Saison touristique d'été 2016 - Une bonne saison malgré une fréquentation en baisse à Lourdes et sur le littoral

Séverine Bertrand, Stéphane Méloux, Insee

Entre mai et septembre 2016, la fréquentation des hébergements collectifs de tourisme augmente de 0,9 % en Occitanie, alors qu'elle baisse de 2,5 % en France métropolitaine. L'Occitanie reste ainsi, sur la période, la première région touristique de métropole. Elle est aussi, après la Corse, la région où les touristes séjournent le plus longtemps.

La fréquentation augmente dans les campings et les hôtels mais baisse dans les autres hébergements collectifs touristiques. Les touristes étrangers, de retour dans la région, séjournent plus longtemps que l'année dernière, tandis que la fréquentation de la clientèle française progresse plus modérément.

Paradoxalement, Lourdes et le littoral, deux destinations habituellement prisées en période estivale, sont moins fréquentées cette année.

De mai à septembre 2016, l'Occitanie accueille 10,4 millions de touristes qui séjournent en moyenne 3,9 jours dans les hébergements collectifs touristiques (hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT)) (définitions). En dehors de la Corse, c'est la région où les touristes séjournent le plus longtemps. Dès lors, avec 40,9 millions de nuitées, soit 16 % des nuitées se déroulant sur le territoire métropolitain, l'Occitanie se classe première région en termes de fréquentation touristique devant la Nouvelle-Aquitaine (40,2 millions de nuitées) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (36,7 millions de nuitées)(figure 1).

Figure 1 – La fréquentation touristique augmente en OccitanieNombre de nuitées 2016 (mai à septembre) et évolution 2016/2015 dans les hébergements collectifs touristiques par région

La fréquentation touristique augmente en Occitanie
Code Région Nuitées 2016 Evol_Nuitée
11 Île-de-France 32 718 122 -12,5
24 Centre-Val de Loire 5 846 908 -0,6
27 Bourgogne-Franche-Comté 6 890 636 -1,4
28 Normandie 8 739 231 -3,7
32 Hauts-de-France 7 484 443 1,9
44 Grand Est 10 903 396 0,0
52 Pays de la Loire 16 688 932 -2,5
53 Bretagne 16 521 793 -5,0
75 Nouvelle-Aquitaine 40 191 319 1,5
76 Occitanie 40 922 724 0,9
84 Auvergne-Rhône-Alpes 29 173 997 2,4
93 Provence-Alpes-Côte d'Azur 36 570 768 -6,0
94 Corse 9 197 389 2,5
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la Direction générale des entreprises (DGE), enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques

Figure 1 – La fréquentation touristique augmente en OccitanieNombre de nuitées 2016 (mai à septembre) et évolution 2016/2015 dans les hébergements collectifs touristiques par région

Pour la deuxième saison d'été consécutive, la fréquentation augmente en Occitanie (+ 0,9 %), alors qu'elle baisse de 2,5 % en France métropolitaine et de 6,0 % en PACA (figure 1). À l'inverse, elle augmente de respectivement 1,5 % et 2,4 % en Nouvelle-Aquitaine et en Auvergne-Rhône-Alpes, autres régions voisines.

Contrairement à l'année précédente, cette hausse dans la région est surtout due au retour des touristes non résidents en France, dont la fréquentation augmente de 2,5 % : ils viennent plus nombreux (+ 1,3 %) et restent plus longtemps. Quant aux touristes français, ils arrivent moins nombreux que l'année dernière (- 0,4 %), mais leur fréquentation progresse (+ 0,3 %) car ils allongent la durée de leur séjour.

Après un mois de mai très maussade (baisse de 8,2 % des nuitées par rapport à la saison précédente), la fréquentation des hébergements touristiques augmente pour les autres mois de la saison, avec un pic en juillet (+ 3,5 %) (figure 2). En août, la hausse de la fréquentation est exclusivement due à l'augmentation des nuitées étrangères (+ 10,8 %), particulièrement marquée dans les campings (+ 22,0 %).

Si la fréquentation augmente globalement en Occitanie, elle baisse dans les deux pôles touristiques majeurs de la saison estivale: Lourdes et le littoral. En revanche, elle augmente dans les espaces urbains et ruraux ainsi que dans les massifs (méthodologie et figure 3).

