Economie et Statistique n°372

Donner son temps : les bénévoles dans la vie associative - Comment les salariés perçoivent-ils la protection de l'emploi ? - Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail - Évaluer la rentabilité des sociétés non financières

Economie et Statistique
Paru le : 01/02/2005
Consulter

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Luc Behaghel, Bruno Crépon et Béatrice Sédillot

Instaurée en 1987, la contribution Delalande est une taxe qui vise à dissuader les entreprises de licencier des travailleurs de plus de 50 ans. Un tel dispositif peut néanmoins avoir des effets pervers. Il peut inciter, en particulier, les entreprises à éviter l'embauche de travailleurs âgés, afin de ne pas risquer d'être redevables ultérieurement de cette taxe. Les différents effets sur les embauches et les licenciements sont évalués ici empiriquement, en tirant parti des nombreuses modifications que le dispositif a connues. L'effet de restriction des embauches de travailleurs âgés est étudié à partir d'un changement, intervenu en 1992, qui exonère du dispositif les travailleurs recrutés après 50 ans. Conformément aux prédictions théoriques, on observe alors une amélioration des chances de retour à l'emploi des chômeurs de plus de 50 ans par rapport aux chômeurs de moins de 50 ans. Cette évolution ne semble pas due à d'autres changements concomitants, comme l'introduction de contrats aidés ciblés particulièrement sur les chômeurs de plus de 50 ans. L'effet sur les licenciements est, en revanche, plus faible, ou du moins difficile à mettre en évidence : les décisions de licenciement des entreprises seraient peu sensibles aux fortes variations du barème de la contribution Delalande.

Economie et Statistique
No 372
Paru le : 01/02/2005