles de France métropolitaine (moins de 16,7 euros).

– Figure 3a - Salaire brut horaire moyen selon la région en 2014

en euros
Figure 3a - Salaire brut horaire moyen selon la région en 2014
Régions Salaire brut horaire moyen
Guadeloupe 17,7
Martinique 17,6
Guyane 18,5
La Réunion 16,6
Île-de-France 24,5
Centre-Val de Loire 17,2
Bourgogne-Franche-Comté 16,8
Normandie 17,3
Hauts-de-France 17,4
Grand Est 17,5
Pays de la Loire 17
Bretagne 16,7
Nouvelle-Aquitaine 16,9
Occitanie 17,4
Auvergne-Rhône-Alpes 18,4
Provence-Alpes-Côte d'Azur 18
Corse 16,1
  • Champ : France hors Mayotte, salariés du secteur privé ou d'une entreprise publique, hors agriculture, y compris bénéficiaires de contrats aidés et chefs d'entreprises salariés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs.
  • Source : DADS 2014.

– Figure 3a - Salaire brut horaire moyen selon la région en 2014

– Figure 3b : Salaire brut horaire moyen par département en 2014

en euros
Figure 3b : Salaire brut horaire moyen par département en 2014
Départements Salaire brut horaire moyen
Ain 17,4
Aisne 16,2
Allier 15,8
Alpes-de-Haute-Provence 16,0
Hautes-Alpes 15,4
Alpes-Maritimes 18,6
Ardèche 16,4
Ardennes 16,6
Ariège 15,8
Aube 16,2
Aude 15,3
Aveyron 15,8
Bouches-du-Rhône 18,9
Calvados 16,5
Cantal 14,9
Charente 16,8
Charente-Maritime 15,7
Cher 16,7
Corrèze 15,9
Corse-du-Sud 17,5
Haute-Corse 16,0
Côte-d'Or 15,1
Côtes-d'Armor 15,4
Creuse 17,1
Dordogne 17,4
Doubs 17,4
Drôme 17,2
Eure 16,6
Eure-et-Loir 16,1
Finistère 16,1
Gard 16,8
Haute-Garonne 20,0
Gers 15,4
Gironde 18,1
Hérault 17,0
Ille-et-Vilaine 17,4
Indre 15,7
Indre-et-Loire 17,4
Isère 19,4
Jura 16,4
Landes 16,0
Loir-et-Cher 16,7
Loire 17,2
Haute-Loire 15,4
Loire-Atlantique 18,0
Loiret 17,8
Lot 15,9
Lot-et-Garonne 15,6
Lozère 14,8
Maine-et-Loire 16,4
Manche 16,6
Marne 17,7
Haute-Marne 16,0
Mayenne 16,3
Meurthe-et-Moselle 17,3
Meuse 16,4
Morbihan 16,0
Moselle 17,3
Nièvre 15,7
Nord 18,1
Oise 17,6
Orne 15,7
Pas-de-Calais 16,3
Puy-de-Dôme 18,0
Pyrénées-Atlantiques 17,5
Hautes-Pyrénées 15,7
Pyrénées-Orientales 15,6
Bas-Rhin 18,5
Haut-Rhin 18,0
Rhône 20,1
Haute-Saône 15,7
Saône-et-Loire 16,7
Sarthe 16,9
Savoie 17,5
Haute-Savoie 18,0
Paris 25,8
Seine-Maritime 18,2
Seine-et-Marne 18,9
Yvelines 23,1
Deux-Sèvres 17,3
Somme 16,7
Tarn 16,1
Tarn-et-Garonne 15,7
Var 16,1
Vaucluse 16,6
Vendée 15,8
Vienne 16,5
Haute-Vienne 16,6
Vosges 16,1
Yonne 16,1
Territoire de Belfort 18,7
Essonne 21,6
Hauts-de-Seine 29,9
Seine-Saint-Denis 22,6
Val-de-Marne 21,3
Val-d'Oise 19,9
Guadeloupe 17,7
Martinique 17,6
Guyane 18,5
La Réunion 16,6
  • Champ : France hors Mayotte, salariés du secteur privé ou d'une entreprise publique, hors agriculture, y compris bénéficiaires de contrats aidés et chefs d'entreprises salariés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs.
  • Source : DADS 2014.