Figure 2 – Un début de saison difficileNombre de nuitées en 2016 et évolution mensuelle 2016/2015 par type d’hébergement durant la saison d’été en Occitanie

Un début de saison difficile
Nombre de nuitées Évolution 2016/2015 (en %)
Mai Juin Juillet Août Septembre Ensemble de la saison
Hôtels 9 418 691 - 4,3 + 3,8 + 2,6 + 1,5 - 1,1 + 0,7
Campings 24 360 570 - 12,6 + 4,8 + 4,5 + 2,2 + 8,0 + 2,6
AHCT* 7 143 649 - 7,4 - 4,9 + 0,3 - 5,3 - 8,5 - 4,5
Ensemble 40 922 910 - 8,2 + 2,5 + 3,5 + 0,8 + 1,1 + 0,9
  • (*) Autres hébergements collectifs touristiques. La baisse de fréquentation en 2016 dans ce type d'hébergement s'explique en partie par une opération qualité sur le parc.
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la Direction générale des entreprises (DGE), enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques

Figure 3 – L'engouement pour l'espace rural contribue pour moitié à la hausse de fréquentation Contribution de chaque espace touristique à l'évolution des nuitées sur la saison estivale 2016 en Occitanie (en points)

point
L'engouement pour l'espace rural contribue pour moitié à la hausse de fréquentation
Contribution
Lourdes -0,1
Massif pyrénéen 0,2
Massif central 0,3
Littoral -0,3
Urbain 0,3
Rural 0,5
Occitanie 0,9
  • Lecture : en Occitanie, la fréquentation touristique augmente de 0,9 % durant l'été 2016, Lourdes contribue pour - 0,1 point à cette évolution alors que l'espace rural y contribue pour + 0,5 point.
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la Direction générale des entreprises (DGE), enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques

Figure 3 – L'engouement pour l'espace rural contribue pour moitié à la hausse de fréquentation Contribution de chaque espace touristique à l'évolution des nuitées sur la saison estivale 2016 en Occitanie (en points)

Dans le Massif central, les touristes allongent leur séjour

Entre mai et septembre 2016, 16 % des touristes qui visitent l'Occitanie s'installent dans un hébergement touristique du Massif central. La fréquentation de ces hébergements augmente de 2,4 % en 2016 (figure 4) : si les touristes viennent aussi nombreux que la saison dernière, ils allongent la durée de leur séjour, et ce quel que soit l'hébergement choisi.

L'augmentation de la fréquentation dans le Massif central ne concerne que l'hôtellerie de plein air (+ 5,3 %). Elle est principalement due aux touristes français (+ 9,5 %), la fréquentation des campeurs étrangers étant en baisse (- 3,1 %).

Parmi les campeurs non-résidents, ceux en provenance des Pays-Bas réalisent toujours plus de la moitié des nuitées, même si leur fréquentation baisse en 2016 (- 5,3 %), tout comme celle des Allemands (- 10,4 %).

Dans les campings du Massif central, 37 % des séjours se déroulent sur des emplacements équipés (55 % en Occitanie).

Globalement dans le Massif central, 62 % des nuitées se déroulent dans un camping, 22 % dans un hôtel et 16 % dans un AHCT (figure 5). Dans ces deux derniers types d'hébergement, la fréquentation baisse (respectivement de 2,7 % et 1,2 %), aussi bien pour la clientèle française qu'étrangère.

Figure 4 – Hausse de la fréquentation sur l'ensemble de la région, malgré des arrivées stablesÉvolution 2016/2015 des arrivées et des nuitées durant la saison d'été selon les espaces touristiques d'Occitanie (en %)

%
Hausse de la fréquentation sur l'ensemble de la région, malgré des arrivées stables
Arrivées Nuitées
Lourdes -6,1 -3,3
Montpellier Mediterranée Métropole -2,8 -1,6
Littoral -0,4 -0,7
Occitanie 0,0 0,9
Massif pyrénéen -1,9 1,9
Urbain hors métropole 1,2 2,3
Massif central -0,1 2,4
Toulouse Métropole 2,7 5,3
Rural 5,6 5,9
  • Lecture : dans le Massif central, les arrivées baissent de 0,1 % mais la fréquentation touristique augmente de 2,4 % car les touristes y séjournent globalement plus longtemps que l'année dernière.
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la Direction générale des entreprises (DGE), enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques

