Economie et Statistique n°407

La dynamique des changements de prix de production en France - Conditions de passation et biais occasionnés par la présence d'un tiers sur les réponses obtenues à l'enquête Érfi - La pluralité des rapports au marché dans les très petites entreprises

Economie et Statistique
Paru le : 01/04/2008
Consulter

Conditions de passation et biais occasionnés par la présence d'un tiers sur les réponses obtenues à l'enquête Érfi

Arnaud Régnier-Loilier

Les conditions de collecte d'une enquête ne sont pas neutres quant à la qualité de l'information recueillie. Afin de limiter les biais, les enquêteurs ont pour consigne de faire en sorte que les entretiens se déroulent en tête-à-tête, sans tiers présent. Toutefois, ils ne peuvent pas imposer les conditions de passation et, dans bien des cas, une ou d'autres personnes assistent à tout ou partie de l'interview. On décrit alors aussi précisément que possible les conditions de passation de chaque entretien afin de pouvoir en évaluer les biais sur les réponses. La méthodologie retenue pour l'Étude des relations familiales et intergénérationnelles (Érfi), réalisée par l'Ined et l'Insee en 2005, permet de décrire plus précisément que d'autres enquêtes les conditions de passation. Un quart des entretiens ont débuté ou se sont terminés en présence d'une tierce personne et les allées et venues en cours d'entretien ne sont pas rares. Par ailleurs, lorsqu'une personne est présente, il s'agit le plus souvent du conjoint. L'importance attachée à décrire ces conditions de passation se justifie au regard des biais déclaratifs qu'elles peuvent entraîner. L'exemple de la répartition des tâches domestiques au sein du couple tend plutôt à indiquer que la présence du conjoint joue un rôle de « contrôle » des réponses tandis que son absence favorise une mise en scène de soi en donnant à voir une répartition plus lissée, davantage en conformité avec une certaine norme égalitaire. En outre, la présence du conjoint semble favoriser le travail de mémoire dès lors qu'il s'agit de dater certains événements de la vie conjugale. Si ces résultats semblent indiquer qu'il est finalement préférable que les entretiens aient lieu en présence du conjoint, contrairement aux consignes données aux enquêteurs, la présence d'un tiers en particulier celle du conjoint entraîne une moindre déclaration des histoires conjugales passées, principalement du côté masculin.

Economie et Statistique
No 407
Paru le : 01/04/2008