Les immigrés en Bretagne

En 2011, la Bretagne compte 93 300 immigrés représentant 2,9 % de sa population. Cette proportion, la plus faible de toutes les régions après la Basse-Normandie, reste très en-deçà de la moyenne nationale (8,7 %). Toutefois, en Bretagne, le nombre d'immigrés a doublé en douze ans. Cette évolution s'est traduite par une forte diversification de leur profil, que ce soit en termes d'origine géographique, de localisation, de conditions de logement ou d'accès à l'emploi. Ainsi, les Britanniques constituent désormais la première nationalité d'origine des immigrés en Bretagne, alors que les ressortissants de l'est de l'Europe, d'Asie et d'Afrique subsaharienne sont en forte augmentation. Ensuite, à chacune des deux extrémités de l'échelle des diplômes, les immigrés sont davantage représentés que les non-immigrés. Enfin, Britanniques exceptés, les immigrés sont davantage implantés dans les villes et leurs parcours résidentiels sont essentiellement urbains. Ce dossier a été réalisé dans le cadre d'une convention partenariale liant l'Insee et la DRJSCS Bretagne.

Insee Dossier Bretagne
Paru le : 12/05/2015
Consulter

Logement : des disparités de logement selon les origines géographiques

Insee

Les immigrés résident en moyenne plus souvent en logement social que les non-immigrés. Il existe cependant une très grande variabilité de situations selon les nationalités d'origine, les caractéristiques socioprofessionnelles, l'ancienneté de la migration et la localisation. Ainsi, les immigrés britanniques, et en règle générale ceux originaires d'Europe, sont plus souvent propriétaires de leur logement, alors que des nationalités comptant de nombreux étudiants résident davantage dans des structures collectives comme les foyers ou les cités universitaires. Par ailleurs, les immigrés disposent en moyenne de logements plus petits que les non-immigrés, à taille de ménage identique et en particulier pour les familles nombreuses.

Insee Dossier Bretagne
Paru le : 12/05/2015