Figure 4 – Hausse de la fréquentation sur l'ensemble de la région, malgré des arrivées stablesÉvolution 2016/2015 des arrivées et des nuitées durant la saison d'été selon les espaces touristiques d'Occitanie (en %)

Figure 5 – 60 % des nuitées totales se déroulent dans l'hôtellerie de plein airRépartition des nuitées par type d'hébergement et espace touristique en Occitanie - saison été 2016 (en %)

%
60 % des nuitées totales se déroulent dans l'hôtellerie de plein air
Campings Hôtels AHCT*
Littoral 78,0 7,7 14,3
Lourdes 4,3 88,8 6,9
Massif central 62,2 22,3 15,5
Massif pyrénéen 49,5 17,7 32,8
Rural 65,9 15,5 18,6
Urbain 17,4 62,1 20,5
Occitanie 59,5 23,0 17,5
  • (*) Autres hébergements collectifs touristiques
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la Direction générale des entreprises (DGE), enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques

Figure 5 – 60 % des nuitées totales se déroulent dans l'hôtellerie de plein airRépartition des nuitées par type d'hébergement et espace touristique en Occitanie - saison été 2016 (en %)

Massif pyrénéen : moins de touristes mais une fréquentation en hausse

Dans le Massif pyrénéen, les touristes viennent moins nombreux en 2016 mais restent plus longtemps. Au final, la fréquentation touristique augmente de 1,9 % par rapport à 2015. À l'inverse du Massif central, elle baisse dans les campings pyrénéens (- 0,7 %) mais augmente dans les hôtels (+ 2,2 %) et les AHCT (+ 5,7 %).

La fréquentation des touristes français augmente légèrement (+ 0,4 %). Dans le même temps, celle des campeurs étrangers baisse de 5,4 %. Si les Espagnols viennent plus nombreux que l'année dernière (+ 3,0 %), ils restent beaucoup moins longtemps, d'où une baisse de fréquentation de 1,9 % : il s'agit d'un tourisme de proximité qui implique des séjours moins longs que ceux des autres touristes étrangers, les Espagnols représentant plus d'une arrivée étrangère sur quatre.

À l'inverse, la durée moyenne de séjour des campeurs français est supérieure à celle des non-résidents (+ 2,2 jours). Cet écart peut s'expliquer par les séjours de curistes français dont la durée moyenne est de trois semaines.

Globalement dans le Massif pyrénéen, près d'une nuitée sur deux se déroule dans un camping, une sur trois dans un AHCT et une sur cinq dans un hôtel.

Dans le rural, davantage de nuitées quel que soit le type d'hébergement

Dans l'espace rural occitan, tous types d'hébergements confondus, la fréquentation augmente de 5,9 % par rapport à la saison estivale 2015.

Parmi les touristes qui choisissent l'espace rural comme lieu de villégiature, un sur deux opte pour le camping, générant près des deux tiers de l'ensemble des nuitées sur cet espace, soit une progression de 7,5 % de la fréquentation.

Dans l'hôtellerie traditionnelle, qui concentre 15 % des nuitées sur cet espace, la fréquentation est en hausse de 3,2 %. Celle des touristes français progresse de 5,1 % alors que les étrangers sont moins présents (- 3,6 %). La part de la clientèle d'affaires augmente dans l'espace rural occitan sur la saison 2016, cette clientèle y représentant près d'une nuitée hôtelière sur trois.

Dans les AHCT, qui regroupent 19 % de l'ensemble des nuitées, la fréquentation progresse de 3,3 %.

Une fréquentation étrangère en hausse dans l’urbain

Dans l'espace urbain d'Occitanie, la fréquentation touristique est en hausse de 2,3 % sur la saison d'été 2016 : elle augmente de 8,7 % pour les résidents étrangers mais est stable pour les Français. Si Toulouse Métropole bénéficie d'une des plus fortes hausses (+ 5,3 %), le nombre de nuitées à Montpellier Méditerranée Métropole baisse de 1,6 %. Dans les autres zones urbaines de la région, il augmente de 2,3 %.

