Nord Grande Terre : Une expansion urbaine, une identité rurale

L’histoire de la Communauté d’Agglomération du Nord Grande-Terre est indissociable de celle de la canne à sucre. Délimité à l’ouest par la Mangrove et à l’est par les falaises, l’intérieur des terres est partagé par des plateaux et des plaines où la qualité des sols et le climat ont fait du Nord Grande-Terre un territoire rural, et de la canne à sucre une monoculture historique. Ce territoire connaît parallèlement une croissance démographique et une évolution de sa structure de population. Les départs, relatifs aux migrations pour études, ont fait place à des arrivées d’actifs, ce qui a accéléré mécaniquement le vieillissement de la population. En outre, la qualité de vie qui caractérise cette zone géographique s’avère attractive pour les séniors, dont l’arrivée sur place accentue encore le phénomène. L’identité culturelle et le déficit de formation post-bac conjugués à ce vieillissement accéléré de la population mettent en relief un niveau de qualification encore en retrait.

Insee Dossier Guadeloupe
No 11
Paru le : 22/03/2017
Consulter

Des signes de fragilité sociale mais peu de logements locatifs sociaux

Audrey Naulin, Gérald Servans

La population saint-martinoise diminue depuis la fin des années 2000, avec un solde migratoire négatif non compensé par le solde naturel positif. Le déficit migratoire est porté par les natifs de Saint-Martin, tandis que les entrées des non natifs restent plus nombreuses que leurs sorties. En 2012, un tiers de la population saint-martinoise est immigrée née à l’étranger, dont 38 % à Haïti. Malgré le déficit d’adultes de 18-25 ans, la population saint-martinoise reste jeune, mais son niveau de formation demeure en retrait.

Insee Dossier Guadeloupe
Paru le : 22/03/2017