– Figure 3b : Salaire brut horaire moyen par département en 2014

Une dispersion des salaires plus marquée pour les hommes et pour les cadres

En 2014, dans le secteur privé, les 10 % de salariés les moins bien rémunérés perçoivent un salaire brut annuel en EQTP inférieur à 18 890 euros. À l’autre extrémité de l’éventail des salaires, les 10 % les mieux rémunérés gagnent plus de 58 240 euros par an (figure 4).

La moitié des salariés du secteur privé perçoit un salaire brut annuel en EQTP inférieur à 28 210 euros (29 910 euros pour les hommes et 25 930 euros pour les femmes). Les salaires bruts en EQTP des femmes sont moins dispersés que ceux des hommes : le rapport interdécile, rapport entre le 9e décile (D9) et le 1er décile (D1) est de 2,8 pour les femmes contre 3,2 pour les hommes.

Tous secteurs d’activité confondus, les salaires des cadres sont les plus dispersés : le rapport interdécile des salaires annuels bruts en EQTP de cette catégorie socioprofessionnelle est de 3, tandis qu’il est inférieur à 2,3 pour les autres catégories.

– Figure 4 : Indicateurs de dispersion du salaire brut annuel moyen en EQTP en 2014

en euros courants
Figure 4 : Indicateurs de dispersion du salaire brut annuel moyen en EQTP en 2014
Ensemble Hommes Femmes
Moyenne 35 480 38 320 31 440
Premier décile (D1) 18 890 19 610 18 290
Premier quartile (Q1) 22 240 23 430 20 980
Médiane (Me) 28 210 29 910 25 930
Troisième quartile (Q3) 39 320 42 340 35 450
Neuvième décile (D9) 58 240 63 620 50 370
Rapport interdécile (D9/D1)1 3,1 3,2 2,8
  • 1. Le rapport interdécile D9/D1 du salaire brut en EQTP mesure l’écart relatif entre le haut de la distribution (les 10 % les plus rémunérés) et le bas (les 10 % les moins rémunérés).
  • Lecture : en 2014, les 10 % de salariés les moins bien payés (situés en dessous de D1) gagnent un salaire brut annuel en équivalent temps plein (EQTP) inférieur à 18 890 euros, les 10 % les mieux rémunérés (situés au-dessus de D9) perçoivent un salaire supérieur à 58 240 euros.
  • Champ : France (hors Mayotte), salariés du secteur privé ou des entreprises publiques, hors secteur agricole, y compris bénéficiaires de contrats aidés et chefs d’entreprises salariés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs.
  • Source : DADS 2014.

Un quart des postes sont à temps partiel et ceux-ci sont surtout occupés par des femmes

Les postes à temps partiel représentent près de 25 % de l'ensemble des postes occupés dans l'année dans le secteur privé, mais 15 % du volume d'heures total et 13 % de la masse salariale brute (figure 5).

Un peu moins de la moitié des postes à temps partiel sont occupés par des employés, et seulement 13,5 % par des cadres.

Les salariés à temps partiel perçoivent en moyenne 16,6 euros par heure travaillée contre 19,7 euros pour les salariés à temps complet (figure 6). La structure des emplois occupés à temps complet ou à temps partiel explique en partie cet écart.

– Figure 5 : Répartition des postes selon le sexe et la condition d'emploi en 2014

en %
Figure 5 : Répartition des postes selon le sexe et la condition d'emploi en 2014
Condition d'emploi Hommes Femmes
Temps complet 47 27,8
Temps partiel 9,4 15,7
  • Champ : France hors Mayotte, salariés du secteur privé ou d'une entreprise publique, hors agriculture, y compris bénéficiaires de contrats aidés et chefs d'entreprises salariés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs. Est considéré à temps complet un salarié travaillant, sur sa période d'activité, au-delà d'un nombre d'heures par jour propre à chaque secteur d'activité.
  • Source : DADS 2014.

– Figure 5 : Répartition des postes selon le sexe et la condition d'emploi en 2014

– Figure 6 : Salaire brut horaire moyen par sexe et condition d'emploi en 2014

en euros
Figure 6 : Salaire brut horaire moyen par sexe et condition d'emploi en 2014
Postes à temps complet Postes à temps partiel
Hommes 20,8 18,8
Femmes 17,8 15,5
Ensemble 19,7 16,6
  • Champ : France hors Mayotte, salariés du secteur privé ou d'une entreprise publique, hors agriculture, y compris bénéficiaires de contrats aidés et chefs d'entreprises salariés. Sont exclus les apprentis, les stagiaires, les salariés agricoles et les salariés des particuliers employeurs. Est considéré à temps complet un salarié travaillant, sur sa période d'activité, au-delà d'un nombre d'heures par jour propre à chaque secteur d'activité.
  • Source : DADS 2014.

