Economie et Statistique n°407

La dynamique des changements de prix de production en France - Conditions de passation et biais occasionnés par la présence d'un tiers sur les réponses obtenues à l'enquête Érfi - La pluralité des rapports au marché dans les très petites entreprises

Economie et Statistique
Paru le : 01/04/2008
Consulter

La dynamique des changements de prix de production en France : une analyse à partir des relevés de prix de production

Erwan Gautier

Sur la période 1994-2005, les prix à la production dans l'industrie changent en moyenne tous les six mois environ, et ceux des services aux entreprises tous les douze mois. Ce rythme varie d'un secteur à l'autre : les prix de l'énergie durent en moyenne un peu plus de deux mois alors que ceux des biens d'équipement durent un peu moins de huit mois. Par ailleurs, les changements de prix sont d'ampleur relativement modeste pour l'ensemble des prix à la production. Les baisses comme les hausses sont en moyenne de l'ordre de 4 %. Un peu plus de 40 % des changements de prix sont des baisses, et il n'existe pas d'asymétrie dans la distribution des tailles de changements de prix sauf dans les services aux entreprises. Dans ce dernier secteur, les changements sont moins fréquents, mais plus marqués et davantage orientés à la hausse. Les déterminants des modifications de prix sont principalement des effets de calendrier (périodes de signature des contrats entre entreprises) et l'évolution générale des prix à la production. Dans une moindre mesure, la position dans le cycle économique du secteur et le coût des matières premières ont aussi une influence. La structure de marché du secteur jouerait enfin un rôle d'amortisseur des chocs : dans les secteurs les plus concentrés, les prix sont moins réactifs aux changements économiques. L'évolution générale des prix à la production, très variable au cours de la période étudiée, peut être le résultat de l'agrégation de plusieurs comportements microéconomiques : le niveau général des prix augmente (resp. baisse) parce que les entreprises changent plus souvent (resp. moins souvent) leurs prix ou bien sous l'effet de hausses de prix en moyenne plus fortes que par le passé (resp. plus faibles). Il semble que l'évolution générale des prix soit plus déterminée par le rapport entre le nombre de hausses de prix et le nombre de baisses de prix que par l'ampleur de ces hausses ou de ces baisses.

Economie et Statistique
No 407
Paru le : 01/04/2008