Économie et Statistique n° 450 L'importance des investissements incorporels en France - L'accessibilité financière à la complémentaire santé en France (enquête Budget de Famille 2006) - Le modèle Omar - Mobilité et segmentation du marché du travail

Economie et Statistique
Paru le : 30/11/2012
Consulter

Mobilité et segmentation du marché du travail : quel parcours professionnel après avoir perdu ou quitté son emploi ?

Thomas Amossé, Corinne Perraudin et Héloïse Petit

Quelles sont les trajectoires professionnelles des salariés à la suite d'une démission, d'une fin de contrat ou d'un licenciement ? Dans cet article, nous mobilisons les données de l'enquête Formation et Qualification Professionnelle (FQP) de 2003. Une typologie de trajectoires est construite, qui permet de distinguer carrières ascendantes, stables et descendantes, ainsi que les retraits et exclusions du marché du travail. Les données montrent que, en période de conjoncture de l'emploi pourtant favorable au moment de la rupture, perdre ou quitter son emploi peut rendre l'horizon professionnel incertain à quatre ans. Suite à la rupture initiale, un salarié sur six est pratiquement en dehors du marché du travail, et un sur cinq connaît une trajectoire de déclassement salarial ou socioprofessionnel. Ainsi, pour plus du tiers des salariés, la trajectoire est négative. Entre ressources (avoir un haut niveau de diplôme) et handicaps (être une femme, avoir plus de 50 ans ou être étranger) pour l'insertion sur le marché du travail, les trajectoires se dessinent avec plus ou moins de perspectives de carrière. L'expérience passée, l'emploi auparavant occupé, la taille et le secteur d'activité conditionnent aussi la rapidité et la qualité du retour en emploi, tout comme le type de contrat et la forme prise par la rupture. Les contours d'une forme renouvelée de la segmentation du marché du travail français se dessinent ici. Indirectement visible dans notre analyse, la notion de marché interne y reste centrale, bien que renvoyant désormais à des populations jeunes et qualifiées avec des « ports d'entrée » faits d'une succession de contrats courts. Plusieurs dimensions peu connues de la segmentation sont mises en évidence, que nous développons à travers les notions de « ports de sortie », de marché primaire supérieur ou de diversité interne au marché secondaire.

Economie et Statistique
No 450
Paru le : 30/11/2012