– Figure 6 : Salaire brut horaire moyen par sexe et condition d'emploi en 2014

Avertissement

Le secret statistique

Dans les tableaux, le « S » indique une case masquée pour cause de secret statistique.

La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (Cnil) a, dans sa délibération N° 98-005 du 27 janvier 1998, émis un avis favorable sur le dossier relatif au traitement et à la diffusion des DADS.

En ce qui concerne la diffusion des données, aucun tableau destiné à la diffusion externe ne doit permettre l'identification directe ou indirecte d'un salarié ou d'un établissement.

Pour les tableaux au lieu de résidence, les critères sont les suivants :

  • aucune case ne doit comporter moins de 5 salariés ;
  • aucun salarié ne doit représenter plus de 80 % de la masse salariale de la case.

Pour les tableaux au lieu de travail, les critères sont les suivants :

  • en plus des deux critères précédents, aucune case ne doit se rapporter à moins de 3 établissements (ou entreprises) ;
  • un établissement (ou une entreprise) ne doit pas représenter plus de 85 % de la grandeur étudiée dans la case.

Sources

Cette publication regroupe les statistiques sur les rémunérations perçues en 2014 provenant de l'exploitation exhaustive des déclarations annuelles de données sociales (DADS).

Une présentation générale des Déclarations annuelles des données sociales / DADS est disponible dans la rubrique "Définitions, méthodes et qualité" du site insee.fr.

Définitions

Liste des sigles

  • Urssaf : Union pour le Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d'Allocations Familiales
  • CPAM : Caisse Primaire d'Assurance Maladie
  • Cram : Caisse Régionale d'Assurance Maladie
  • Ircantec : Institution de Retraite complémentaire des Agents Non Titulaires de l'État et des Collectivités publiques
  • Unedic : Union Nationale pour l'Emploi Dans l'Industrie, le Commerce et l'agriculture
  • CNRACL : Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales
  • DGFIP : Direction Générale des Finances Publiques
  • DADS : Déclaration Annuelle de Données Sociales

Condition d'emploi (temps complet ou non complet)

Les résultats sont fournis par condition d'emploi, c'est-à-dire pour les postes à temps complet et pour les autres postes non à temps complet (temps partiel ou faible temps partiel ou travail à domicile).

Champ

Les résultats présentés ici proviennent d'une exploitation exhaustive et définitive des DADS 2014 sur le champ des salariés du secteur privé et des entreprises publiques.

Cette exploitation exclut :

  • les agents du secteur public, les salariés du secteur agricole et les personnels des particuliers employeurs ;
  • les apprentis, les stagiaires ;
  • les agriculteurs salariés (catégorie socioprofessionnelle commençant par 1) ;
  • les postes annexes ;
  • et les salariés ayant un nombre d'heure nul.

Depuis 2012, les bénéficiaires d'emplois aidés et les chefs d'entreprises salariés de leur entreprise ont été intégrés dans le champ de la publication. Ces derniers ont été ajoutés à la PCS "cadres administratifs et commerciaux d'entreprises".

Les résultats présentés dans cette publication diffèrent des résultats des fichiers détail, « Description des emplois privés et publics et des salaires en 2014 », dont le champ porte sur l'ensemble des postes (annexes et non annexes), tous les types d'emploi (ordinaires, apprentis, stagiaires), y compris les chefs d'entreprises et qui est constitué d'un sondage au 12e.

Pour en savoir plus

Description des emplois privés et publics et des salaires en 2014, Fichiers Détail, mars 2017.

« Les salaires dans la fonction publique territoriale », Insee Première, n° 1616 - septembre 2016.

« Les salaires dans la fonction publique d’État », Insee Première, n° 1612 - juillet 2016.

« Fiches thématiques - Marché du travail », France, portrait social - Insee Références, Édition 2016.

« Emploi, chômage, revenus du travail », Insee Références, Édition 2017.