Les immigrés en Bretagne

En 2011, la Bretagne compte 93 300 immigrés représentant 2,9 % de sa population. Cette proportion, la plus faible de toutes les régions après la Basse-Normandie, reste très en-deçà de la moyenne nationale (8,7 %). Toutefois, en Bretagne, le nombre d'immigrés a doublé en douze ans. Cette évolution s'est traduite par une forte diversification de leur profil, que ce soit en termes d'origine géographique, de localisation, de conditions de logement ou d'accès à l'emploi. Ainsi, les Britanniques constituent désormais la première nationalité d'origine des immigrés en Bretagne, alors que les ressortissants de l'est de l'Europe, d'Asie et d'Afrique subsaharienne sont en forte augmentation. Ensuite, à chacune des deux extrémités de l'échelle des diplômes, les immigrés sont davantage représentés que les non-immigrés. Enfin, Britanniques exceptés, les immigrés sont davantage implantés dans les villes et leurs parcours résidentiels sont essentiellement urbains. Ce dossier a été réalisé dans le cadre d'une convention partenariale liant l'Insee et la DRJSCS Bretagne.

Insee Dossier Bretagne
Paru le : 12/05/2015
Consulter

Accueil au titre de l'asile : 1500 personnes prises en charge dans les structures d'accueil au titre de l'asile en 2012

DRJSCS

En 2012, 1 500 personnes ont été prises en charge par les centres d'accueil dédiés à l'asile de Bretagne. En dix ans, face à la hausse du nombre de demandes d'asile, la capacité d'accueil a doublé. Les centres accueillent prioritairement des familles, la moitié des personnes prises en charge sont ainsi des enfants. Les adultes ont en moyenne 35 ans et demi et neuf sur dix possèdent déjà une expérience professionnelle. La durée de séjour dans les centres varie selon la catégorie de l'établissement. Elle est en moyenne de 11 mois dans le centre provisoire d'hébergement et de 22 mois dans les centres d'accueil pour demandeurs d'asile. Quatre adultes sur dix accèdent ensuite à un logement ordinaire. Lors de la première année d'instruction de leur dossier, les demandeurs d'asile ne peuvent pas exercer d'activité professionnelle et leur principale ressource est l'Allocation Mensuelle de Subsistance.

Insee Dossier Bretagne
Paru le : 12/05/2015