Une reprise économique timide mais des signes de relance en Seine-Maritime en 2016

Catherine Sueur (Insee Normandie)

En 2016, la situation économique est encore fragile en Seine-Maritime mais les signes d’une relance sont bien présents. La situation du marché du travail s’améliore plus faiblement qu’au niveau régional. Cependant, l'emploi salarié augmente légèrement, l’intérim faisant preuve de plus de dynamisme. L’activité faiblit dans la construction mais la hausse des permis de construire dépasse celle du niveau régional, laissant présager une amélioration. Les créations d’entreprise s’amplifient. Sur les ports, la morosité économique réduit l’activité mais l’essor des croisières accroît le trafic de passagers.

Fin 2016, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B ou C (tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi) a cessé sa progression continue depuis 2008, mais cette amélioration (– 0,1 %) est la plus faible de tous les départements normands. Si les jeunes et les chômeurs de longue durée profitent de cette éclaircie, les effectifs des seniors et celui des femmes continuent de croître. Dans la catégorie A (chômeurs sans emploi), l’amélioration est plus nette (– 3 %) mais reste en deçà du niveau régional, en raison notamment de la hausse du nombre de seniors. Au 4e trimestre, le taux de chômage diminue peu (– 0,1 point sur un an). Il s'établit à 11,1 % de la population active, soit 1,2 point au-dessus du taux en Normandie.

L’emploi intérimaire s’intensifie

L'emploi salarié se redresse légèrement, créant un millier d’emplois nets en 2016, après quatre années de baisse. L’intérim reprend vivement (+ 2 400 emplois), et compense largement les pertes d’emplois subies dans l’industrie (– 1 200 emplois) et la construction (– 700 emplois). Hors intérim, l’emploi se renforce dans les services avec 500 postes salariés supplémentaires. Il se maintient dans le commerce.

Dans la construction, les autorisations de construction de logements et de locaux sont en forte hausse, mais ne se concrétisent pas encore en mises en chantier.

L’hôtellerie bénéficie d’une croissance du nombre de nuitées nettement plus élevée qu’au niveau régional. Le tourisme d’affaire renforce la fréquentation de la clientèle française et le recul de la clientèle étrangère est moins prononcé en Seine-Maritime.

Les créations d’entreprises en hausse

Signe d’une reprise de l’activité économique, les créations d’entreprises s’étoffent, malgré le repli des immatriculations de micro-entreprises. Ces dernières reculent fortement dans l’industrie et la construction. Mais les créations des autres entreprises individuelles et des sociétés augmentent davantage qu’au niveau régional, quel que soit le secteur d’activité. Par ailleurs, les défaillances d’entreprises diminuent pour la troisième année consécutive.

Le trafic portuaire en repli pour les marchandises, en hausse pour les passagers

La morosité économique générale engendre un recul du transport de marchandises sur les ports de Seine-Maritime.

Au Havre, l'activité s’est réduite de 4,2 % en 2016 et s'établit à 66 millions de tonnes. Le trafic des produits pétroliers, représentant plus de la moitié du tonnage, est en recul tant à l’exportation qu’à l’importation. Le trafic de conteneurs fléchit légèrement (– 3,4 %). À Rouen, le trafic baisse de 6,7 %. Il représente 21 millions de tonnes de marchandises. Les mauvais résultats de la récolte céréalière entraînent un recul du trafic céréales de 17 %. Néanmoins le trafic des vracs liquides progresse de 3 %. L'activité du port de Dieppe ralentit de 5,1 % et s'établit à 2 millions de tonnes. Le fret transmanche qui concentre les trois quarts du trafic, recule de 5 %. Cependant, le port bénéficie de l’intensification des importations de pales d'éoliennes (+ 127,5 %).

Le transport de passagers fait preuve de plus de dynamisme. Les croisières attirent plus de voyageurs, notamment au Havre où la progression atteint 49,3 %. Avec son terminal d’Honfleur, le port de Rouen accueille 3,5 % de passagers en plus. Cependant à Dieppe, le nombre de passagers transmanche diminue légèrement (– 3,2 %) après une forte progression en 2015.

Une année médiocre pour l’agriculture

L'année 2016 est marquée par une baisse générale des récoltes, sous l'effet des conditions météorologiques défavorables. Cependant, la production de lin textile progresse de 2 % en raison d'une augmentation des surfaces cultivées. Dans le contexte général de la crise laitière, les livraisons de lait se replient fortement en Seine-Maritime (– 3,4 %). La diminution du cheptel bovin (– 1,8 %) est deux fois celle de la Normandie.

