Économie et Statistique n° 460-461 Les ajustements individuels de prix à la consommation en France (2003-2011) - L'impact local des radars fixes sur les accidents de la route - Dossier : microévaluation environnementale

Economie et Statistique
Paru le : 21/11/2013
Consulter

Identification et analyse des préférences lexicographiques en évaluation économique

Bénédicte Rulleau et Jeanne Dachary-Bernard

Arbitrer entre différentes politiques de protection et d'aménagement des espaces naturels nécessite de connaître les préférences de leurs usagers. Or, la mesure des consentements à payer pose problème lorsque les préférences individuelles ne respectent pas certains des axiomes usuels de rationalité. L'un d'entre eux, l'axiome de continuité, stipule qu'il est toujours possible de compenser la baisse de la quantité consommée d'un bien ou d'un attribut d'un bien par une plus forte quantité d'un autre bien ou d'un autre attribut. Lorsqu'il est violé, on parle alors de préférences lexicographiques. Cet article repose sur une enquête mobilisant la méthode des choix multi-attributs (choice experiment). Nous distinguons une lexicographie dite « déclarée », lorsque les individus déclarent privilégier certains attributs dans la formulation de leurs choix entre les différentes alternatives, et une lexicographie dite « apparente », révélée par les choix effectivement réalisés. Les deux notions ne se recouvrent que partiellement ou peuvent le faire sans être pour autant cohérentes si les déclarations des enquêtés ne sont pas en accord avec leurs choix, ce qui conduit à définir un troisième type de lexicographie, dite « croisée ». On examine la fréquence et les déterminants de ces différentes lexicographies dans un contexte particulier, celui de de la fréquentation d'une forêt littorale. Dans ce contexte, la lexicographie, quelle que soit sa forme, apparaît très répandue. La lexicographie déclarée concerne 41 % des individus, et la lexicographie apparente 72,5 %. Mais 31 % des individus enquêtés présentent simultanément ces deux formes de lexicographie, et seulement 60 % d'entre eux sont « cohérents » entre leurs choix lexicographiques et leurs déclarations. Une moindre connaissance du bien évalué et une moindre facilité à répondre au questionnaire apparaissent comme les deux principaux facteurs explicatifs de la lexicographie croisée.

Economie et Statistique
No 460-461
Paru le : 21/11/2013