Dans les hôtels situés en zone urbaine, la fréquentation progresse de 3,1 % pour atteindre 3,8 millions de nuitées sur l'ensemble de la saison, soit 62 % des nuitées de la zone. La fréquentation de la clientèle étrangère y augmente de 9,2 %, contre + 0,8 % pour la clientèle française. Dans la métropole toulousaine, la hausse de fréquentation des hôtels (+ 7,7 %) est notamment imputable au mois de juin (+ 14,4 %) en lien avec l'Euro de football. Cet événement a attiré une clientèle habituellement peu présente dans la région, comme les Tchèques, Suédois, Russes ou encore les Hongrois.

Cependant les hôtels situés en zone urbaine drainent d'abord une clientèle française (72 % des nuitées), majoritairement d'affaires (54 %), dont les séjours sont relativement courts (1,6 jour en moyenne).

La clientèle hôtelière privilégie les hôtels de chaîne (58 % des nuitées). Elle recherche aussi le confort des hôtels classés : 59 % des nuitées s'effectuent dans un hôtel de 3, 4 ou 5 étoiles (73 % pour les nuitées étrangères).

Comme sur l'ensemble de la région, la fréquentation dans les AHCT en zone urbaine est en recul (- 1,0 %), La durée moyenne de séjour y est beaucoup plus basse que partout ailleurs : 2,9 jours (4,7 jours en Occitanie). Au final, les nuitées dans les AHCT représentent 21 % des nuitées en zone urbaine.

Les campings sont moins représentés dans l'espace urbain. Ils regroupent 17 % des nuitées de l'été 2016, en hausse de 3,5 %.

Un littoral occitan moins fréquenté

Le littoral occitan reste une destination prisée par les touristes, français comme étrangers. Au cours de la saison estivale 2016, il concentre ainsi 47 % des nuitées de la région. Les touristes y séjournent plus longtemps qu'ailleurs (5,9 jours en moyenne). Cependant la saison 2016 est en demi-teinte avec des arrivées moins nombreuses et des nuitées en repli (- 0,7 %), même si le littoral occitan est plus épargné que son voisin provençal (- 8,6 % en PACA).

De mai à septembre 2016, les campings du littoral accueillent près de 2 millions de touristes, soit 15,1 millions de nuitées (+ 1,8 % par rapport à 2015). Cette hausse s'explique principalement par la clientèle étrangère dont les nuitées progressent de 7,4 % (contre - 0,3 % pour les Français).

Plus nombreux (+ 3,5 % des arrivées), les touristes étrangers viennent principalement d'Allemagne (30 %), des Pays-Bas (23 %) et de Belgique (17 %).

Les campeurs français, même s'ils restent majoritaires, arrivent moins nombreux sur le littoral (- 2,2 %) privilégiant d'autres espaces touristiques régionaux.

En lien avec une durée moyenne de séjour plus longue, les campeurs du littoral recherchent plus souvent le confort des emplacements équipés qui représentent 64 % des nuitées. La proportion de nuitées dans un camping de 3, 4 ou 5 étoiles atteint 96 % pour les résidents étrangers, 88 % pour les Français.

Sur le littoral, l'hôtellerie de plein air concentre 78 % des nuitées. Les AHCT (principalement des résidences de tourisme) captent 14 % des nuitées touristiques, soit 2,8 millions de nuitées. Entre mai et septembre 2016, leur fréquentation baisse de 12,9 % par rapport à 2015, en raison de la désaffection française comme étrangère.

Dans les hôtels, qui ne regroupent que 8 % des nuitées du littoral, la fréquentation est en légère hausse (+ 0,7 %). Les nuitées françaises augmentent de 1,7 % alors que celles des non-résidents diminuent de 4,3 %.

À Lourdes, la baisse de fréquentation dans l'hôtellerie traditionnelle continue

Durant la saison d'été 2016, Lourdes, pôle touristique majeur d'Occitanie, accueille 550 000 touristes qui génèrent 1,7 million de nuitées, soit un baisse de fréquentation de 3,3 % par rapport à la saison précédente.

Dans l'hôtellerie traditionnelle (89 % des hébergements touristiques), le nombre de nuitées chute de 4,0 %. Cette baisse s'inscrit dans une tendance amorcée en 2011, à l'exception de la faible augmentation de 2014 qui faisait suite à l'effondrement de la fréquentation touristique de l'été 2013, marqué par d'importantes inondations et la fermeture temporaire de nombreuses structures.

