Économie et Statistique n° 450 L'importance des investissements incorporels en France - L'accessibilité financière à la complémentaire santé en France (enquête Budget de Famille 2006) - Le modèle Omar - Mobilité et segmentation du marché du travail

Economie et Statistique
Paru le : 30/11/2012
Consulter

L'évaluation des investissements incorporels en France : méthodes et premiers résultats

Vincent Delbecque, Sylvie Le Laidier, Jacques Mairesse et Laurence Nayman

Alors même que depuis les années 1980 les pays développés connaissaient une transformation profonde de leur organisation et de leurs processus de production, avec une importance accrue de l'informatique et des activités de recherche et développement (R&D), ils ont aussi été exposés à des ralentissements, voire à des fléchissements, de la productivité du travail et de la productivité globale des facteurs. Quelque peu contradictoires, ces observations ont pu être en partie imputées aux difficultés de la comptabilité nationale à caractériser et prendre en compte différents types d'investissements incorporels. Bien que certains de ces investissements, comme ceux en logiciels, soient déjà intégrés en tant que tels par la comptabilité nationale, d'autres, la R&D notamment, restent à ce jour traités pour l'essentiel comme des consommations intermédiaires ; d'autres encore ne sont pas isolés et sont donc pratiquement ignorés dans les comptes nationaux. La présente étude vise à combler cette lacune pour la France. À l'instar des travaux de Corrado, Hulten et Sichel (2005, 2009), pour les États-Unis, elle identifie d'abord un ensemble très divers d'investissements incorporels. Elle en propose ensuite des estimations pour l'année 2004, prise comme référence, et en évolution de 1980 à 2008. Selon ces estimations, les investissements incorporels auraient représenté de 130 à 164 milliards d'euros en 2004 (entre 7,9 % et 9,9 % du PIB) selon que l'on adopte une définition plus ou moins large pour certains postes ou une interprétation plus ou moins extensive de certaines sources statistiques. Ces investissements ont été en constante augmentation depuis 1980 sans toutefois compenser un ralentissement de la croissance des investissements corporels. Bien que leur prise en compte ne modifie pas sensiblement les chiffres de la croissance économique générale, elle affecte significativement l'évolution de la productivité globale des facteurs.

Economie et Statistique
No 450
Paru le : 30/11/2012