L'économie française - Comptes et dossiersÉdition 2012

Insee Références
Paru le : 04/07/2012
Consulter

L'économie mondiale ralentit en 2011 ; En 2011, la croissance française résiste aux chocs

Dorian Roucher, Denis Boisnault, Clovis Kerdrain, Geoffrey Lefebvre

Après un rebond marqué en 2010, l'activité a ralenti en 2011 dans les économies avancées : la croissance du Produit intérieur brut (PIB) atteint + 1,6 % après + 3,2 % en 2010. Dès le début d'année, la forte hausse du prix des matières premières, les conséquences du séisme japonais et le ralentissement de l'activité dans les économies émergentes ont freiné la dynamique de reprise. À partir de l'été 2011, les économies européennes ont pâti de la diffusion de la crise des dettes souveraines survenue en 2010 et de son aggravation pendant l'été 2011, qui s'est traduite par un regain d'incertitude et un durcissement des conditions financières dans certains pays. L'activité s'est ainsi contractée en Europe en fin d'année. Le PIB des économies avancées a retrouvé courant 2011 son niveau d'avant-crise mais de fortes hétérogénéités demeurent. Dans ce contexte, l'activité a progressé de 1,7 % en France, au même rythme qu'en 2010, après le recul historique de 2009 (- 3,1 %). Au quatrième trimestre 2011, le PIB reste - légèrement - inférieur à son niveau du premier trimestre 2008, avant la récession. Le redressement de l'activité s'est donc poursuivi, mais l'économie française a pâti des chocs évoqués ci-dessus. Le pouvoir d'achat ralentit en 2011 : il progresse de + 0,5 % après + 0,9 % en 2010. Le déficit commercial se creuse, atteignant 56 milliards d'euros en 2011, soit 2,8 % du PIB. De son côté, l'emploi se reprend : 123 000 emplois ont été créés en 2011, contre - 20 000 en 2010 et - 365 000 en 2009. Enfin, le déficit des administrations publiques au sens de Maastricht, de 5,2 % du PIB, après 7,1 % du PIB en 2010, se réduit nettement. La dette publique au sens de Maastricht s'établit à 86,0 % du PIB fin 2011.

Insee Références
Paru le : 04/07/2012