Entre mai et septembre 2016, les visiteurs étrangers fréquentent moins souvent les hôtels de Lourdes (- 4,4 %) qu'en 2015. La fréquentation est en baisse pour la clientèle italienne (23 % des nuitées totales), ainsi que pour les Britanniques, Belges et Allemands. Les nuitées des touristes français diminuent aussi (- 3,2 %). À l'inverse, celles des proches voisins espagnols augmentent (+ 3,3 %). Au total, la fréquentation étrangère représente 67 % des nuitées de l'hôtellerie traditionnelle.

À Lourdes, les visiteurs séjournent en moyenne plus longtemps que sur l'ensemble de la région (3 jours contre 1,9 jour).

Dans les autres types hébergements, qui regroupent 11 % des nuitées, la fréquentation est en hausse sur la saison d'été (+ 4,5 % pour les campings et + 1,8 % pour les AHCT), mais cela ne compense que partiellement la baisse des nuitées hôtelières.

Encadré

En Occitanie, une nuitée sur trois se déroule dans un parc protégé

Plus du tiers de l'Occitanie est couvert par des Parcs naturels régionaux (PNR) ou nationaux, auxquels il faut ajouter un parc naturel marin. Témoins de la richesse naturelle et culturelle de la région, ces parcs naturels sont à la fois supports d’activités de loisirs, buts d’excursion et destinations touristiques.

Durant la saison d’été 2016, ces parcs attirent 2,5 millions de touristes, soit au total 13 millions de nuitées, près du tiers de la fréquentation totale de la région. Les campings concentrent 70 % des nuitées, les AHCT 19 % et les hôtels 11 %. En 2016, la fréquentation dans les hébergements collectifs de tourisme de ces parcs augmente de 0,8 % par rapport à la saison estivale précédente.

Plus de la moitié des touristes venus dans les parcs d’Occitanie choisissent les abords de la Méditerranée. Ils y séjournent en moyenne 6 jours, soit dans le PNR de la Narbonnaise avec ses 42 km de côtes, soit sur les 100 km de littoral du parc naturel marin du Golfe du Lion, entre Leucate et Cerbère. La fréquentation de ces deux parcs baisse légèrement en 2016 (- 0,3 %).

À l'intérieur des terres, les trois parcs pyrénéens (parc national des Pyrénées, PNR des Pyrénées ariégeoises et PNR des Pyrénées catalanes) et le parc national des Cévennes attirent près de 60 % des touristes durant la saison (33 % pour les premiers et 26 % pour le second). Les autres arrivées se répartissent entre le PNR des Grands Causses (20 %), celui des Causses du Quercy (14 %) ou du Haut-Languedoc (7 %). La fréquentation augmente de 2,7 % dans ces parcs ne possédant pas de littoral.

Figure 6 – 2 parcs naturels nationaux, 6 parcs naturels régionaux et un parc naturel marin en Occitanie en 2016 

Pour comprendre

Méthodologie

Dans le cadre de cette étude, des espaces touristiques ont été constitués pour mettre en avant une cohérence de territoire, une homogénéité et des spécificités propres à la région. On distingue le littoral*, la partie sud du Massif central**, le Massif pyrénéen** qui s’étend des Hautes-Pyrénées aux Pyrénées-Orientales, les deux métropoles (au sens EPCI) de Toulouse et Montpellier***, l’urbain hors métropoles qui regroupe les communes appartenant à des unités urbaines de 10 000 habitants ou plus. Le rural est défini en creux comme l'ensemble des territoires n’appartenant pas aux zones précédemment citées.

Ces espaces régionaux peuvent diverger en partie des espaces touristiques nationaux de diffusion.

EPCI : établissement public de coopération intercommunale.

* le littoral est défini suivant la « loi Littoral ».

** les massifs ont été délimités conformément à la « loi Montagne ».

*** trois communes de la métropole montpelliéraine sont dans cette étude classées dans le littoral : Villeneuve-lès-Maguelone, Lattes et Pérols.

Sources

L'Insee réalise chaque mois des enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques : hôtels, campings (hébergements de plein air) et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT). Ces derniers comprennent notamment les résidences de tourisme (dont les « appart'hôtels »), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n'incluent pas les hébergements proposés par des particuliers. Ainsi, l'accroissement de l'offre des particuliers au travers de sites internet pourrait peser sur l'évolution des nuitées.

Définitions

Arrivées : les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelle que soit la durée du séjour.

Nuitées : nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées.

Durée moyenne de séjour : rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.