Au deuxième trimestre 2016, la fréquentation touristique recule fortement (−4,8 % sur un an)Fréquentation touristique dans les hôtels, campings et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) - 2e trimestre 2016

Au deuxième trimestre 2016 en France métropolitaine, la fréquentation touristique dans les hébergements collectifs touristiques, exprimée en nuitées, se replie fortement : -4,8 % par rapport à la même période de 2015, après un rebond au premier trimestre (+1,1 %). La baisse est plus prononcée pour les campings et les autres hébergements collectifs (AHCT) que pour les hôtels ; elle est aussi plus marquée pour les clients étrangers (-8,5 %) que pour les résidents (-2,9 %). Le recul de la fréquentation étrangère plus important qu'au premier trimestre (-2,7%) est comparable à celui observé au quatrième trimestre de 2015, à la suite des attentats de novembre.

La fréquentation touristique retombe en France métropolitaine

Au deuxième trimestre 2016 en France métropolitaine, la fréquentation touristique dans les hébergements collectifs touristiques, exprimée en nuitées, se replie fortement : −4,8 % par rapport à la même période de 2015, après un rebond au premier trimestre (+1,1 %). La baisse est plus prononcée pour les campings et les autres hébergements collectifs (AHCT) que pour les hôtels ; elle est aussi plus marquée pour les clients étrangers (−8,5 %) que pour les résidents (−2,9 %). Le recul de la fréquentation étrangère plus important qu'au premier trimestre (−2,7%) est comparable à celui observé au quatrième trimestre de 2015, à la suite des attentats de novembre.

Les nuitées en hôtels diminuent fortement pour les étrangers, particulièrement en région parisienne

Les nuitées dans l'hôtellerie repartent à la baisse au deuxième trimestre (−3,5 % en glissement annuel), après l'embellie du premier trimestre (+1,9 %). Cette baisse est plus marquée pour la clientèle étrangère (−7,3 %), dont les nuitées se replient pour le troisième trimestre consécutif. La fréquentation des hôtels de l'agglomération parisienne est la plus affectée, surtout du fait de la défection de la clientèle étrangère (−12,9 %). Seuls les hôtels situés dans les villes de province accroissent leurs nuitées (+1,5 %), en partie grâce à l'attrait de l'Euro de football sur les clientèles française comme étrangère. Globalement, alors que l'offre de chambres augmente, leur taux d'occupation diminue de 1,6 point sur un an pour s'établir à 61,2 %.

Graph1 – Nuitées dans les hôtels

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Tableau2 – Durée moyenne de séjour et taux d'occupation

Durée moyenne de séjour et taux d'occupation
Durée moyenne des séjours (en jours) Taux d'occupation ** en %
2015 2016 2015 2016
T2 T2 * T2 T2 *
Hôtels 1,8 1,8 62,7 61,2
AHCT 3,5 3,6 54,7 53,1
Campings 3,6 3,7 20,7 19,6
Emplacements nus 3,1 3,2 15,7 14,8
Emplacements équipés 4,2 4,3 32,5 30,4
  • * données provisoires
  • ** Le taux d'occupation est calculé en chambres pour les hôtels, en emplacements pour les campings et en unités d'hébergement (chambres, appartements, dortoirs) pour les autres hébergements collectifs.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

La fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques également en forte baisse

La fréquentation dans les AHCT recule à nouveau fortement au deuxième trimestre (−6,4 % sur un an), après s'être stabilisée en début d'année. Comme pour les hôtels, la fréquentation chute davantage dans l'agglomération parisienne.

La défection de la clientèle étrangère est particulièrement forte (−20,2 %). Le taux d'occupation (53,1 %) recule également de 1,6 point sur un an.

Graph2 – Nuitées dans les AHCT

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Un début de saison difficile dans les campings

La fréquentation dans les campings est très médiocre en début de saison (−6,8 % par rapport au T2 2015) en raison notamment d'une météo maussade au printemps et d'un moindre nombre de jours fériés. Ce repli touche toutes les catégories de campings. Les clients français se sont davantage détournés des campings que les non-résidents. Le manque d'ensoleillement a notamment pénalisé les campings du littoral, où la fréquentation chute de 9,4 %.

Les taux d'occupation diminuent, surtout sur les emplacements équipés (−2,1 points, soit 30,4%).

Graph3 – Nuitées dans les campings

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Une baisse mensuelle plus modérée en juin grâce à l'Euro de football

Deux jours fériés en 2016 contre cinq l'année précédente et une météo défavorable ont pénalisé la fréquentation touristique en avril et en mai. La baisse en juin est plus modérée grâce notamment à l'impact positif de l'Euro de football dans les villes qui ont accueilli des matchs.

Tableau1 – Nuitées au deuxième trimestre 2016 *

Nuitées au deuxième trimestre 2016 *
Nuitées du trimestre Glissement (%) annuel (T/T-4)
Nuitées totales (en millions) % de nuitées étrangères Nuitées totales Nuitées étrangères
Total 92,4 32,7 –4,8 –8,5
Hôtels 53,4 36,0 –3,5 –7,3
Non classés 4,8 25,5 –9,0 –8,8
1 et 2 étoiles 15,5 24,0 –2,2 –0,8
3 étoiles 20,3 36,5 –3,7 –10,4
4 et 5 étoiles 12,8 53,5 –2,6 –6,8
Chaîne 26,7 35,9 –3,8 –8,0
Indépendant 26,7 36,0 –3,2 –6,6
Agglo. parisienne 15,8 57,6 –10,3 –12,9
Littoral 9,8 31,1 –2,7 –2,5
Montagne 6,1 23,5 –0,4 0,3
Urbain hors agglo parisienne 18,1 26,7 1,5 –1,0
Rural 3,5 21,8 –2,3 –4,4
Autres hébergements collectifs touristiques 20,0 19,3 –6,4 –20,2
Résidences tourisme 14,9 22,5 –6,5 –20,3
Villages Vacances 4,3 7,9 –6,0 –21,7
Autres 0,9 20,2 –5,5 –15,5
Agglo. parisienne 1,9 41,2 –14,5 –29,6
Littoral 7,1 15,4 –12,7 –12,5
Montagne 4,2 16,9 –9,6 –41,2
Urbain hors agglo parisienne 3,8 20,4 1,1 –2,5
Rural 3,0 16,3 15,4 6,0
Campings 19,0 37,7 –6,8 –4,2
Non classés 0,9 40,5 –11,4 –7,7
1 et 2 étoiles 2,5 32,5 –8,7 –6,7
3 étoiles 6,2 37,9 –5,0 –1,4
4 et 5 étoiles 9,4 38,6 –6,9 –5,0
Emplacements nus 8,4 52,3 –7,7 –5,9
Emplacements équipés 10,6 26,1 –6,0 –1,4
Littoral 10,1 32,6 –9,4 –6,5
Hors littoral 8,8 43,6 –3,5 –2,1
  • * données provisoires
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT) et la DGE

Révisions

Par rapport à la précédente publication, l'évolution d'ensemble est légèrement rehaussée au premier trimestre 2016, (+1,1 % au lieu de +1,0 %) du fait de l'intégration de données connues depuis lors. La hausse pour les hôtels est relevée de 0,1 point (+1,9 % au lieu de +1,8 %), et la baisse des AHCT est atténuée de 0,2 point (−0,3 % au lieu de −0,5 %).