Figure 1 – Tableau de bord de l'année 2016 en Seine-Maritime

Tableau de bord de l'année 2016 en Seine-Maritime
Seine-Maritime Normandie
2016 2015 Évolution 2016/2015 2016 2015 Évolution 2016/2015
Emploi salarié du secteur marchand non agricole (*) au quatrième trimestre 301 552 300 489 0,4% 726 077 723 796 0,3%
dont
industrie 74 923 76 126 -1,6% 195 571 197 453 -1,0%
construction 28 933 29 654 -2,4% 70 157 72 017 -2,6%
tertiaire marchand 197 697 194 709 1,5% 460 349 454 327 1,3%
dont commerce 52 269 52 216 0,1% 137 898 138 054 -0,1%
dont intérim 17 469 15 068 15,9% 40 551 36 063 12,4%
Taux de chômage localisé au quatrième trimestre 2016 (p) 11,1% 11,2% -0,1 pt 9,9% 10,2% -0,3 pt
Demandeurs d'emploi de catégorie A 72 917 75 167 -3,0% 174 027 181 584 -4,2%
Créations d'entreprises (yc micro-entreprises) 6 620 6 294 5,2% 18 112 17 299 4,7%
Logements commencés 6 100 6 300 -2,9% 13 900 14 000 -0,7%
Logements autorisés 7 700 6 300 21,7% 17 500 15 500 13,0%
Tourisme - Nuitées en hôtels (en milliers) 2 349 2 271 3,4% 7 582 7 515 0,9%
Tourisme - Nuitées en camping (en milliers) 533 584 -8,6% 3 108 3 363 -7,6%
  • *Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • (p) données provisoires
  • Sources : Insee, Direccte, Pôle Emploi, Dreal

Encadré

Évènements 2016

  • Janvier
    • la commission d'enquête valide le projet des 83 éoliennes du parc éolien au large de Fécamp ainsi que les 75 éoliennes de celui de Courseulles-sur-Mer (Calvados).
  • Février
    • dans le cadre d’un plan de réorganisation de ses activités européennes, le fabricant de tubes sans soudure Vallourec prend la décision de fermer le laminoir de son usine de Déville-les-Rouen. Ce plan va entraîner la suppression de 200 emplois sur un total de 400.
  • Mars
    • ouvert depuis un an, l’Historial Jeanne d’Arc à Rouen a attiré 80 000 visiteurs, ce qui le place à un niveau similaire des autres lieux récents de mémoire liés à des évènements ou personnages emblématiques de l’histoire de France.
  • Avril
    • à Sandouville, Renault confirme l'embauche de 122 salariés en CDI pour répondre à une demande commerciale en hausse et démarrer la production des fourgons de ses partenaires Fiat et Nissan. L'usine va également recruter 100 salariés en CDD pour la mise en place d'une équipe de nuit en septembre.
  • Mai
    • à Dieppe, la direction de l’usine Renault Alpine annonce le recrutement de 90 personnes en CDI entre 2016 et 2017. En un peu plus de deux ans, le lancement de la nouvelle Alpine aura créé 125 emplois qui vont s’ajouter aux 280 employés actuellement présents.
  • Juin
    • le Havre célèbre les 40 ans du terminal pétrolier d'Antifer et les 10 ans de Port 2000 qui lui permet d'accueillir les plus gros porte-conteneurs du monde.
  • Juillet
    • l'usine Toshiba de Neuville-les-Dieppe inaugure deux nouvelles lignes de production d'encres de couleur pour un investissement de 3 millions d'euros. Créée en 1986, elle est l'unique site industriel du groupe japonais en Europe et emploie 230 salariés.
  • Septembre
    • le groupe papetier suédois SCA confirme la restructuration de ses usines normandes et annonce 200 suppressions de postes. L’effectif de l’usine de Saint-Etienne-du-Rouvray va passer de 260 à 130 personnes tandis que l’usine d’Hondouville (Eure) va perdre 70 de ses 500 emplois.
  • Novembre
    • l’entreprise multinationale Onduline, spécialisée dans la fabrication de toitures et de bardages, supprime 35 des 80 emplois présents sur son site de production de Yainville.
    • La société Le Nappage, basée dans les Vosges, reprend l’activité arts de la table de la papeterie SCA à Saint-Etienne-du-Rouvray et reprend 60 des 130 salariés qui devaient être licenciés.
  • Décembre
    • après deux ans d'élaboration, les moines de l'abbaye bénédictine de Saint-Wandrille produisent et commercialisent la première bière d'abbaye française.

Pour en savoir plus

Eudeline (Jean-François), « La reprise normande en retrait du niveau national », Insee Conjoncture Normandie, N° 8, mai 2017

Les synthèses 2016 des autres départements normands sont publiées dans les Insee Flash N° 38 (Calvados), N° 39 (Eure), N° 40 (Manche) et N° 41 (Orne)

Sueur (Catherine), « Amélioration de la situation économique en Normandie au 4e trimestre 2016 », Insee Conjoncture Normandie, Insee, n° 7, avril 2017

tableau de bord de la conjoncture régionale