Saison touristique d’été 2016 : la fréquentation marque le pas à part dans les hôtels

David Amonou, Insee

Dans les Pays de la Loire, en 2016, la fréquentation estivale diminue de 2,4 % dans les hébergements collectifs touristiques, après plusieurs années de hausse. Ce recul est comparable au niveau national, malgré un fléchissement plus marqué de la fréquentation étrangère dans la région. Les attentats ont pu peser sur ce bilan, notamment pour la clientèle étrangère. Le littoral a pâti de la météo mitigée. Les nuitées diminuent de 3,2 % dans les campings, et de 8,5 % dans les autres hébergements collectifs touristiques (résidences de tourisme, villages vacances, etc.). En revanche, les hôtels tirent leur épingle du jeu avec une hausse de fréquentation de 4,4 % alors que la tendance est à la baisse en France métropolitaine.

Entre mai et septembre 2016, 16,7 millions de nuitées ont été enregistrées dans les hébergements collectifs touristiques ligériens (sources et définitions). Les Pays de la Loire se placent au 7e rang parmi les 13 régions de France métropolitaine. La fréquentation baisse de 2,4 % par rapport à la saison 2015, contre – 2,5 % au niveau national (figure 1). L’évolution s’étend de – 12,2 % en Île-de-France à + 2,2 % en Auvergne-Rhône-Alpes. Le début de saison a été pénalisé par la météo et des ponts moins nombreux : comme en France métropolitaine, la fréquentation a particulièrement diminué en mai et en juin dans la région.

Figure 1 – En 2016, baisse de la fréquentation à part dans les hôtels

En 2016, baisse de la fréquentation à part dans les hôtels
Campings Hôtels Autres hébergements collectifs touristiques Ensemble
2011 100 100 100 100
2012 95 98 98 96
2013 97 100 102 98
2014 101 100 104 101
2015 105 106 109 106
2016 102 111 100 103
  • Champ : saisons touristiques d’été, données rétropolées de 2011 à 2013.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Figure 1 – En 2016, baisse de la fréquentation à part dans les hôtelsÉvolution du nombre de nuitées selon le type d'hébergement collectif touristique dans les Pays de la Loire (base 100 en 2011)

Le nombre de nuitées diminue en Vendée (– 4,5 %) et en Loire-Atlantique (– 0,3 %) mais augmente dans les autres départements, notamment en Mayenne où la hausse est la plus forte (+ 7,8 %) (figure 2).

La diminution des nuitées étrangères est particulièrement marquée dans la région (– 11,8 %, contre – 5,5 % au niveau national). Les attentats ont pu décourager cette clientèle. La fréquentation baisse sur le littoral (– 6,7 %), tandis qu’elle augmente dans les zones urbaines et rurales respectivement de 5,9 % et 5,8 % de nuitées. Elle diminue également sur le littoral breton (– 5,9 %), normand (– 4,2 %) et néo-aquitain (– 1,1 %).

Figure 2 – Fréquentation dans les hébergements collectifs : des évolutions contrastées selon les départementsNombre de nuitées dans les hébergements collectifs durant la saison touristique d’été 2016 et évolution par rapport à 2015

Fréquentation dans les hébergements collectifs : des évolutions contrastées selon les départements
Campings Hôtels Autres hébergements collectifs Ensemble
Nombre de nuitées 2016 Évolution 2015-2016 (en %) Nombre de nuitées 2016 Évolution 2015-2016 (en %) Nombre de nuitées 2016 Évolution 2015-2016 (en %) Nombre de nuitées 2016 Évolution 2015-2016 (en %)
Pays de la Loire 10 727 000 -3,2 3 741 050 4,4 2 245 200 -8,5 16 713 250 -2,4
Loire-Atlantique 2 338 800 -3,8 1 649 150 4,6 1 033 800 0,7 5 021 750 -0,3
Maine-et-Loire 581 000 1,4 657 850 1,7 116 500 5,2 1 355 350 1,9
Mayenne 79 950 0,7 166 000 10,2 21 650 19,3 267 600 7,8
Sarthe 284 000 -0,3 412 100 1,7 46 850 5,2 742 950 1,1
Vendée 7 443 200 -3,5 856 000 6,4 1 026 350 -18,2 9 325 550 -4,5
France métropolitaine 112 110 450 -0,7 101 993 900 -3,7 47 746 900 -4,2 261 851 250 -2,5
  • Champ : saisons touristiques d’été 2015 et 2016.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Une fréquentation en baisse dans les campings

Dans les Pays de la Loire, 64 % des nuitées ont lieu dans les campings, contre 43 % en France métropolitaine. Avec 10,7 millions de nuitées en 2016, les campings enregistrent leur première baisse depuis 2012 (– 3,2 % par rapport à la saison 2015). Cette diminution est plus forte qu’en France métropolitaine (– 0,7 %). Elle est particulièrement marquée en Loire-Atlantique et en Vendée. Elle concerne à la fois les emplacements nus (– 4,3 %) et les emplacements équipés (– 2,4 %).

