Le BTP en Corse

Le BTP a un poids particulièrement important dans l’économie corse. Ce secteur a en effet connu une forte croissance dans la première décennie des années 2000, portée notamment par une demande soutenue de logements collectifs et des dépenses publiques élevées. Cependant, bien que moins impacté par la crise qui touche le secteur sur le continent depuis 2009, le marché ralentit à partir de 2010. Cela se traduit progressivement par des pertes d’emplois et une détérioration de la rentabilité économique des entreprises. Dans ce contexte, l’emploi salarié reste très masculin, fortement ouvrier et se caractérise par une main-d’œuvre étrangère importante, originaire de plus en plus d’Europe, en majorité du Portugal. Pourtant, les emplois du secteur sont plus stables que dans le reste de l’économie, très saisonnière. Mais, compte tenu de la structure du tissu productif sur l’île (moins d’emplois qualifiés et de grandes entreprises), les salaires de la construction sont plus faibles qu’en France de province. Le secteur compte également de nombreux non-salariés, en lien notamment avec le succès du statut d’auto-entrepreneur, particulièrement élevé dans la région. Enfin, les plus fortes conséquences de la dégradation dans le BTP sont visibles chez les demandeurs d’emploi qui ont plus que triplé depuis fin 2008.

Insee Dossier Corse
Paru le : 13/12/2016
Consulter

Analyse financière des entreprises de la construction en 2013

Yannig Pons, Insee

En 2013 en Corse, les entreprises employeuses de la construction génèrent un chiffre d’affaires global de 1,5 milliard d'euros. Entre 2009 et 2013, il progresse davantage qu’en France de province. Sur la période, le chiffre d’affaires médian croît en revanche moins vite qu’au niveau national. Il demeure néanmoins plus important que sur le continent. En 2013, ces entreprises dégagent un meilleur taux de marge qu’en province et une rentabilité économique similaire. Si le taux de marge est plus élevé quel que soit le sous-secteur, la rentabilité économique est supérieure dans le second œuvre et les travaux publics, et analogue dans le gros œuvre. Toutefois, depuis 2009, ces deux indicateurs se sont plus dégradés qu'ailleurs. En outre, comme celles des autres secteurs, les entreprises corses du BTP investissent davantage que leurs homologues de province. Elles présentent aussi une plus forte autonomie financière, ce qui témoigne d'une bonne santé financière.

Insee Dossier Corse
Paru le : 13/12/2016