Economie et Statistique n°388-389 - Bilan Formation-Emploi (II) : Formation et qualité des emplois occupés

Economie et Statistique
Paru le : 01/06/2006
Consulter

De la spécialité de formation au métier : cas du bâtiment, de l'hôtellerie-restauration-alimentation et du commerce

Frédéric Lainé

Le lien entre formation et métier dépasse largement le concept formel d'une adéquation mécanique, souvent démentie par les faits : il est possible d'accéder à un même métier à partir de spécialités de formation très différentes. Pour analyser ce lien, on se limite à des champs professionnels comportant a priori une correspondance entre spécialité de formation et métier (hôtellerie-restauration-alimentation, bâtiment, commerce). D'autres facteurs que la spécialité de formation initiale s'avèrent également déterminants pour la spécialité professionnelle exercée par les jeunes débutants. L'origine sociale ou nationale se traduisent par la transmission par la famille d'un capital social et culturel susceptible d'orienter le devenir professionnel. Les possibilités offertes par le marché régional du travail ou la position de chacun des sexes dans l'univers professionnel jouent également. L'apprentissage ou l'expérience professionnelle au cours des études favorisent l'ancrage dans un métier proche de la spécialité de formation. À l'autre extrémité, l'absence de formation directe au métier exercé peut être palliée par l'expérience professionnelle antérieure ou par la formation continue. Les débutants sans formation directe à leur spécialité souffrent de handicaps indéniables : itinéraire davantage marqué par le chômage et l'inactivité, emplois plus souvent précaires ou à temps partiel. La différence de salaires avec les autres débutants est en revanche assez minime et varie beaucoup selon les métiers. Leur relative insatisfaction professionnelle laisse entendre que la plupart occupent par défaut un poste à l'écart des débouchés naturels de leur spécialité initiale.

Economie et Statistique
No 388-389
Paru le : 01/06/2006