Ce recul de la fréquentation s’explique par une diminution du nombre de nuitées des touristes étrangers (– 9,9 %) mais aussi français (– 1,6 %). La part de nuitées étrangères passe ainsi de 19,0 % durant la saison 2015 à 17,7 % en 2016. En particulier, les touristes néerlandais (– 21,1 % de nuitées) et britanniques (– 7,5 %) ont été moins présents.

Les nuitées progressent dans l’hôtellerie

Avec 3,7 millions de nuitées durant la saison d’été 2016, la fréquentation dans les hôtels augmente de 4,4 % par rapport à l’année précédente. En France métropolitaine, elle diminue de 3,7 %. La hausse est particulièrement forte en Mayenne (+ 10,2 %) et en Vendée (+ 6,4 %). La clientèle d’affaires est de retour (+ 17,5 % de nuitées) : elle représente la moitié des nuitées hôtelières de la région.

Cette hausse de fréquentation provient d’une augmentation du nombre de nuitées de la clientèle française (+ 5,1 %), tandis que la fréquentation étrangère est stable (– 0,1 %). Les Britanniques (– 12,1 % de nuitées) et les Allemands (– 4,0 %) sont moins présents ; à l’inverse des Belges (+ 16,2 %), des Espagnols (+ 11,9 %) et des Suisses (+ 19,4 %).

En 2016, les touristes ont davantage séjourné dans les établissements classés, particulièrement les 4 et 5 étoiles (+ 10,2 %), et dans des hôtels de chaîne (+ 5,9 %).

Un fort recul de la fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques

Dans les Pays de la Loire, les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) enregistrent 2,2 millions de nuitées pendant la saison d’été 2016. Ce type d’hébergement comprend notamment les résidences hôtelières et les villages vacances. Dans la région, la fréquentation diminue fortement (– 8,5 % de nuitées, contre – 4,2 % en France métropolitaine). Ce recul a lieu uniquement en Vendée (– 18,2 % de nuitées), département qui concentre 46 % des nuitées de la région dans ce type d’hébergement.

Le recul de fréquentation dans les AHCT tient à une forte diminution des nuitées étrangères (– 40,5 % dans la région contre – 10,6 % au niveau national). La clientèle étrangère représente 9 % de la fréquentation ; toutes les nationalités sont moins présentes cette année. Les nuitées françaises diminuent également de 3,4 %.

La baisse est la plus forte dans les résidences de tourisme et résidences hôtelières, mais la fréquentation diminue aussi dans les auberges de jeunesse. En revanche, les centres sportifs, villages vacances et maisons familiales connaissent une fréquentation plus élevée qu’en 2015.

Figure 3 – Net recul de la clientèle étrangère en 2016

Net recul de la clientèle étrangère en 2016
Ensemble Français Étrangers
2011 100 100 100
2012 96 98 87
2013 98 100 92
2014 101 104 91
2015 106 108 98
2016 103 107 87
  • Champ : saisons touristiques d’été, données rétropolées de 2011 à 2013.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE.

Figure 3 – Net recul de la clientèle étrangère en 2016Évolution du nombre de nuitées dans les hébergements collectifs selon le type de clientèle dans les Pays de la Loire (base 100 en 2011)

Sources

L’Insee réalise chaque mois des enquêtes sur la fréquentation des hébergements collectifs touristiques : hôtels, campings (hébergements de plein air) et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT). Ces derniers comprennent notamment les résidences de tourisme (dont les « appart’hôtels »), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n’incluent pas les hébergements proposés par des particuliers. Ainsi, l’accroissement de l’offre des particuliers au travers de sites internet pourrait peser sur l’évolution des nuitées, en particulier dans certaines zones comme l’agglomération parisienne.

Est considérée comme touriste toute personne passant une nuit hors de son domicile (pour raisons d’affaires ou de loisirs), conformément à l’acception internationale.

La saison d’été couvre les mois de mai à septembre.

La fréquentation est estimée en nombre de nuitées, soit le nombre total de nuits passées par les clients. Deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées. Cet indicateur reflète davantage l’activité économique des établissements que le nombre d’arrivées.

La clientèle peut résider en France (lieu habituel d’habitation, désignée par clientèle française), ou non (clientèle étrangère).

Pour en savoir plus

Favre F., Saison touristique d’été 2016. Fort repli en Île-de-France et sur le littoral, Insee Focus, n° 68, novembre 2016.

Amonou D., Saison touristique d’été 2015 : une fréquentation particulièrement dynamique dans la région, Insee Flash Pays de la Loire, n° 32, décembre 2015.

Julé M., Une saison touristique 2014 portée par la clientèle française, Insee Flash Pays de la Loire, n° 13, décembre 2014.