Economie et Statistique n°462-463

Générations sacrifiées dans l'entrée sur le marché du travail ? - Emploi et territoires de 1975 à 2009 - Crise de 2008 et défaillances d'entreprises - Analyse comparative des entreprises des DOM et de la métropole - L'évolution du mariage en France

Publications pour expert
Économie et Statistique
Paru le : 09/01/2014
Consulter

Peut-on parler de « générations sacrifiées » ? Entrer sur le marché du travail dans une période de mauvaise conjoncture économique

Mathilde Gaini, Aude Leduc et Augustin Vicard

La crise économique de la fin des années 2000 a beaucoup touché les jeunes entrants sur le marché du travail, réduisant leurs perspectives d'emploi et de salaire à court terme. Dans cette étude centrée sur la France, nous cherchons à savoir si les jeunes qui font face à une crise au moment d'entrer sur le marché du travail sont aussi pénalisés à long terme. À partir des données des enquêtes Emploi, nous étudions les cohortes sorties du système scolaire entre 1982 et 2010. Cette période comprend plus de deux cycles économiques complets. À court-terme, la pénalisation des cohortes malchanceuses se manifeste surtout en termes de taux d'emploi, davantage que de salaire perçu par ceux qui trouvent un emploi. Après 4 ans, l'ensemble de ces différences s'estompent et les trajectoires convergent. Les contrastes entre générations entrées sur le marché du travail dans des conjonctures plus ou moins favorables apparaissent ainsi moins marqués en France que dans la plupart des autres pays. Une explication possible est la forte part de jeunes embauchés au salaire minimum. Le salaire a peu de marge de flexion à la baisse en mauvaise conjoncture. L'impact de la conjoncture se reporte donc sur le taux d'emploi, mais sans effet stigmatisant durable pour la suite du processus d'insertion. Avoir subi davantage de chômage en début de carrière ne serait pas perçu comme signal de moindre employabilité par les employeurs car ils savent que le taux de chômage des jeunes est de toute manière élevé en France, quelle que soit la cohorte. Bien évidemment, il est encore trop tôt pour savoir si ces résultats sont complètement extrapolables à la crise en cours. Son ampleur et ses mécanismes sont très spécifiques. Son impact sur les carrières pourrait donc s'avérer plus important que celui des crises passées.

Publications pour expert
Paru le : 09/01/2014