Le BTP en Corse

Le BTP a un poids particulièrement important dans l’économie corse. Ce secteur a en effet connu une forte croissance dans la première décennie des années 2000, portée notamment par une demande soutenue de logements collectifs et des dépenses publiques élevées. Cependant, bien que moins impacté par la crise qui touche le secteur sur le continent depuis 2009, le marché ralentit à partir de 2010. Cela se traduit progressivement par des pertes d’emplois et une détérioration de la rentabilité économique des entreprises. Dans ce contexte, l’emploi salarié reste très masculin, fortement ouvrier et se caractérise par une main-d’œuvre étrangère importante, originaire de plus en plus d’Europe, en majorité du Portugal. Pourtant, les emplois du secteur sont plus stables que dans le reste de l’économie, très saisonnière. Mais, compte tenu de la structure du tissu productif sur l’île (moins d’emplois qualifiés et de grandes entreprises), les salaires de la construction sont plus faibles qu’en France de province. Le secteur compte également de nombreux non-salariés, en lien notamment avec le succès du statut d’auto-entrepreneur, particulièrement élevé dans la région. Enfin, les plus fortes conséquences de la dégradation dans le BTP sont visibles chez les demandeurs d’emploi qui ont plus que triplé depuis fin 2008.

Insee Dossier Corse
Paru le : 13/12/2016
Consulter

La dégradation du marché du travail s’accompagne d’une transformation de l’offre d'emploi

Arnaud Huyssen, Direccte

En 2015, les effets de la crise se font encore ressentir sur le marché du travail du BTP. Les demandeurs d’emploi du secteur enregistrent une hausse plus forte que dans l’ensemble de l’économie et le chômage de longue durée se développe. La demande d’emploi de la construction insulaire est peu diversifiée et se concentre sur les métiers de maçon et de manœuvre. Elle est en outre très localisée sur la zone d’emploi bastiaise. Les demandeurs d’emploi présentent le même profil que les salariés du secteur excepté leur âge, plus élevé. Ils se différencient des autres demandeurs d’emploi par une forte masculinisation, une part importante d’étrangers et de personnes peu diplômées. Parallèlement, les offres d’emploi déposées à Pôle emploi sont en forte chute. Ces évolutions s’accompagnent d’une précarisation des contrats et d’une transformation de l’offre qui se tourne progressivement vers les métiers les plus qualifiés au détriment des peu qualifiés. La détérioration du marché du travail se traduit par un recul du ratio entre le nombre d’offres et le nombre de demandes.

Insee Dossier Corse
Paru le : 13/12/2016